AccueilPartenairesFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez nous sur notre nouveau forum!
Nous espérons de tout coeur que ce nouveau forum, certe un peu éloigné de l'univers de Twilight, vous conviendra. ^^ En espérant vous y retrouver très vite.
L'Equipe d'Across ™️

 

Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jennifer Lawrence

avatar


Féminin Nombre de messages : 288
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 19/10/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un(e) solitaire.
» Mon don: Télépathe. Je communique par la pensée des autres... mais cela n'est que dans un sens.

MessageSujet: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Lun 02 Nov 2009, 22:53

Ma semaine était plutôt chargé. Je n’avais vraiment pas vu le temps passé. Entre mes devoirs, l’école, les amies et la vie de famille… j’étais très occuper ces derniers temps. J’avais toujours mes cours de peinture. Vu ma semaine sur-bouquer, je n’avais pas eu le choix de le prendre le soir cette semaine. Ma professeure ne s’était pas offensé puisque je lui avais demander plus tôt. Je serai seulement avec un autre groupe, mais ce n’était pas un problème. Elle ne voulait surtout pas que je manque son cours puisqu’elle le disait très important, surtout celui de 19 heures.

Alors je commençais à m’habiller. Ma mère dit qu’elle venait me reconduire tout de suite puisqu’elle avait affaire en ville. Arrivé devant la bâtisse, elle me dit qu’il suffisait que je l’appelle pour qu’elle vienne me chercher après mon cours. Je lui souris uniquement et ferma la portière. Avec toute mon courage et aussi ma fatigue, puisqu’il faut vous l’avouez, je m’aurais bien couché tôt cette soirée là.

Il était vrai que le cours était passionnant. De toute façon dès que l’on parlait de croquis, de contraste et d’encre de Chine, j’étais alors très heureuse. Quoi de mieux ? Faire un grand carton en encre de Chine, ajoutant un contraste et le pointillisme. Le cours se termina très vite et même trop vite. J’avais simplement eu le temps de faire mon croquis, faire les contours plus noir et commencer partiellement à l’encre de Chine. La prof s’en allait et quelques élèves commençaient à nettoyer, les tables, les plumes et à ranger le matériel en générale. Je rangeais à mon tour quand la plupart était partit. Je ne savais pas tellement quel heure, il était. Je m’habilla. C’était la seule journée que je n’avais pas emmener mon matériel habituelle que je traînais partout. J’avais seulement mon manteau, un foulard en ses temps frisquet et ma bourse.

Je sortis à l’extérieur… j’avais bien fait de m’emmener un foulard tout compte fait. Je pris un téléphone public. La belle petite fille à sa maman. J’attendis, mais la ligne était occupé – Stefany – Non! Il fallait que j’arrête de mettre toujours sur son dos. Je patienta encore un peu – 2 minutes – et téléphona de nouveau, toujours occupé. Je raccrocha brusquement le combiné et commençait à marcher vers chez moi. C’était toujours compliquer ainsi. Je ne pouvais pas joindre ma mère, et en plus, il fallait que je marche. Oui, j’aurais pu appeler un taxi ou appeler, je ne sais pas qui, mais je n’y avais pas penser. Il me restait seulement la solution de rentré à pied. Je n’avais pas peur de marcher le soir tard. Plusieurs choses me donnaient la chair de poule ces temps-ci, mais j’étais tellement occupé cette semaine que j’avais oublié tous mes soucis.

Je n’avais pas de bol. Pour autant que je me rappelais, la journée c’était bien passé. La rue que j’empruntais d’habitude était fermé. Je ne m’avais pas causé de question si c’était seulement au voiture ou au piéton. À croire que j’étais vraiment fatigué. Je bifurqua dans une ruelle. Apparemment, je m’étais enfouis dans un recoin de la ville que je n’avais jamais visité. Pourquoi encore? J’en savais rien. Mais maintenant, je commençais à avoir un peu peur de ma mésaventure. J’aurais bien dû sortir en même temps que les autres élèves comme ça, il y en aurait sans doute un qui serait venu me raccompagné, mais non, il fallait que je fasse tout, toute seule comme d’habitude. Je vins pour revenir sur mes pas, pas assez aventurière pour continuer, mais un «troupeau» de gars était derrière moi. Je n’avais pas vraiment vu, mais je marchais de plus en plus vite cette fois. Empruntant, un autre tunnel de bâtisse, qui j’espérais, me rendrait dans un rue plus sécuritaire avec beaucoup de monde… mais je crois que c’était peine perdu dans mon cas. Je courrais presque. Quel heure pouvait-il être? Ben oui, c’était la première question auquel je me posais. La seconde était, pourquoi je m’étais enfoncer dans cette ruelle? La troisième, c’était, pourquoi je n’avais pas emmener de montre et aussi un cellulaire? J’étais perdu. J’entendais des voix derrière moi. Surtout des rire. Je continuais ma route.

-Hey toi ça te dirait un verre ?
-Ou peut-être plus ma chérie?


Je ne me retourna même pas, et poursuivit ma route en courant. Je bifurqua dans une ruelle où un m’attendait. Je voulu faire demi-tour, mais les deux autres me suivaient toujours à la trace. Tenant fermement ma bourse, les larmes commençaient à me monter au yeux et commençait à avoir réellement peur. C’était quoi mon problème, la journée avait tellement bien commencé, pourquoi elle ne pouvait pas se terminer aussi bien?

Les gars avaient couru vers moi et me tournait au tour, ramena mes cheveux en arrière pour voir mon visage. Je pris seulement mon courage pour fuir, laissant ma bourse à celui qui l’a tenait. Je courrais de toute mes forces. Mon restant d’énergie, je le mis dans cette course contre la montre. Je les entendais qui, derrière moi, me courrait après. J’entendais leur hurlement : «Où est-ce qu’elle est?»«Elle est partit par là!»Je tourna le coin encore un autre, zigzaguant dans les ruelles mal éclairé et, bien sûr, il fallait bien que je tombe, bien sûr. Sur ma cheville. Elle me faisait affreusement mal. Je me remis debout, les mains toutes sales d’un mélange d’eau, de terre et de roche. Je courrais en ligne droite longeant les murs. Je tournais le coin et me ramassa encore à terre à cause d’un sac à poubelle étendu. Je me releva et décida de me cacher. Je m’enfonça en arrière d’une caisse de bois entouré de sac poubelle. La puanteur était insupportable, mais elle l’était assez pour rester planqué pour rester en vie. Il était là à se disputé, qui m’avait laissé filer. Je regardais ma cheville, je n’aurais pas du, elle commençait à enfler. Je mis sur ma bouche une main sale et dégoulinante d’eau sale pour faire taire les petits gémissements qui pouvait sortir. J’étais seule… avec moi-même, dans un endroit que je ne connaissais pas… Seule ? Ils étaient tout près. Je les entendais. Je ne voulais pas qu’ils me trouvent… j’en pleurais… j’avais reçu toute une leçon! Est-ce que c’était la dernière fois que je me baladerais seule ? Beaucoup de pensée se rendait au cerveau, mais d’autre restaient dans mon cœur… j’avais affreusement mal…


[HJ : Wow, j'ai jamais écrit autant ^^]


Dernière édition par Jennifer Lawrence le Dim 15 Nov 2009, 03:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Mar 03 Nov 2009, 22:04

La journée avait été belle, quoique plutôt froide pour la saison. Les feuilles avaient appris à voler avec les différents vents, et une ambiance hivernale commençait sans aucun doute à se faire sentir. J'avais comme à mon habitude eu assez de tact pour savoir rester discrète. Il pouvait être partout, même dans les endroits les plus insolites de Forks, et une chose était sûre, la fin n'en était que plus proche. Dissimulée sous une capuche trop grande, et un manteau tirant sur les gris sombre, je dégourdissais ce qui semblait être mes jambes. Mes bottes noires faisaient retentir chacun de mes pas, et mon souffle laissait échapper un long filet de vapeur translucide. Sans aucune doute, j'avais froid. Je me maudissais d'avoir tenu si vivement à porter cette robe aujourd'hui. Mes collants étaient trop fin, et mon corps commençait déjà à frissonner.

Sans m'en rendre compte, et surtout parce que mon esprit ne parvenait pas à faire autre chose que 100 pas sur lui-même, je ne pouvais éloigner de ma tête les événements que j'avais récemment vécu. Jérémy m'inquiétait et ses propos sur notre meute m'avait alarmée au plus haut point. J'étais consciente qu'il aurait pu ne pas vouloir de cette vie, qu'elle dépassait de loin tout ce qu'il s'était juré de croire, mais qu'étais-je censé devenir, s'il s'entêtait à répudier notre "union"? Involontairement, mon coeur se serra, et mon âme toujours pleinement dans ses songes ne cessait de me mitrailler la tête de chose que j'aurais préféré oublier. Jérémy n'était pas mon seul "problème" ces derniers temps. J'étais plus que consciente que le moindre de mes faux pas, aurait pu rapprocher mon frère ainé de mon chemin de vie. Puisse-t-il rester le plus loin possible de moi, puisse-t-il changer de cible, et s'acharner à d'autre objectifs funèbres...

Mes pas me conduirent à la tombée de la nuit alors que la lune se levait à l'est, au pied des "grandes" allées commerciales déjà éclairée au couleur de Noël. Certaines vitrines recouvertes d'épines ou peintes en rouge et vert, sentaient dès lors, le sapin sauvage, et les enfants, émerveillés devant tant de lumières ne cessaient de refléter dans leurs yeux, l'émerveillement que j'aurais pu éprouver. J'étais devenu une machine. Et peu de personne aurait pu me rendre heureuse en ces sombres périodes. Au fond de moi je n'avais jamais été aussi seule.


- Marrons, qui veut des marrons, ils sont beaux ils sont chauds, venez les goûter messieurs dames. Allons approchez approchez.

Je levais ma tête encapuchonnée vers la roulote bleutée d'où s'échappait une odeur de marrons chauds qui me rappelait étrangement les forêts asiatiques que j'avais pu connaître étant petite. Les gens passaient devant en un flux continu sans même daigner adresser une excuse au pauvre vendeur. Mes yeux chocolat fusillèrent ces passants impolis. Je m'approchais de la camionnette, et sur la pointe des pieds lançai des regards obscurs mais sans arrière pensées à l'homme à la barbiche.

- Donnez-moi s'en une petite dizaine s'il vous plait.

Son visage s'illumina à mon approche. Il s'empressa de saisir un sachet et y enfourna les plus beaux marrons qu'il avait dans ses bacs. Il enroula le tout dans une petite serviette en papier blanche, et me le tendit en élargissant son sourire.

- Cela vous fera 2$ jeune demoiselle

Mes mains gantées lui tendirent les pièces, et les marrons furent miens.
Sentir le gout puissant, et chaud qui s'étendait dans mon corps me parcouru d'un bien immense. Ces simples petits aliments parvinrent à me réchauffer dans l'instant, mais, n'étant pas si gros que je l'avais espéré, ils furent trop rapidement fini. Ma route reprit alors que je jetai avec aisance le papier d'emballage dans une des poubelles la plus proche.

Soudainement on m'attrapa violemment par l'épaule.


- Salut.

Je pivotais sur mes talons, légèrement frissonnante et apeurée pour découvrir Jérémy, emmitouflé dans un gros blouson en fourrure et une longue écharpe noire. Je reculais de deux pas, posai une main sur mon coeur, et poussai un long soupir.

- Ne me fais plus jamais ça.

Un sourire faux se dessina sur ses lèvres, avant, que même son esprit ne me paraisse flou. Sa main s'était enfoncée dans mon bras, comme si la vision qui l'avait ne lui faisait pas le plus grand bien.

- Aïe! Jérémy lâche moi tu me fais mal!

Ses yeux se fermèrent, et de légers frissons traversèrent sa main.

- Qu'est ce qui se passe? Jérémy? Hey! Ça va ? Oh ! Jérémy !

Il resta silencieux.




[HRPG: Je me suis permise de te faire un peu parler et agir Jérémy. Si ça te dérange je change. Pour Jen, on arrive bientôt ^^ Soit patiente, et te fais pas trop mal! Jérémy supportera pas ^^
Joli post cela dit Jen ! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Smith

avatar

Alpha de la Tribu & double de Lénie.

Masculin Nombre de messages : 156
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 03/06/1990


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je suis télépathe et je vois l'avenir.

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Dim 08 Nov 2009, 17:11

Un long frisson lui parcourut l'échine lorsque Jeremy passa la porte de son appartement. Étant normalement en automne, le loup se serait attendu à une soirée fraîche, mais pas à ce froid hivernal. C'était limite s’il ne serait pas étonné de voir tomber quelques flocons de neige. Se frottant les bras avec virulence, il leva les yeux au ciel afin de scruter la lune pleine, tout en aspirant de grandes bouffées d’air. Une légère brume blanche s’échappait alors de ses lèvres lorsque son corps rejetait l’oxygène de ses poumons.
Haussant soudain les épaules, le loup fit machine arrière droit vers son petit appart’, agrippa son manteau à fourrure et une vieille écharpe qu’il traînait partout puis repartit faire sa petite promenade nocturne. Ces deux vêtements étaient les seuls éléments qui lui restaient de son ancienne vie près de ses parents, il ne les avait donc jamais quittés.

Passant devant une vitrine encore éclairée malgré l’heure tardive, le jeune barbu scruta son apparence et se dit mentalement que si un loup venait à le surprendre dans un tel accoutrement, il se rirait bien de lui. En effet, Jeremy n’avait pas forcément froid de part sa nature lupine, mais les gens auraient sûrement trouvé étrange qu’avec un temps pareil, un homme se ballade en manches courtes dans les rues. Avec un peu de chances, ils l’auraient pris pour un fou et auraient appelé une association pour SDF en détresse. Alors ne désirant pas porter l’attention sur lui, le loup s’emmitoufla et serra son écharpe noire.

La plupart des ruelles de Forks étaient bien éclairées par de gigantesques lampadaires en acier ce qui permettait à chacun de percevoir les visages des passants. C’était le passe-temps favoris de notre petit loup, qui n’avait, quant à lui, aucun besoin de lumière artificielle pour y voir comme en plein jour. Mais ces faisceaux embellissaient la nuit. C’était agréable.

Enfonçant ses deux mains dans les grandes poches de son parka à fourrure, Jeremy déambula à travers la ville, sans réelle conviction. Les éclats de Noël ornaient déjà un grand nombre d’arbres illuminés, et les vitrines anormalement éclairées, présentaient des décorations de fête plus que magnifiques. Cette joie festive aurait dû lui embaumer le cœur, les regards enfantins émerveillés par cette approche du 25 décembre aurait dû le sortir de ce brouillard qui caractérisait son esprit ces temps ci. Aurait dû, oui. Mais avec toute la volonté du monde, Jeremy ne put évacuer l’image de Lénie, assise sur ce banc, blanche comme la mort. L’image de son frère ne cessait de le hanter dès lors qu’il était entré en contact avec son esprit, et depuis, même l’idée de sourire était devenue comme un souvenir lointain.

Dans un affaissement d’épaules, il soupira tout en fermant les yeux. Lui qui pensait trouver la tranquillité dans une ville comme celle-ci, il ne s’était confronté qu’à des problèmes plus importants les uns que les autres. Et voila qu’aujourd’hui, il ressemblait plus qu’à un autre jour à un loup solitaire en mal d’être. Cette idée lui décrocha un sourire sans chaleur.
Relevant la tête, Jeremy se remit en marche au milieu d‘un flot de gens attirés par des éclats de voix et par une alléchante odeur de châtaignes grillées. Et sans réellement y prêter attention, le loup suivit le mouvement de la foule et atterrit avec stupeur devant une petite roulotte bleutée d’où émanait la fameuse odeur de marron. Il scruta quelques secondes le visage vieilli du vendeur éclairé par les braises de ce qui lui servait sûrement de barbecue, avant que ses yeux ne glissent vers une petite silhouette encapuchonnée. Le manteau grisâtre qui la recouvrait était bien trop grand pour elle, et ses jambes accompagnées de bottes noires semblaient frissonnaient sous l’air frais de cette nuit. Pourtant, et malgré la forte d’odeur de marrons grillés, le parfum de cette jeune femme ne pouvait l’induire en erreur. Il la reconnaîtrait entre toutes.

Jeremy attendit que le vendeur ne lui tendent le sachet de marrons qu’elle agrippa des ses doigts gantés, avant qu’il ne pose sur son épaule une prise peut être un peu trop violente.

« Salut » fut la seule parole qui parvint à s’échapper de ses lèvres. Pourtant, Jeremy avait tant de choses à lui dire, à lui avouer, depuis leur dernière rencontre. Bien sûr qu’il regrettait ses mots, au sujet de la meute, qu’il ne voulait aucunement la blesser. Mais que pouvait-il faire…Ses souvenirs ne le laissaient pas tranquilles et tant que ce sera le cas, il ne pourra pas revivre une vie normale en compagnie d’autres loups.

Lénie s’était retournée sous sa poigne, et, reculant de deux pas, s’était plaquée une main sur son cœur. Visiblement, elle ne s’attendait pas à le voir.

"
Ne me fais plus jamais ça"

A ces mots, le loup ne put s’empêcher de sourire froidement, avant que sa tête ne se mette à tourner violemment. Agrippant sans le vouloir le bras de son amie, il se figea sur place, plongé dans une vision dont il n’était pas acteur. A vrai dire, il ne comprit pas de suite de quoi il s’agissait. Il percevait une ombre courir à travers des rues sombres, des visages moqueurs tournoyant autour d’elle. Elle avait l’air complètement affolée, et semblait pleurer sous la pression de son cœur paniqué. Mais ce ne fut que lorsque son visage passa devant un réverbère que Jeremy grimaça devant l’image qui s’offrit à lui.

*Jennifer*

Se mordant les lèvres et resserrant son étreinte sans vraiment s’en rendre compte, il subit avec difficulté la vision d’une Jennifer blessée et complètement terrifiée. Avant qu’une dernière image le submergea. C’était une vitrine fissurée et possédant comme seule décoration, un père-Noël se balançant de droite à gauche, une lanterne dans les mains.

Rouvrant subitement les paupières, le jeune alpha posa un regard empli de haine sur Lénie. Ses lèvres remontaient sur ses canines comme un loup montrant les crocs, et ses yeux habituellement bleus, devinrent ocres à la lueur du lampadaire.

Son côté animal ressurgissait sous l’emprise de la colère, guidant dangereusement son corps vers la transformation. Lâchant alors le bras de Lénie, Jeremy ne percevait plus le monde qui l’entourait. Il ne voyait plus que l’image de Jennifer, grelottante et terrifiée à l’idée de finir dans les pattes de ces vauriens. Et devenir un gigantesque loup blanc devant des centaines de personnes ne le dérangeait guère à l’heure actuelle. Il devait la sauver.

Mais une main le gifla avec violence, lui faisant reprendre le fil de la réalité. Grognant comme un animal vers la fautive, il se retrouva nez à nez avec la louve qui le fusillait du regard. Il les mettait en danger tous les deux avec un tel comportement, mais à cet instant, seule Jennifer le préoccupait. Toutefois, et sans n'avoir rien perdu de sa rage, il se calma et tenta de dire calmement:

« Je crois qu’on a problème. »

Il savait qu’elle avait pu percevoir son esprit lors de son élan de colère. Elle savait ce qu’il se tramait et qu’il ne pouvait plus rester ici plus longtemps. Son apparence lupine prendrait le dessus d’un moment à un autre.
Choppant alors la main de la jeune femme, Jeremy se mit à courir à une vitesse ahurissante, parvenant à éviter les gens qui se trouvaient sur son chemin, avant d’arriver dans une ruelle non éclairée. Alors il laissa libre court à sa nature animale et dédia une pensée à la seconde alpha avant de reprendre sa course vers sa protégée.

« Je ne t’oblige pas à me suivre après ce que j’ai pu te dire au sujet de notre union, mais je voulais que tu comprennes à quel point cette fille est importante pour moi. Et ça, je n’aurais pu te l’expliquer en tant qu’homme. A présent tu sais tout ce qu’il y a à savoir. Reprends ta route ou suit moi. Mais ne m’oblige pas à renoncer. Car ces mecs, je ne les épargnerais pas. »

La rage, qui bouillonnait en lui, se lisait dans son regard, et Jeremy savait que lorsqu’il se retrouverait face à ces gars, il ne pourrait pas se retenir. Même s’il parvenait à reprendre forme humaine avant de les attaquer.

[Pardon pour le retard...et Lénie, ça ne me dérange pas va^^]
Revenir en haut Aller en bas
Jennifer Lawrence

avatar


Féminin Nombre de messages : 288
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 19/10/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un(e) solitaire.
» Mon don: Télépathe. Je communique par la pensée des autres... mais cela n'est que dans un sens.

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Dim 08 Nov 2009, 18:44

Est-ce qu’ils me suivaient toujours ? Avaient-ils abandonné leur course contre moi ? Je ne savais rien et je crois que c’était ça qui me faisait peur. Je ne savais pas quoi faire et pourtant, je croyais que j’étais parfaitement bien caché, mais je crois que ce n’était vraiment pas le cas.

-Elle n’a pas du aller bien loin. Toi, va voir si il y a pas une place où elle peut s’être cacher.
-Mais Karl, elle est surement loin à l’heure qu’il est.
-Je m’en fiche! Elle a vu nos visages! Fais ce que je te dis!


J’avais terriblement peur. Un bruit sourd retendit et j’entendis des voix : «Pars là». Le bruit qui avait trahis ma présence était un sac d’ordure trop près du bord de la poubelle qui avait échoué par terre et par se fait étendu son contenu. Je voulais disparaître six pieds sous terre seulement pour ne pas avoir à vivre ce qu’il allait me faire subir. «Elle est là!» me tirant par les cheveux et en tombant au sol, il me releva d’une main. Ma cheville n’était rien à ce que j’allais vivre apparemment.-Oh, elle a mal à petite bestiole. Il ne fallait pas nous fuir, ma zolie.Les trois mecs étaient alentour de moi et je ne pouvais bougé ou m’enfuir. C’était quoi qui m’avait passé à l’esprit à prendre un cours du soir ? Non, surtout emprunter une ruelle ? Des larmes coulèrent sans que je leur en donne le droit. Il avait l’air de parlé aux noms de tous.

-Tu as vu nos visages, tu dois souffrir et mourir… as-tu une dernière parole à dire avant de mourir ?
-Je le dirai à personne… pitié non.-Trop tard pour nous implorer.

Il sorte un couteau de sa poche et commença par une petite égratignure qui semblait interminable sur mon avant-bras droit. Je l’a tenais de mon autre bras. J’avais mal. En plus l’autre type, me forçait de me tenir sur ma cheville… Je le regardais en fasse, dans les yeux… je le vis, son sourire sadique sur ses lèvres… prise, je fermais les yeux…
Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Lun 09 Nov 2009, 00:02

Il n’avait plus bougé pendant de longues minutes, et j’étais restée coite à m’inquiéter à chacun de ses souffles. Ses yeux avaient changé de couleur, et je savais qu’une chose plus grave encore n’allait pas tarder à se produire. Surtout que son corps ne cessait d’augmenter le nombre de ses frissons. Alors qu’il m’avait lâché, je m’étais empressée de l’empoigner par les deux bras et avais commencé à le secouer vigoureusement.

- Jérémy! Mais réagis! Mince ! JEREMY !

Mes paroles étaient complètement vaines, je le sentais. Il fallait, et vite qu’il se ressaisisse s’il ne voulait pas faire la plus grosse erreur de toute sa vie. 
Dissimulée sous ma capuche, j’observais inquiète la foule qui s’était stoppé autour de nous. Il fallait avouer que les cris de mon ami aurait pu alerter la ville voisine tellement il hurlait... J’étais désemparée, folle, à tenter de le calmer, alors que son esprit me restait flou. J’entendais les murmures, les paroles qui se disaient à notre sujet. Même le marchand de marrons avait cessé de prôner la vente de ses produits. S’il ne pouvait pas contrôler ses gestes, j’étais la seule à pouvoir le faire.
Ma main partit d’elle-même et alla s’éclater sur sa joue. Il grogna, ses tremblements redoublèrent et il me fusilla du regard.


- Maintenant tu te calmes c’est un ordre !

Mes yeux furieux ne le lâchaient plus. Il releva la tête, et étrangement parvint à me communiquer deux ou trois mots sur son état.

- Je ne t’oblige pas à me suivre après ce que j’ai pu te dire au sujet de notre union, mais je voulais que tu comprennes à quel point cette fille est importante pour moi. Et ça, je n’aurais pu te l’expliquer en tant qu’homme. A présent tu sais tout ce qu’il y a à savoir. Reprends ta route ou suit moi. Mais ne m’oblige pas à renoncer. Car ces mecs, je ne les épargnerais pas.

Il pivota, et voulut s’enfuir sans crier gare.

- Attends! Mais attends! Calme toi deux minutes et sois plus clair ! Non! Jérémy!

Il avait commencé à courir, seul, vers une ruelle dans l’ombre. Je savais ce qu’il avait l’intention de faire, et loin d’être à l’aise, j’avais même commencé à paniquer. Je ne tarderai pas à le perdre.

- Non !

C’était trop tard, son corps s’était peu à peu recouvert de ses longs poils de carnivore. Dans un réflexe, mes pieds quittèrent alors le sol, et mes pattes percutèrent les remplacèrent. Avec la lune, et comme à son habitude, mon pelage avait commencé à resplendir d’un gris argenté. Je courus avec aisance juste devant ses yeux et me stoppai, plus déterminée que jamais. Il fut contraint d’arrêter sa course en freinant de justesse devant moi. Ses yeux étaient vides, cruels, atteints par quelque chose qui lui dévorait le coeur. Son esprit n’était que plus clair pour moi quand je vivais en louve. J’y vis une jeune femme, tremblotante, coursée par une petit groupe d’homme âgés 18 à 25 ans me semblait-il. J’avais déjà connu ça, notamment parce que j’en avais été une des cible une fois. Jérémy poussait des soupirs de détresse. Je m’intégrais dans son esprit avec aisance comme l’aurait fait les membres d’une meute.

- Calme-toi, je t’en supplie. Tu n’as aucune raison de t’en faire. Je suis là. On va la sauver. Jérémy! Ecoute moi! C’est une promesse! Ils ne lui feront rien! Concentre toi deux secondes veux-tu?

Il se recula et hurla un cri strident. Il allait nous faire repérer. Je m’écartais de sa route, et il reprit sa course avec rapidité. Mes pattes s’empressèrent de s’engager à sa suite. Il fallait qu’on s’éloigne du centre ville, si on voulait pas le regretter. Pourquoi fallait-il toujours que je me sente seule même quand il était à mes cotés? Il avançait à une vitesse démesurée. J’étais derrière, à droite, à gauche, à tenter de l’éloigner du danger, comme si au fond, je représentais le mur invisible qui l’empêchait de se jeter dans la gueule du loup. Chose ironique étant loup lui-même.
Soudainement, aveuglé par sa haine, je le vis prendre un rue vers les lumières, et la population. Mon corps bondit au dessus de lui et alla lui barrer la route avant même qu’il ne s’engage là où il n’aurait pas voulu aller.
J’infiltrais son esprit, et tentai à mon tour de localiser sa protégée. La rue, je la connaissais pour l’avoir parcourue mainte et mainte fois. Je l’attrapais calmement par la nuque, et l’encourageait à me suivre. Etrangement il n’opposa aucune résistance. Je compris trop tard que son esprit était déjà bien présent dans le mien.
Nous courûmes dans la nuit, passant par les ruelles les plus obscures qui pouvaient exciter. Le slalom était aisé pour des gens de notre race, et mon odorat m’avertit rapidement de la présence des intrus.
Sa vitesse dédoubla. Percutant son flan, et parce que j’étais persuadé, qu’il se serait jeté sur eux en loup sans avertissement, je m’introduisis une fois de plus dans son âme.


- Pas comme ça Jérémy... Pas en loup...

Sur ce, mon corps d’asiatique réapparu juste devant lui. Plaquée contre le mur qui nous cachait de la malheureuse scène, je pivotai ma tête dans la ruelle, et aperçu la jeune femme allongée au sol, entouré des cinq criminels.
Me sachant soutenue, et pour lui donner le temps de se métamorphoser sans qu’ils aient le temps de la toucher à nouveau, je sortis dans la lumière, et accentuai ma concentration.


- Lâchez là!

Ils pivotèrent, sourirent un instant, et l’un d’entre eux, ne distinguant pas Jérémy tenta de s’approcher de moi avec un sourire niais. La rage de mon ami était palpable. Le coup serait violent...
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Smith

avatar

Alpha de la Tribu & double de Lénie.

Masculin Nombre de messages : 156
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 03/06/1990


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je suis télépathe et je vois l'avenir.

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Ven 20 Nov 2009, 23:22

Ayant retrouvé sa forme humaine, Jérémy tenta de toutes ses forces de se contrôler. Habituellement calme et impénétrable, il était entré dans une colère folle lorsque le visage terrorisé de Jennifer lui était parvenu en images mentales. Et dès lors, il le hantait tel un souvenir de cauchemar qu'on ne parvient à oublier et cela le rendait fou. Il avait perdu toute notion de la réalité et ne voyait que par la haine qui s'était imprégnée de lui. Même l'idée de Lily et de son sourire ne parvint à le calmer et Dieu seul sait combien son inconscient avait tenté de le raisonner au travers de cet amour.

Ce ne fut donc que tout naturellement que le coup partit en direction du premier menton qui parvint à sa portée-provoquant un craquement sonore dont le retentissement fit taire immédiatement les ricanements incessants des autres mâles. Gardant le poing serré, le loup jeta un regard dans la direction de Lénie, avant d’agripper le col de sa première victime étalée au sol, la mâchoire brisée. D’un geste vif et empreint de dégoût, il le redressa telle une poupée de chiffon, et lui prit le visage, appuyant précisément là où l’os avait lâché. Un gémissement s’échappa de la gorge de sa proie quand Jeremy resserra son étreinte à l’aide de son pouce et de son index avant de l’obliger à le regarder dans les yeux.

« La demoiselle vous a dit de la lâcher. »

Un murmure, un seul suffit à emplir de peur le regard de l’homme qu’il tenait fermement entre ses pattes. Mais, les autres, étaient visiblement demeurés impassibles et reprirent leur raillerie de plus belle, posant leurs sales mains de vicieux sur le visage, les cheveux, le corps de son amie…tout en se moquant des deux loups dont l’un rêvait de leur arracher les membres qui s’étaient aventurés à toucher Jennifer. Mais comme pour les défier un peu plus, le détenteur du couteau tira la pauvre jeune femme par les cheveux, et tout en la plaçant bien en vue dans un faisceau de lumière, il plaça l’arme sous sa gorge et l’entailla une nouvelle fois.

Le sang qui goutait de la plaie fit imploser Jeremy. Et comme s’il s’agissait d’un simple pantin, il projeta avec une force surhumaine l’homme à la mâchoire cassée qui alla s’étaler à quelques mètres d’eux, inerte. Puis, comme pour signaler à Lénie que l’heure était venue, le lycan émit un grondement guttural avant d’avancer vers eux d’un pas lent mais décidé-et dont le regard trahissait avec ardeur l’animosité qui l’animait. Il savait que chacun de ses mouvements pouvait être fatal à son amie, et c’est pourquoi il parvenait avec difficulté à contrôler cette envie de les découper en petits morceaux. Avant tout, il devait être certain que Jen serait en sécurité. Hors de portée de cette lame qui la menaçait continuellement…

« Avance encore un peu mon p’tit loup, et je la saigne comme un porc qu'on égorge à l’abattoir. »

Tournant la tête vers son amie qui se trouvait à ses côtés, Jeremy lui sourit faiblement, avant de rediriger son regard vers les deux agresseurs encore sur leurs jambes. Il s’était arrêté lorsque avait résonné la voix du plus costaud et dont la lame brillait entre ses doigts, mais il n’avait pas desserré les poings pour autant. D’ailleurs, ce fut l’utilisation de l’expression « p’tit loup » qui le fit sourire ainsi.

« Tu ne sais pas de quoi tu parles mon grand, fit le lupin entre ses dents. Pose ce couteau tant que ta main est toujours valide. »

Un rire malveillant répondit à son conseil. Un rire de trop. Jeremy découvrit alors une part de la personnalité de Lénie dont il ignorait l’existence, jusqu’à aujourd’hui.
La soirée promettait d’être sanglante…
Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Sam 21 Nov 2009, 16:37

Comme prévu, Jérémy s’était pointé, fou de rage. Son regard, même s’il ne m’était pas concerné me faisait gravement peur, et je me demandais comme ces imbéciles pouvaient rester stoïques. Même après l’attaque sur l’un d’entre eux, le leader, ne pu s’empêcher de faire le con. La gorge de Jennifer s’était mise à saigner de façon abondante, et je priai à l’intérieur de moi-même en pensant que la scène aurait pu être pire entre les mains d’un vampire. Cette violence gratuite ne répugnait. Comment pouvait-il oser s’en prendre à des innocents sans raison? C’était complètement hors de mes principes, et je crois que si Jérémy n’avait pas été si vif, je m’y serais précipitée à sa place. Cette jeune humaine, certes, n’était pas vraiment quelqu’un pour moi, mais étant la protégée de mon compagnon, il m’était impossible de rester de marbre. 

Au fond de mon coeur, je sentais à mon tour, la rage qui me ferait faire des choses horribles si je la laissais agir librement. Soudainement, l’autre Alpha, me fixa, comme si par un simple regard j’aurais pu tout comprendre. Bien sûr que j’avais compris. Bien sûr que j’étais dans un état similaire, bien sûr que ma métamorphose aurait été la solution, car une fois morts, ils ne nous auraient pas démasqué. Cependant, c’était hors de mes principes... Ses prunelles ne me quittèrent pas. Immobile je tentai de me raisonner.

« Avance encore un peu mon p’tit loup, et je la saigne comme un porc qu'on égorge à l’abattoir. »

Ma tête pivota violemment vers le concerné au moment où j’entendis ces propos. Comment avait-il osé? Est-il complètement dépourvu de cerveau? Mon coeur tambourina dans ma poitrine. Ma louve ne tiendrait plus très longtemps. Mes poings s’étaient fermés d’eux mêmes. La pression que je leur infligeai, fit même jaillir quelques gouttes de sang de ma paume. Mes dons de guérison rapide cependant, n’en feraient bientôt que des souvenirs.

« Tu ne sais pas de quoi tu parles mon grand. Pose ce couteau tant que ta main est toujours valide. »

Mes yeux pivotèrent vers Jéremy. Pas peu fière, je fixai mon compagnon d’arme avant d’être subjuguée par le cran que l’autre avait. L’imbécile s’était mis à rire. Un rire rauque et cruel qui me fendait le coeur. Je tapai du pied sur place.

« C’est quoi ton problème connard! Ça te fait rire ? »

Son regard se plongea dans mes yeux terre. Mes sourcils s’étaient froncés, furieux. Visiblement amusé par ma réaction il ne parvint pas à dissimuler un nouveau sourire. Des tremblements s’emparèrent de mon corps...Ce n’était pas le moment...

Mes pas avancèrent d’eux mêmes vers la future victime. Passant devant Jérémy, s’en vraiment le voir d’ailleurs, j’avais commencé dans ma tête à réfléchir à mon assaut. Seulement ma tenue, loin d’être adaptée, ne m’offrait pas réellement d’idées d’auto-défense. Je passai une main dure et tremblante sur tout mon corps à la recherche de stratégie. Mes doigts glissèrent sur la soie de ma robe violette qui s’étalait au dessus de mes genoux. Puis je repensai à mes bottes, la cape que j’avais gardée sur mes épaules, et la longue capuche où s’étaient installés mes cheveux ondulants. Dans leur progression donc ils tâtèrent ce qui serait ma chance.

« Alors ma Belle, tu veux venir toi aussi jouer avec nous ? »

Visiblement je n’étais pas considérée comme un danger potentiel. Il s’était contenté d’abaisser de quelques millimètres le couteau de la gorge de Son amie, pour tendre sa main libre vers moi. J’ignorais ce que pouvait penser Jérémy de mes actes. Mais la rage qui nous envahissait tous les deux était un signe de compréhension.

« C’est ça... »

Je lui tendis ma main avec un sourire taquin, et glissai mes doigts sur mon ventre. Heureux de s’être trouvé un nouveau jouet, et pas assez malin pour sentir le danger, il avait continué à s’approcher, croyant s’en doute que je m’offrais comme rançon en échange du relâchement de Jennifer. Cette dernière me fixait, paniquée, immobile, en portant une main à son cou. Ma main glissa jusqu’à ma taille. L’idiot suivait le geste comme un chien aurait suivi la nourriture qui lui était destinée. Mon autre main se posa sur sa joue, il frissonna légèrement.

« Tu veux jouer c’est ça ? »

J’avançais ma tête jusqu’à son oreille. Et étrangement il ne bougea pas. Sa main armée glissa contre son corps, et Jennifer, plus soutenue, s’écroula au sol, affaiblie. Tout doucement, et parce que je savais que la réussite de ma stratégie justifierait la victoire de Jérémy, je lui murmurai d’une voix que je voulais sensuelle, ces quelques mots.

« Alors mon petit.... Jouons. »

Je posai ma main derrière sa nuque, et écrasai mon genoux dans son ventre. Je tournai sur moi-même et éclatai ma main sur le haut de son crâne. Et bien que j'en ai senti a douleur, rien ne me rendait plus heureuse que de le voir souffrant. Etrangement, je me languissais de sa peine...

« Maintenant Jérémy ! »

En un geste, et avec une rapidité qui parvint à m’étonner, je tirai violemment la ceinture qui était accrochée à ma taille et fouettai le malotru recroquevillé sur lui-même à cause du coup. Le son claqua, et il s’étala au sol furieux. De on ne sait où, je parvins à sortir les baguettes chinoises que j'avais l'habitude de garder sur moi en cas de danger. Au fond, je savais que j'étais devenu agile quand il s'agissait de les manier, et les faire tourner entre mes doigts, me procurais un bien gigantesque. Pour la première fois je me battais pour quelque chose. Et pour quelqu'un.

J'en avais deux paires dans les deux mains. Ayant pris du temps à les aiguiser, elles volaient avec plus d'aisance, comme l'aurait fait des petits poignards. J'en saisis une calmement entre mes deux doigts, et fermai les yeux. De loin bien sûr on aurait dit que je priais, mais les gens communs, en général, ne connaissent pas la puissance du samouraï recherchée dans la réflexion. Je ré-ouvris des yeux bleus au bout de quelques minutes. C'était devenue une manie. Je parvenais désormais à ne faire apparaitre que certains aspects de mon apparence de louve, notamment pour un meilleur combat. Et ces yeux azurs étaient plus perçants dans les lieux obscurs.

En calant une baguette entre mes doigts, et dans un geste vif, l'objet parvint à voler de manière parfaitement droite, vers la paupière d'un autre adversaire. Le sang gicla calmement du coin de son oeil, alors qu'une autre de mes armes courait vers une autre cible qu'elle atteint en dessous de la poitrine droite. Je souris, et sortis des larges poches de ma capes une nouvelle paire de bâtonnets. Un sourire se dessina sur mes lèvres. Jérémy s’était rapproché. Les attaquants avaient sorti des petits poignards, pendant qu’en une pirouette je me retrouvai dans le dos de Jennifer à analyser l’état de sa blessure. Elle s’était évanouie. J’étalais ma cape sur le corps de la blessée, et reculai de quelques pas pour laisser de la place à l’attaque de mon compagnon, deux baguettes coincées entre les dents. Je fixai une dernière pour lier mes cheveux de manière chinoise, et d'un calme olympien, fut prête à servir de barrage, les bras écartés, le regard sombre...




Il ne faisait aucun doute. Avec les ennemis devant, moi derrière protégeant sa protégée, il pourrait agir aussi brutalement que le désirerait son corps. Quitte à devenir loup, peu importait... Oui, c’était vrai, le coup serait violent...
Revenir en haut Aller en bas
Jennifer Lawrence

avatar


Féminin Nombre de messages : 288
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 19/10/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un(e) solitaire.
» Mon don: Télépathe. Je communique par la pensée des autres... mais cela n'est que dans un sens.

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Lun 23 Nov 2009, 03:15

Je priais et je crois que ma prière à été exaucé. Jeremy, le seul... J’entendais sa voix... le temps d’entrevoir son regard... Le même regard qui était gravé dans ma mémoire depuis longtemps. Le même et puis, il changea radicalement en me voyait. Je n’étais pas belle à voir et surtout, j’avais tellement mal. Ensuite tout déboula, pourquoi, il n’avait pas appeler la police à la place. Il était que deux, lui et une autre fille qui avait l’air si maigrichonne pour occasionné ces gars de me lâcher. Tout dégringola ensuite, j’étais à peine conscience. Le couteau sous ma gorge et une entalle faite. Je me mis la main à ma gorge, la retira. Je vus que le sang collé sur ma main. Je pleurais, j’avais simplement envie de disparaître. Je voulais que tout cela se termine. J’entrevus le visage de cette jeune fille.

Ma vision commençait à faiblir. Le gars m’avait lâcher pour s’occuper des deux nouveaux bagarreurs, mais moi, j’étais par terre, face contre terre, boue et eau sale. Mes yeux se fermèrent peu à peu et je perdis conscience. Je me retrouvais dans le néant. Je ne voyais plus rien. Je n’entendais pas. J’étais inconnu du monde réelle. Où était Stefy? Je voulais la voir et la serrer dans mes bras et me dire que cette histoire n’était qu’un cauchemar, mais je ne pouvais pas. Cette scène monstrueuse s’était produite et la fin commençait à arriver. Je n’étais plus présente pour voir la fin. Je voyais que du noir, moi assise dans le noir…
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Smith

avatar

Alpha de la Tribu & double de Lénie.

Masculin Nombre de messages : 156
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 03/06/1990


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je suis télépathe et je vois l'avenir.

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Dim 29 Nov 2009, 21:50

La soirée commençait à tourner à leur avantage. Jérémy, aux aguets, demeura figé face au spectacle que lui offrit sa jumelle. D'une agilité époustouflante et d'une audace sans limite, elle jouait de ses facultés animales afin de mettre l'un des deux hommes à terre. Ce qui fut d'une facilité déconcertante. L'avantage d'être une femme sans doute.
Effectivement, le malfrat ne s'était pas méfié d'elle, la considérant presque comme un jouet de remplacement qui semblait plus apte à être tripoté que l'adolescente qui gisait à présent au sol. Lénie feignait parfaitement le jeu d'une geïsha ayant repéré un homme à séduire. Un jeu dangereux dans lequel il tomba aisément.
Quel piège magnifique. Le loup en demeura bouche bée. Mais n'ayant pas perdu le fil de l'histoire pour autant, il pistait le moment propice à attaquer. Son amie, qui sortit des baguettes aiguisées comme des aiguilles, se mit alors à attaquer comme une furie, causant des dommages aux deux hommes, les faisant ainsi reculer. C'était le moment d'agir. Dès lors, ils ne se préoccupaient plus de Jen, qui semblait peu à peu tomber dans un coma profond. Les deux loups devaient régler cela rapidement e l'emporter au plus vite à l'hôpital.

Tout à coup, la douce voix de Lénie claqua dans sa tête au moment même où elle se plaça devant la jeune victime.

"Maintenant Jérémy !"

Ni une, ni deux, le loup, qui se trouvait tout de même à quelque mètres d'eux et qui tentait depuis tout ce temps de canaliser sa colère afin de ne pas laisser libre court à sa sauvagerie, leva le regard vers les deux hommes qui avaient tourné la tête dans sa direction lorsque Lénie cria, fit trois pas en courant, et bondit dans leur direction.

L'instant d'après fut d'une sauvagerie extrême et Jeremy fut soulagé que Jennifer était inconsciente à ce moment là. Ayant bondit de ses deux jambes d'homme, le jeune alpha atterrit devant les deux agresseurs sous la forme d'un loup blanc gigantesque. Ses yeux jaunes jetaient des éclairs tandis qu'il grognait dans leur direction, leur montrant une rangée de crocs effrayants.
L'heure de laisser libre court à sa colère avait sonné.

Fendant l'air d'une de ses pattes avant, il vint percuter le torse du plus maigre qui craqua sous la puissance du coup, et alla s'écraser sur le sol avec fracas. Dès le départ, il s'était promis de garder le denier en vie. Ou tout du moins, en assez bon état pour qu'il sente la douleur qu'il allait sitôt connaître. Lui qui avait osé toucher son amie de sa lame, laverait l'affront de son sang, et surtout de la souffrance qu'il compter lui faire subir.
Mais tout d'abord, Jeremy s'était juré de la venger sous sa forme humaine, afin de faire voir à cet être dépourvu de conscience ce qu'était le véritable Mal. Lui qui avait vécu au sein d'une famille de mafieux, il possédait un savoir-faire illimité en la matière et compter bien l'utiliser durant cette nuit. L'aurore allait être de couleur rouge sanguine...

Avec une volonté surhumaine, le loup laissa donc place à un corps nu et athlétique, dégoulinant de sueur et de rage. Sa peau frissonnait sous l'effet de la colère et du plaisir qu'il allait connaître à le frapper sans retenu.
Il ne comptait pas l'épargner...
Levant des yeux ambrés vers cet homme qui le répugnait, il évita avec aisance le coup de poignard peu assuré qu'il tenta de donner, avant de s'emparer du poignet et de le tordre d'un mouvement sec. L'os craqua et valut un hurlement de douleur déchirant.

" Tu n'aurais jamais dû tenter de lui faire du mal"

Lui tordant le bras dans le dos, Jeremy se pencha en avant, à tel point que leurs nez se frôlaient presque, puis agrippa son visage et le cogna avec violence contre les vieilles pierres de l'édifice qui leur faisait face. Sa victime tourna de l'oeil quelques secondes avant de reprendre le fil de la réalité et de trembler face à cet adversaire devant lequel il ne faisait pas le poids. Jeremy sourit à cette pensée qu'il perçut au passage.

" En effet, il est plus simple de s'en prendre à une adolescente sans défense. "

D'un second mouvement vif, il tira vers lui le membre qu'il serrait d'une poigne de fer, faisant basculer le corps de cette ordure vers l'avant, avant qu'il ne touche le sol sans grâce ni délicatesse. Le loup en profita pour lui donner un coup dans l'estomac, lui valant un second gémissement, plus suppliant, cette fois.

" Ha, tu commences à comprendre, mon grand. De nous deux, le grand méchant loup, ça n'est pas toi."

Un deuxième coup de pied lui fit cracher une giclée de sang, brisant quelques côtes au passage.
Jetant un coup d'oeil vers Lénie et Jennifer, Jeremy vit la plus jeune des deux immaculée de sang, et sombrant peu à peu dans la nuit éternelle, ce qu'il ne permettrait pas. Il devait se hater, mais désirait pourtant faire souffrir cette ordure comme elle le mériterait. La mort n'était pas suffisante, et bien trop facile à atteindre. Mais devant le spectacle désolant de son amie à terre, il ne put que se résigner. Désirant tout de même rester gravé dans sa mémoire, même en enfer, l'alpha s'apprêtait à le cogner à l'aide de son poing, plus redoutable encore qu'une batte de baseball, mais son reflet se dessina dans un vieux miroir brisé. Ses yeux injectés de sang, ce rictus ignoble et effrayant...A ce moment, l'alpha eut envie de vomir cette image de lui qu'il croisa sans le vouloir. Il était, à cette seconde précise, le portrait craché de son père, et cette idée lui donna envie de rendre son déjeuner. Il laissa alors tomber son bras, et fit quelques pas en arrière. Le faire souffrir ne rétablirait pas la balance. Jennifer serait de toute façon marquée à vie-si elle s'en sortait

L''agresseur qui était parvenu tant bien que mal à s'assoir, eut, ne serait ce que quelques instants, l'espoir qu'il repartirait chez lui sauf. Mais il vit le regard mortel de son bourreau, et se mit à hurler de terreur, comme si la mort-même lui faisait face. Reculant avec difficulté à l'aide de ses bras, il ne put pourtant échapper au coup fatal porté par l'une des baguettes de la japonaise. Celle-ci fut en effet logée d'un geste sec dans le creux de son cou, et dépassait de part et d'autre, faisant naître une goutte de sang à chaque extrémité.
L'homme grassouillet ouvrit de grands yeux bleus vers le jeune homme nu qui l'observait mourir, avant qu'une dernière larme ne vienne rouler sur sa joue et mourir sur ses lèvres à l'instant même où il lâcha son dernier souffle. Le lupin demeura statique durant quelques secondes devant la scène morbide dont il était l'auteur, avant de récupérer le morceau de bois et d'essuyer le sang à l'aide de la veste du défunt.

Puis il s'empara du jeans du plus mince et l'enfila avant de se rendre près de Lénie. Posant une main réconfortante sur son épaule, il l'embrassa sur le front avant de porter un regard inquiet sur Jen.

" J'espère qu'elle s'en sortira. "

A ces mots, l'alpha prit délicatement son visage entre ses mains, le plaqua contre son épaule avant de passer son second bras sous ses jambes. D'un mouvement aisé, il se redressa et se tourna vers son amie.

" On doit se dépêcher de l'emmener à l'hôpital. Je crois qu'elle a perdu pas mal de sang..."

En effet, la plaie qu'elle possédait au cou n'était pas bénigne et demandait qu'elle soit soignée au plus vite. Se tournant alors vers la sortie de la ruelle, il fit trois pas en marchant, avant de se décider à courir, Jennifer serrée contre son torse. Il n'avait besoin de se retourner pour savoir que la louve le suivait. Ses pensées n'avaient plus aucun secret pour lui.
soudain, un bruit lui signala qu'un des hommes était encore en état de gesticuler, mais préoccupé par l'état de la petite brunette, il n'y prêta guère attention et préféra redoubler de vitesse plutôt que de faire machine arrière. Après tout, peut être que Lénie se ferait un malin plaisir à se défouler sur lui...
Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   Ven 01 Jan 2010, 16:20

J’avais beau mettre efforcée de ne pas regarder la morbide scène dont mon jumeau était l’auteur, les craquements sourds des os, et les hurlements ne pouvaient pas me laisser de marbre. Bien sûr ils avaient mérité ce funeste dessein, mais si j’avais pu ne pas être témoin, je n’aurais pas dit non. A mainte reprise, une voix frêle s’était enfuie de ma gorge pour supplier mon frère de cesser de faire autant de mal. Je savais, qu’au fond, se voir si cruel cela ne pouvait que l’affaiblir. J’ignorais quel était son passé, j’ignorais combien de tristes époques il avait dû subir, mais le voir comme ça, cela me faisait peut-être aussi mal que lui.

- Jérémy, ça suffit...

Sa colère, cependant le rendait sourd à mes prières. Je tournais le regard vers le sol au moment où les côtes de notre adversaire se craquèrent en un bruit sourd. Avec toute la force dont j’étais capable, mon visage se fendit en une grimace de dégout.

- Jérémy...

Le malotru hurla, et le regard de Jérémy venant de quitter les débris d’un miroir, je compris la douleur que lui faisait ces propres gestes. Le voyant s’approcher pour son ultime assaut, et sans réfléchir, plus longtemps, je m’emparai d’une baguette que j’avais coincée dans mes cheveux, et la lançai dans la direction du semi-cadavre. Je maudissais mon acte, je ne faisais qu’approfondir ce que j’étais en train d’essayer de stopper. Sans trop que cela m’étonne, le projectile traversa la gorge de ma victime, lui coupant son dernier souffle. Il s’écroula sur sa droite dans un bruit sourd, sans avoir oublier d’observer une derrière fois ce loup blanc qui venait de couper le fil de sa vie.
Dégoutée, je tournais la tête en arrière, fuyant cette affreuse scène dont j’étais une des auteurs. J’entendis Jérémy reprendre forme humaine pour la dernière fois, et après s’être rapproché de moi avec réconfort, se saisit de Jennifer, parfaitement inconsciente et inanimée comme jamais.


- On doit se dépêcher de l'emmener à l'hôpital. Je crois qu'elle a perdu pas mal de sang...

Je levais la tête vers lui, avec détermination, trop heureuse de pouvoir fuir ce triste lieu. Il avait commençait à trotter. Liée à son esprit je m’étais empressée de suivre. Mais cette pseudo-alerte sur un dernier survivant, me fit tourner la tête vers les «mauvais garçons».
Alors qu’il continuait à courir, j’avais regardé avec une certaine peine un des malheureux tentait de se remettre sur ses jambes. Je fis un petit geste de la main à Jérémy pour lui ordonner de continuer, et fis de nouveau face au jeune homme agonisant. J’avançais de quelques pas, tout en parlant.


- Cela ne t’as pas suffit?

Il gémissait de haine et de douleur, et semblait déterminé à attraper quelque chose de sa poche droite.

Je n’ai aucune envie de te tuer. Ne m’y force pas.

Soudainement, il sortit un revolver d’on ne sait où, et en une fraction de seconde le pointa sur moi et appuya sur la gâchette. Je parvins de justesse à éviter que le coup n’atteigne mon coeur, et la balle s’écrasa juste légèrement sur mon épaule, ce qui libéra instantanément un peu de sang. En maintenant, ferme, la blessure de ma main droite, mes yeux s’était éclairés de nouveau.

- Tu es un idiot.

En enlevant d'une main les bâtonnets qui me tenaient les cheveux en un amas désordonné, je me servais de ma rapidité pour mettre hors d'état de nuire ce spécimen. Et même si je souffrais et que je l'observais d'un regard vide, je parvins à faire glisser les bâtons entre mes doigts, avant de les poser légèrement sur mon front pour préparer l'attaque. Les baguettes volèrent jusqu’à ses yeux, il poussa un cri strident, et s’écroula à son tour. Sans attendre une seconde de plus, je m’engageais derrière mon jumeau, essayant d’oublier la blessure à vif qui séjournait maintenant sur mon épaule. La blessée dans l’histoire ne devait pas être moi. Je déchirai un bout de ma manche, et au moment où je finissais mon bandage d’infortune, mes pas avaient rejoins Jérémy.

- Ne trainons plus maintenant.






(HRPG/ Pas pu faire très long cette fois. L'inspiration m'a un peu manquée. L'étape hôpital va me re-motiver ! Désolée du retard !)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]   

Revenir en haut Aller en bas

Une leçon [Pv Jen/Lénie/Jeremy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination - RPG™ ▬ Forum Fermé :: Archives & Corbeille :: ▬ Archives & Corbeille :: ▬ Corbeille-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Films