AccueilPartenairesFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez nous sur notre nouveau forum!
Nous espérons de tout coeur que ce nouveau forum, certe un peu éloigné de l'univers de Twilight, vous conviendra. ^^ En espérant vous y retrouver très vite.
L'Equipe d'Across ™️

 

Un moment de détente. [ LIBRE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un moment de détente. [ LIBRE ]   Jeu 31 Déc 2009, 19:43

    Je lui tournai le dos tout simplement pour pas qu’elle ne soit gênée de ma présence. En effet, l’inconvénient lorsque nous nous transformons nous nous retrouvons totalement…Nus. Quand nos transformations étaient contrôlées, cela ne posait pas tellement de problème puisqu’au préalable nous prenions le soin d’emporter avec nous des vêtements, enfin des vêtements, nous prenions simplement le stricte minimum, c'est-à-dire un simple bermuda que nous pliions et que nous attachions à une de nos pattes. Ainsi une fois notre mission où ronde terminée, nous n’avions pas que renfiler ce vêtement. Mais dans ces situations, où nos transformations n’étaient absolument pas contrôlées, nous nous transformions sans avoir l temps d’enlever nos vêtements, ce qui était plus ennuyeux puisqu’une fois la crise terminée, nous n’avions plus de vêtements sur nous, ce qui était plutôt problématique surtout quand nous trouvions face à des inconnus comme aujourd’hui. Heureusement pour moi, où plutôt pour nous deux…Aujourd’hui, le caractère fouineur (dans un sens amical) nous avait plutôt rendu service. Grâce à lui, nous n’étions ni l’un ni l’autre à moitié nu, ce qui était une bonne chose, car avec ce qu’il venait de se passer, cela aurait été la cerise sur gâteau. Attendant qu’elle se transforme, j’observai mes propres blessures, sous forme humaine, elles étaient beaucoup plus impressionnantes, j’avais une longue griffes tout le long du torse, qui s’était remise à saignée du fait de ma transformation peut être un peu trop rapide…Elle me faisait un peu, était assez profonde mais sérieusement, j’avais déjà eu pire que cela. J’avais quelques autres traces de griffes et de morsures mais rien de très sérieux.

    Une fois que je me fus observé sous toutes les coutures, je croisais mes bras tout en faisant une grimace…Ouille, j’avais oublié que je ne pourrais plus appuyer mes bras sur mon torse pendant quelques heures. Bon, elle allait se grouiller un peu où quoi ?? La nuit était tombée, et déjà la lune avait pris la place du soleil accompagnée par sa troupe de d’étoiles qui étincelaient de mille feux. Le vent s’était de nouveau levé et rafraichissait l’atmosphère d’une température…Glaciale. Je songeais un instant aux loups de la meute, ils devaient tous être chez Emily et Sam à rire et à manger comme des goinfres…Comme une seule et même famille alors qu’en réalité nous venions tous de mère et de père différents, sauf Embry qui, si il avait une mère différente, s’était révélé avoir un père commun à l’un des autres loups, puisque dans le cas contraire, il ne se serait pas transformé. Même si cela suscitait pas mal d’interrogation, pour nous il n’était pas différent, il restait notre frère. Soudain, j’entendis sa voix, elle me remerciait…Enfin, ce n’était pas top tôt, cela faisait deux fois que la sauvait du pétrin. Je me retournai et dis un fin sourire aux lèvres, qui n’avait rien de moqueur :

    « Mais de rien…Je trouve toujours une solution. »

    J’avais dit cela pas dans le but de me vanter, ni pour la mettre mal à l’aise, simplement pour mettre une touche de bonne humeur dans cet instant plutôt critique…M’approchant d’elle, je m’accroupis et fis courir mes doigts sur ses plaisirs, il était vrai qu’elles étaient plutôt sérieuses, je n’imaginai pourtant pas y avoir été si fort que cela….Contrairement à elle, j’y avais été avec la douceur d’un agneau. D’un autre côté, je faisais au moins le double de sa propre taille, je n’avais certainement pas du me rendre compte de notre différence de force. Une fois que j’eus constatée ses blessures, et surtout celle au niveau de son cou…J’en conclus que Sam allait me tuer, alors autant se faire discret. Poussant un long soupire, je passai mon bras derrière son dos, je l’aidai à se mettre debout puis commençant à l’aider à avancer je dis avec un fin sourire :

    « Viens, je vais t’emmener au village pour te soigner…Tu as de sérieuses blessures… »

    Puis même si il s’agissait d’un mot qui me déchirait la gorge je conclus :

    « Je suis désolé…Je ne mesure pas ma force »
Revenir en haut Aller en bas
Isleen Anderson

avatar


Féminin Nombre de messages : 557


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un(e) solitaire.
» Mon don: Je n'en ai pas.

MessageSujet: Re: Un moment de détente. [ LIBRE ]   Jeu 31 Déc 2009, 20:52

Je n’avais plus qu’une envie : dormir et attendre que tout cela passe. Oh je savais bien que je ne pourrais pas dormir, pas vraiment, mais je pouvais demeurer immobile, les yeux clos, et ne plus rien faire. Sans atteindre le doux plaisir que procure le sommeil, je me reposerais tout de même, et c’était là tout ce dont j’avais besoin.

Naturellement, ce n’est pas ce qui arriva. De toute façon, je n’aurais pas pu rester là, déjà parce qu’il faisait froid, et que j’étais presque nue, mais aussi parce que la nuit était tombée me semblait-il d’un coup, et que la mer montait. Elle aurait finit par me rejoindre, et je n’étais pas franchement tentée par un bain salé pour le moment. Je soupirais, et rouvrais les yeux. Dans tous les cas de figure, je serais contrainte de bouger. Et puis, j’imaginais mal le jeune homme m’abandonner là…

_ Mais de rien… Je trouve toujours une solution.

J’avais que j’étais curieuse de voir ce qu’il avait pondu pour le cas présent. Déjà, je le vis s’accroupir, et je n’eus pas physiquement de réactions, autre que de le regarder droit dans les yeux. Ils étaient tellement sombres, c’était impressionnant, mais ça collait parfaitement avec son teint. Un indien aux yeux bleus, ça m’aurait certainement plus choquée.

*Je pense n’importe quoi…*

Précautionneusement, il posa ses doigts vers mes blessures. Je retins ma respiration pour ne surtout pas bouger. Il eut une étrange grimace, et moi je blêmis en découvrant le sang qui coulait de son torse. Mon dieu, c’était moi qui avait fait ça ! J’eus un hoquet d’horreur. Bon sang, j’étais un monstre ! Lentement, il passa un bras sous mon dos et m’aida à m’asseoir, ce qui me fit grimacer, puis à me mettre debout, ce qui me fit gémir pour le coup.

Je me focalisais sur ma respiration, parce que je ne sais pas vous mais quand j’ai mal, j’ai tendance à arrêter de respirer, ce qui est un réflexe inutile. Je tenais à peine sur mes jambes, le pauvre garçon devait littéralement me porter. D’ailleurs, un détail me frappa : je ne connaissais même pas son nom. Avec tout ce qu’il s’était passé et la proximité que créait parfois les évènements, cela me sembla ridicule. Mais il parla avant moi.

_ Viens, je vais t’emmener au village pour te soigner. Tu as de sérieuses blessures.

Mauvais plan. Toujours à demie affalée contre lui, je trouvais le courage de protester.

_ Ramènes-moi plutôt à ma voiture, je vais y attendre que tout cela se remette en place. Je suis garée plus à l'est, au bout d'un petit chemin entre deux criques... De toute façon, doit pas y avoir 150 voitures dans le coin.

Comme je sentais qu’il allait protester je précisais.

_ Je ne veux pas t’attirer d’ennuis, et tu en auras si on me voit comme ça. De toute façon, j’ai juste besoin de me reposer un peu. Je rentrerais à Forks ensuite.

Ce que je ne savais naturellement pas, c’est qu’il ne pourrait pas cacher aux autres ce qu’il s’était produit et que donc cette précaution était inutile. Mais c’était là le bien maigre tribut que je pouvais lui offrir. L’instant d’après, il s’excusait. J’admets que j’eus un doute une seconde, mais il me semble qu’il était sincère.

_ Je suis désolé… Je ne mesure pas ma force.

La tête calée contre lui, je répondis aussitôt.

_ Qu’est-ce que je devrais dire ? Tu as le torse ouvert en deux à cause de moi… C’est moi qui suis désolée, je t’ai prise en traître et tu n’as fait que répliquer… Ne t’inquiète pas pour moi, ça sera plus long, mais je me remettrais. Je crois que les loups comme moi sont moins résistants que les loups comme toi, c’est tout…

J’avais vraiment envie de m’allonger, et de fermer les yeux, mais il restait encore pas mal de choses à régler, et notamment une.

_ Au fait, tu t’appelle comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: Un moment de détente. [ LIBRE ]   Dim 03 Jan 2010, 22:58

    Moi aussi je n’avais qu’une envie, qui était de me trouver très, mais vraiment très loin d’ici. Cet après midi, j’étais venu ici dans l’espoir de me calmer et de me reposer, mais je dois dire que ce n’était décidément pas ce qui m’était arrivé. Calme, je l’étais, bizarrement toute ma tension s’était envolée comme ci me bagarrer avec cette louve m’avait aidé à oublier un peu les problèmes qui m’entouraient. La fatigue par contre, elle était encore plus présente que quand j’étais arrivé, comme ci d’un seul coup, toute mon énergie s’était dissipée. D’ailleurs, je ne rêvais que d’une seule chose, retrouver la réserve, manger et aller dormir, car demain, comme tous les jours depuis quelques mois, les nuits étaient courtes, je devais être levé tôt, pour faire mes rondes habituelles en compagnie des autres loups de la meute. Pourtant, le destin en avait décidé autrement, et à cette heure, alors que la nuit était tombée depuis quelques temps déjà, je me trouvais à quasiment porter une jeune fille, dont je ne connaissais même pas le nom, et qui était assez salement blessée, par ma faute, drôle de vie. La soutenant comme je le pouvais, je me rendis bientôt compte qu’elle ne pourrait pas faire trois pas sans se casser la figure…Je n’étais pas à sa place, mais en l’observant on aurait pu dire que ses jambes s’étaient transformées en guimauves. Poussant un long soupire, je passai une de mes bras sous ses jambes et la portai, ainsi, elle n’aurait pas besoin de souffrir pour rien, je n’étais pas sourd et j’avais bien entendu les gémissements qu’elle avait émis rien qu’en s’asseyant, alors elle allait souffrir dix fois plus en marchant, et enfin, le trajet serait beaucoup plus rapide sans doute. Alors que je me dirigeais d’un bon pas vers l’orée du bois afin de prendre la direction du petit village de la Push, je l’entendis dire qu’elle ne désirait pas y aller, qu’elle voulait simplement que je la dépose dans sa voiture et que ses blessures guériraient très vite. Entre nous, je ne comptais pas la laisser seule, avec des blessures pareil, il faudrait certainement plusieurs longues heures, d’attente et sans doute de souffrance avant qu’elles ne se soient correctement refermées, et je n’étais pas assez fou pour la laisser dans sa voiture. Même si les passages étaient plutôt rares du côté de la Push…Un seul humain et se serait la fin de tout.

    « Alors là, il n’en est pas question ! Tu crois que je vais te laisser dans ta voiture, avec des blessures ainsi apparentes…Je sais bien que la Push est réputé pour être un endroit assez désert, surtout en pleine nuit mais il suffit d’un seul humain trop gentil pour que les ennuies ne commencent. Moi, je sais très bien que tu vas guérir rapidement, même si vu tes blessures ça prendra un peu plus de temps que d’habitude, mais cet humain en question de le sait pas, lui. Il voudra à tout prix t’emmener à l’hôpital, ce qui est absolument impossible mais il voudra quand même, et si tu ne veux pas, il pourrait très bien appeler les pompiers et t’y emmener de force. Et que crois tu que les médecins vont dire en voyant tes blessures ?? »

    J’osais à peine l’imaginer. Déjà que depuis quelques temps, Charlier et ses hommes écumaient la forêt à la recherche des loups qui soit disant agressaient et tuaient les randonneurs, alors si l’on venait à se rendre compte des blessures de la jeun fille, cela ranimerait les braises, et une nouvelle chasse au loup et donc, à nous même serait ouverte :

    « Ils vont sans doute prévenir Charlie, car tu ne peux pas cacher que ceux sont des blessures faites par un animal, et là toute la police va se lancer à la trousse des loups donc des loups de la Push, comme ils l’ont déjà fait. Et même, si par chance, il n’y avait personne qui passait par là ce soir, je ne peux pas prendre le risque de ‘condamner’ toute la meute, donc…Tu restes avec moi. Cette nuit en tout cas…Après tu sera libre de faire ce que tu veux. »

    J’avais parlé d’une voix qui n’était pas véritablement autoritaire mais qui signifiait bien qu’elle n’avait pas le choix. Je ne pouvais pas mettre en péril toute la meute tout ça, parce qu’elle essayait de faire comme ci elle ne souffrait qu’un minimum…Elle venait à la Push avec moi, point final. Je pus donc continuer mon chemin, nous avions désormais pénétrer dans le bois, et j’avançais le plus vite possible me concentrant sur le chemin que je connaissais quasiment par cœur, pas question de me prendre les jambes dans une branche aujourd’hui, j’avais assez d’égratignures et elle aussi. A sa dernière réplique, je ne pus m’empêcher d’éclater d’un rire qui résonna dans toute la forêt :

    « Parce que tu penses qu’ils ne sont pas déjà au courant ?? Ils ont su ce que j’ai fait au moment même où je l’ai fais…Ce genre de communication est plutôt embêtante, tu ne trouves pas ?? Que les autres loups puissent lire dans ton esprit, comme toi tu peux lire dans les leurs…C’est la chose qui m’exaspèrent le plus. Et même si ils n’étaient pas sous leur forme de loup à ce moment, Jared ne se gênera pas pour aller rapporter. »

    J’avais dit cela avec un petit sourire. Je savais que Jared ne faisait pas cela dans le but de rapporter, il trouvait juste cela amusant que j’ai du mal à me contrôler. C’était en quelque sorte un jeu pour lui de me voir perdre les pédales, même si il savait que cela pouvait être dangereux. Je ne lui en voulais…On avait tellement besoin de rire ces temps ci, et cet incident ferait certainement rire une bonne partie de la meute, sauf Sam bien entendu.

    « Ne t’inquiète pas pour moi, un sermon de plus où de moins…Je ne fais plus la différence. Hum….Tu as raison, avec ce que tu m’as fait tu pourrais te retrouver avec la meute sur le dos…. »

    J’avais dit cela avec un air sérieux même si je savais éperdument que ce n’était pas vrai. D’ailleurs, je m’empressais de le lui dire, je ne désirais pas qu’elle ait une nouvelle vague d’émotion…

    « T’inquiète pas, je plaisante, ils ne sont pas du genre à faire mal à une mouche. Mon nom ? Paul…Et toi ? »

    C’était décidément une drôle de manière de faire connaissance.

    [ Désolée, mais avec les cours qui reprennent, pas de réponse avant le Week End prochain Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Isleen Anderson

avatar


Féminin Nombre de messages : 557


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un(e) solitaire.
» Mon don: Je n'en ai pas.

MessageSujet: Re: Un moment de détente. [ LIBRE ]   Ven 08 Jan 2010, 20:42

HRPG : pour la peine, un roman, un ! lol



Je ne sais pas si j’aurais pu continuer à marcher… Si toutefois, on pouvait appeler cela marcher (se traîner, ou même se faire traîner aurait été plus juste). C’était très étrange : j’avais conscience de chacune des parcelles de mon corps, même de celles qui d’ordinaires me sont totalement étrangères, sauf sollicitation particulière. Je sentais une à une toutes mes terminaisons musculaires et nerveuses. Je pouvais sentir le réseau qui propageait la vie dans mon corps, je percevais tous les flux d’énergie, les moindres connections qui faisaient de moi une créature assemblées, et tout était douloureux. Il aurait fallu leur expliquer que je n’étais pas blessée partout.

Je sentais toujours mon sang couler, mais c’était presque tari à présent. J’empêchais simplement mes blessures de se refermer par mes mouvements incessants. En même temps, je ne pouvais demeurer immobile pour le moment, et le cou est une zone particulièrement utile quand on marche (ou qu’on tente de le faire). Je ne l’avais jamais remarqué.

Le jeune homme résolut mes problèmes lorsqu’il se pencha, me surprenant. L’instant d’après, j’étais dans ses bras, trop épuisée pour même avoir le réflexe de m’accrocher à son cou. Un de mes bras se retrouva coincé contre lui et moi, tandis que l’autre se mit à pendre piteusement. Heureusement pour lui que je n’étais pas grasse de nature, bien que je me sois quelque peu laissée aller ces derniers temps. Je n’y pouvais rien, quand je déprime, je mange, c’est une équation simple, et les chips sont de la partie la plupart du temps…

J’étais soulagée du poids de la marche, mais je sentis aussitôt celui du ballotement me peser. Vraiment, je voulais parvenir à ma voiture, et ne plus bouger, ne plus penser, ne plus parler, rien… C’était étrange, je n’avais jamais été attirée par le néant jusque là, quand je fermais les yeux pour dormir c’était pour rêver, jamais pour sombrer totalement… Pourtant, cette fois je désirais le néant intersidéral.

Un détail n’attira pas mon attention, mais nous entrâmes dans la forêt au lieu de poursuivre sur la plage, vers la crique. Je ne me félicitais même pas mentalement d’avoir laissé mes clefs au niveau du pneu avant gauche, au cas où une transformation impromptue ne me les fasse égarer. Il aurait été complexe de les chercher, de nuit, dans le sable, quelque part sur une plage longue de plusieurs kilomètres ! Non, je ne songeais plus à rien qu’à ma tête contre son torse (évitant la blessure en cours de cicatrisation), secouée par la respiration et la marche. Et je luttais fermement contre mon malaise généralisé qui me donnait bien envie de vomir.

*Y manquerait plus que ça !*

Le jeune homme me parla, mais le son même de sa voix me sembla agressif. A moins que ce ne fut son intensité. En tous les cas, je manquais de répliquer par une attaque gastrique, mais me contins ; je ne voulais pas m’attirer une nouvelle fois ses foudres. Une nuit aux trois quarts nue dans les bois ne me tentait pas tellement. Il faisait froid, et je ne voulais pas me faire piquer les fesses (qui n’étaient plus tellement couvertes dans cette position d’ailleurs !) par le sol et ce qui s’y trouvait. Sans parler des animaux.

*Tu pourrais même retomber sur un loup, qui t’achèverait pour de bon ! Ou un vampire !*

Cela règlerait tous mes problèmes vous me direz…

Toujours est-il donc que le jeune homme me parla, et que je le laissais faire passivement. Il me fallut plusieurs secondes pour saisir qu’il refusait de me conduire à ma voiture, et une bonne minute pour comprendre que son argumentation tenait la route. De toute façon, je voyais mal comment je pourrais échapper à sa décision ici présentement… Bavard, l’adolescent poursuivit, bien qu’il aurait pu économiser au moins un tiers de ses paroles. De toute façon, je n’en compris pas la moitié. Sans savoir comment, je m’entendis lui demander qui était ce Charlie dont il parlait, mais j’eus un doute sur l’intensité de ma voix et sur la portée réelle de ce que je dis. S’il ne répondait pas, ce serait la preuve qu’il n’avait pas entendu. Peu importait de toute façon, je m’en moquais déjà…

Puis il se mit à rire, le malheureux ! C’était à croire qu’il tenait à découvrir mon contenu gastrique ! Mais à nouveau je triomphais de mon estomac, et préservais le torse qui me servait d’oreiller inconfortable. J’imagine que la régurgitation n’aidait pas à la cicatrisation et il aurait été dommage qu’il demeure zébré à vie à cause de moi. Il m’apprit que les membres de sa meute étaient déjà au courant de notre mésaventure, et je m’entendis nettement penser qu’ils auraient pu intervenir, mais ça ne franchit pas mes lèvres bien serrées. Il me demandait ce que je pensais de la communication mentale, et j’ouvrais la bouche juste le temps de lui répondre (mieux valait-il ne pas trop prendre de risques stomacaux !).

_ Je n’en sais rien, je n’ai personne qui lit dans mon esprit moi

Synthétique, clair… Et épuisé. Je voulais dormir ! Il pouvait me poser au sol, je m’en fichais finalement. Le tangage devait prendre fin, c’était intenable ! C’était certainement pour ça que l’annonce fugace d’une meute entière qui pourrait m’en vouloir me laissa froide. Je n’avais qu’une priorité en ce moment, et ce n’était pas celle de rester en vie face à des êtres lupins en colère. Comme quoi, tout arrive !

Il me demanda mon prénom, après m’avoir donné le sien. Je fus de nouveau surprise d'une dénomination aussi commune que "Paul", je l'aurais plutôt vu comme "crocs plantant" je marmonnais la réponse, les yeux lourds.

_ C’est encore loin ? murmurais-je, afin de m’enquérir de sa sécurité épidermique. J’ai besoin de m’allonger… N’importe où, mais rapidement.

Oui, je sais, je jouais ma chieuse pour le coup. Mais après tout, étant une fille, je possédais un certain privilège à le faire. Et puis, je me moquais totalement du souvenir que je lui laisserais. Où était-il ce foutu néant bordel ? Etait-ce trop demander qu’on me laisse simplement tranquille, n’importe où, n’importe comment, mais tranquille ? Le pauvre faisait ce qu’il pouvait, mais je voulais qu’il le fasse… Vite.

Je m’entendis rire, c’était nerveux et étouffé, mais c’était bien un rire. Un rire qui me fit mal d’ailleurs.

_ C’est ça de traîner avec des loups au rabais, tu feras gaffe de m’achever la prochaine fois.

Je disais n’importe quoi, la fatigue certainement, quoi que… Il n’avait pas relevé mon allusion sur les loups « comme lui » et ceux « comme moi ». Peut-être avait-il cru que je parlais des mâles et des femelles ? Ce n’était pourtant pas le cas. Je n’aurais jamais cru ressentir cela un jour, mais je réalisais que j’étais… Jalouse. Oui, jalouse, parce que lui était un « vrai » loup, parce qu’il savait se débrouiller avec son corps lupin, tandis que de mon côté notre rencontre me laissait à l’état de loque.

Et dire que quelques semaines plus tôt je désirais uniquement ne plus être louve…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Un moment de détente. [ LIBRE ]   

Revenir en haut Aller en bas

Un moment de détente. [ LIBRE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination - RPG™ ▬ Forum Fermé :: Archives & Corbeille :: ▬ Archives & Corbeille :: ▬ Corbeille-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Films