AccueilPartenairesFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez nous sur notre nouveau forum!
Nous espérons de tout coeur que ce nouveau forum, certe un peu éloigné de l'univers de Twilight, vous conviendra. ^^ En espérant vous y retrouver très vite.
L'Equipe d'Across ™️

 

Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jasper Hale

avatar

Vrai gentleman du sud

Féminin Nombre de messages : 96
» Mon âge : 19 ans ... Enfin , 165.
» Ma date de naissance : 18/09/1844


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Empathie et contrôle d'émotion

MessageSujet: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Ven 25 Déc 2009, 17:34

Emmett avait fini par me convaincre à aller voir les autres. Mais une fois arrivé dans notre maison, je n'y trouvai personne ; du moins personne d'autre à part quelqu'un dont le regard me faisait froid dans le dos. Alice. Malgré tout l'amour que je peux lui porter, il m'est forcé d'avouer que nos relations semblent s'effriter avec le temps, et surtout depuis l'incident à la villa, lors duquel j'avais essayé de mordre sa meilleure amie, Bella. Elle m'avait pourtant assuré qu'elle ne portait aucun jugement sur ce qui s'est passé. Cependant, je ne peux m'empêcher de me sentir fautif et mal à l'aise lorsque nous nous croisons. La meilleure alternative que j'avais trouvée était de partir m'isoler une partie de la journée et de revenir une fois la nuit tombée. J'esquivais ainsi Edward - qui préférait aller chasser lorsque je revenais -, et les autres membres de la famille. Or, ils me voulaient tous au foyer, alors que je n'en avais plus envie. Je tenais tant bien que mal, cachant le plus possible mes sentiments aux autres mais mes efforts étaient bien souvent vains, surtout lorsque je parlais à Alice.

Et me voilà maintenant sur le pas de la porte de notre chambre, attendant qu'on vienne m'ouvrir ou qu'on m'invite à y entrer. Je savais pertinemment que si je voulais lui parler, je devrais faire le premier pas, ce que je n'arrivais pas à faire. Je craignais de me retrouver seul à seul avec quiconque, de me retourner et de me rendre compte que quelqu'un m'observait ou m'attendait. Bref, je ne me sentais pas réellement à ma place. Habituellement, ces états d'âme étaient propres à Edward. Peut-être même ais-je capté sans le vouloir une partie de son état d'esprit, de son attitude générale. Peu importe comment et pourquoi, je ne me sentais pas dans mon assiette. Je pénétrai alors prudemment dans la chambre et scrutai les alentours, la cherchant du regard. Elle était bien-sûr là, chipotant à sa garde-robe comme à son habitude. De toutes les filles que j'ai pu voir durant toute mon existence, Alice était de loin la plus coquette et la plus... "maniaque". Tout simplement parce qu'elle ne supporte pas de me voir habillé d'une façon ne lui convenant pas. Je me sens comme une poupée de chiffon, parfois ; une poupée qu'on doit habiller et faire bouger. Non pas que je puisse être un être manipulable, loin de là ! Disons plutôt qu'elle aimait prendre un malin plaisir à m'habiller et me déshabiller selon ses envies du moment, comme elle le ferait avec une poupée. Soit. Je m'approchai d'elle d'un pas lent ; elle se retourna et m'observa. Son visage sembla s'illuminer un instant mais s'éteignit quand elle aperçut mon propre visage...

« ... Je suis désolé d'être si... idiot et borné, parfois. Je me sens mal et vous en pâtissez tous, et toi la première... Je m'en veux tellement. » ma voix était presque éteinte, elle aussi, tout comme mon visage en somme. Je n'avais jamais eu une voix aussi basse, aussi cassée et aussi grave. Je déteste cette part de moi...
Revenir en haut Aller en bas
Alice Cullen

avatar

Look into my eyes.Tell me if I have a soul.

Féminin Nombre de messages : 438
» Mon âge : 19 ans ... ou plutot 108 :P


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Voit l'avenir, subjectivement bien-sûr.

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Ven 25 Déc 2009, 20:14

Toute la journée m’avait paru durée un siècle. Comme toutes les journées désormais. Il me semblait que chaque minute de solitude m’enveloppait d’un peu plus de noir. Comme si peu à peu je me retrouvais perdue et aveugle, ce qui me rappelait que mon entourage était mon oxygène, mon rayon de soleil qui éclairait mon chemin. Et sans eux je n’étais plus rien. J’attendais donc le soir, comme toujours, pour retrouver la présence de mon mari.
Emmett m’avait dit, précédemment, qu’il allait le chercher. Malgré moi j’enviais Emmett d’être aussi rayonnant, aussi heureux. Rosalie aussi mais tout de même moins. Alors que le reste de la famille broyait du noir, en agonie. Aussi rayonnant soit-il, je ne pouvais me permettre d’espérer que sa bonne humeur affecte mon mari, et encore moins qu’il réussisse à le convaincre de revenir… Je me levais enfin du canapé où je m’asseyais chaque jour en attendant son retour et me rendis dans ma chambre. Je restais un instant, à nouveau perdue, sur le pas de la porte puis j’avançais vers ma garde-robe pour m’occuper l’esprit en rangeant par marque mes chaussures. C’était la seule chose qui restait comme avant, de ce fait j’étais encore plus -si c’est possible- maniaque qu’en temps normal. La tâche accomplie je me mis à observer mes vêtements fétiches un à un. J’avais un coté de ma garde-robe rempli de souvenirs, des habits déjà vêtus mais que je ne pouvais me résoudre à jeter. Je passais mes doigts sur le tissus de ma dernière robe de mariée, savourant les souvenirs que me revenaient, les souvenirs de ces moments parfaits, où nos sourires embellissaient nos journées. Je fermais les yeux, laissant le tissu me guidé. Je souriais de temps à autre, revoyant des moments où la bêtise d’Emmett nous avait fait rire pendant de longs instants. Puis, ma main effleurant la dernière tenue, mon sourire se fana: c’était la robe que j’avais portée à l’anniversaire de Bella. D’un geste sec je l’arrachais de son cintre et la jetais dans la poubelle. Puis après un moment je me replaçais face à ma garde-robe, cette fois sans vraiment d’idée d’occupation.
Je tentais de réparer un collier de perles lorsque je sentis une présence non loin de moi. Je ne tournais pas la tête, pensant qu’Emmett était revenu après s’être heurté à la froideur de Jasper. Après un instant j’entendis des pas hésitants qui s’avançaient vers moi puis se figeaient. Je reconnus Jasper et me retournais. Comme chaque jour l’arrivé de Jasper me procura une seconde intense de bonheur, une molécule de vie. Cette seconde où j’oubliais tout, toute la tristesse. La seconde que j’attendais chaque jour. Puis la seconde prit fin lorsque la tristesse de son visage empoigna mon cœur et le transperça. Après un moment sans osé respiré je repris pieds sans pour le moins osé affronter son regard. Je m’attendais à ce qu’il s’en aille, comme à chaque fois, m’évitant. Je m’attendais déjà à ressentir la douleur que son départ me causerait, réduisant mes espoirs d’une quelconque parole à zéro. Lorsque sa voix, bien que plus grave et fatiguée qu’auparavant, se fit entendre je sursautais.

« ... Je suis désolé d'être si... idiot et borné, parfois. Je me sens mal et vous en pâtissez tous, et toi la première... Je m'en veux tellement.»

Je restais une ou deux secondes, étonnée, avant de me reprendre. Je fis un pas hésitant vers lui regardant son beau visage avec tristesse:

«Nous sommes tous mal Jaz, tu n’es pas idiot et ce n’est pas ta faute.»
Dis-je d’une voix douce. «Tu sais que ce qui s’ai passé… Je ne t’en voudrais jamais. Edward avait au moins raison sur ce point: cela devait arriver à un moment ou un autre, avec toi ou quelqu‘un d‘autre. Ca aurait pu être bien pire…Ce n’était qu’un accident.» Lui dis-je d’un ton un peu plus suppliant en m’approchant encore un peu. «Mais tu…Tu ne dois pas t’isoler tant. J’ai besoin de toi auprès de moi…» Murmurais-je en portant ma main sur sa joue et en plongeant mes yeux dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper Hale

avatar

Vrai gentleman du sud

Féminin Nombre de messages : 96
» Mon âge : 19 ans ... Enfin , 165.
» Ma date de naissance : 18/09/1844


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Empathie et contrôle d'émotion

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Dim 27 Déc 2009, 19:33

Je m'éloignai lorsqu'Alice s'approcha de moi, posa sa main sur ma joue en plongeant son regard dans le mien. Je fermai les yeux, comme si une intense douleur me retenait prisonnier entre ses griffes. Je savais que ce n'était qu'une simple impression, un sentiment désagréable issu uniquement de mon esprit, mais cela faisait aussi mal qu'une vraie douleur. Le déchirement provoqué par le manque m'avait immobilisé pendant plusieurs heures, alors que j'étais isolé dans les bois. Jusqu'à-ce qu'Emmett vienne me sortir de ma torpeur, de mon état second que moi-même j'ai du mal à expliquer. Alice, elle, comprendrait peut-être. Je me rapprochai d'elle, pris sa main et la posa contre ma poitrine, à l'endroit où devrait battre mon coeur.

« On ne le sent peut-être plus mais à cet endroit, il y a mon coeur qui se tord à chaque fois que je suis loin de toi. Tu me manques chaque fois que je pars. Cependant, j'ai du mal à te regarder en-face après l'incident à la villa... » lui soufflai-je lentement.

J'étais très amer. Le remord m'avait lui aussi piégé depuis ce soir là. Le regard réprobateur d'Edward, la discussion qui s'en suivit une fois la victime partie et les conseils glanés chez Carlisle avaient suffi à me miner le moral. La rage m'ayant envahie, cette soif intarissable causée par une seule et unique coute de sang, aurait pu me rendre plus fou que je ne le suis. Emmett, encore lui, m'avait retenu assez fort pour que sois incapable de m'échapper. Heureusement, sinon je me serais mis à dos tous mes "frères", Edward en premier. Je voyais bien que depuis notre départ, il était lui aussi effacé. Nos échanges se cantonnaient aux salutations d'usage, et encore. Qui plus est, même nos relations avec les Denali pouvaient se ressentir moins fortes que je l'aurais cru. Je pris ma femme dans les bras. Si j'en avais été capable, j'aurais peut-être pu verser une larme. Elle aussi, sans doute...

« Le problème, mon amour, c'est que c'est moi qui ai fait ça. Pas Carlisle, ni Esmé, Emmett ou Rosalie ; c'est moi ! Je pourrais faire comme si cela ne m'atteignait pas mais je ne suis pas de ceux pouvant mentir aux autres, surtout à ceux que j'aime. J'ai été trop absent. Il est temps que j'assume ce que j'ai fait comme un adulte, que je cesse de me cacher. Je suis là, maintenant. » lui dis-je doucement en lui insufflant une dose de bien-être.

La conséquence néfaste de ce don était que je ressentais plus fort que les autres les sentiments que j'essayais de camoufler. La peine, l'inquiétude et la douleur d'Alice me heurtèrent de plein fouet. Je grimaçai intérieurement et fis de mon mieux pour continuer de maintenir le contrôle sur mon don. Je ne ressentais habituellement aucune difficulté à influencer les dons des personnes mais lorsque j'étais confronté à des sentiments trop puissants tels que l'inquiétude ou la peine, je me retrouvais malheureusement impuissant. J'espérai au plus profond de moi que le temps puisse m'aider à être plus efficace, tant pour moi-même que pour les autres, en particulier Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Cullen

avatar

Look into my eyes.Tell me if I have a soul.

Féminin Nombre de messages : 438
» Mon âge : 19 ans ... ou plutot 108 :P


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Voit l'avenir, subjectivement bien-sûr.

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Lun 28 Déc 2009, 20:39

Je remarquais qu’il avait fermé les yeux un instant, pensif. Je m’inquiétais soudainement qu’il s’éloigne à nouveau, cette simple pensée me fit paniquée mais cette peur s’évanoui dés l’instant où il s’approcha. Il prit ma main et la mis au niveau de son cœur.

« On ne le sent peut-être plus mais à cet endroit, il y a mon cœur qui se tord à chaque fois que je suis loin de toi. Tu me manques chaque fois que je pars, me murmura-t-il doucement, Cependant, j'ai du mal à te regarder en-face après l'incident à la villa... »

Si dans ma non-vie il y avait quelque chose que je ne supportais pas c’était de savoir que mon unique âme-sœur souffrait. Pourtant ça semblait inévitable, comme si la force de sa douleur me dépassait et que je ne pouvais pas la vaincre. Je savais pourtant le seul antidote : notre retour à Forks. Ca serait notre antidote à tous, nous pourrions enfin redevenir comme avant. Mais mon frère semblait bien décidé à ne pas retrouver Bella, il avait apparemment la ferme intention de se damner lui-même. Nous tous avec. Je préparais mentalement une réponse, pour bien le signifié qu’il ne fallait pas qu’il s’en veuille et que moi aussi je souffrais loin de lui mais il me pris soudain dans ses bras et j’oubliais instantanément le reste de l’univers, je savourais juste l’instant avec une émotion inextinguible.

« Le problème, mon amour, c'est que c'est moi qui ai fait ça. Pas Carlisle, ni Esmé, Emmett ou Rosalie ; c'est moi ! Je pourrais faire comme si cela ne m'atteignait pas mais je ne suis pas de ceux pouvant mentir aux autres, surtout à ceux que j'aime. J'ai été trop absent. Il est temps que j'assume ce que j'ai fait comme un adulte, que je cesse de me cacher. Je suis là, maintenant. » Me dit-il d’un ton velouté.

J’eus une légère impression de bien-être, très faible comparée aux reste. Je me demandais si c’était du au don de mon époux ou simplement à son étreinte. Je conclus que ce devais être un peu des deux.
Chacune de ses paroles m’avait donné l’impression d’une bombe. Comme si son âme c’était ouverte, enfin, et que je pouvais comprendre son état d’esprit désormais. Je levais la tête vers lui, scrutant ses yeux d’or foncé. «je suis là, maintenant», ces mots comptaient plus que tout, et il semblait sincère. Que pouvais-je ajouter? Il était là et tant qu’il sera là tout ira bien. Mieux du moins.
Je me mettais sur la pointe de pied et passais mes bras autour de son cou. Après une hésitation j’approchais lentement pour lui donner un léger baiser. Je fermais les yeux et eus l’impression que tout autour de nous disparaissait. Il était là, maintenant, et cela me suffisait.

«Tu pourrais détruire la terre, tu pourrais éteindre le soleil, tu pourrais provoqué une guerre nucléaire; je ne t’en voudrais jamais, car je sais que tu es la personne la plus généreuse et bienveillante que je connaisse, et je sais que tu ne me feras jamais de mal intentionnellement, ni à moi , ni a quelqu’un d’autre. Ton don n’est qu’une preuve supplémentaire que tu as toujours voulu apporter du bonheur aux autres. Je t’aime Jasper. Je t’ai aimé dés ma première vision et je t’aimerais toujours. Et j’aimerais que tu penses la même chose à propos de toi. Car tu es le seul qui t’en veux dans cette maison.»
Lui soufflais-je à quelques centimètres à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Jasper Hale

avatar

Vrai gentleman du sud

Féminin Nombre de messages : 96
» Mon âge : 19 ans ... Enfin , 165.
» Ma date de naissance : 18/09/1844


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Empathie et contrôle d'émotion

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Ven 01 Jan 2010, 16:49

    Je resserrai mon étreinte , nouant nos deux corps . Elle passa ses bras autour de mon cou , posant un léger baiser sur mes lèvres glacées . Chaque instant prés d’elle me donnait l’impression de m’évader , elle était comme une porte ouverte sur un monde ou plus rien n’a d’importance , plus rien d’autre qu’elle et moi . Elle réussit à me faire oublier mes fautes durant les secondes furtives qu’avait durer notre baiser , mais celles-ci ne tardèrent pas à m’accabler à nouveau de culpabilité .

    Tu pourrais détruire la terre, tu pourrais éteindre le soleil, tu pourrais provoqué une guerre nucléaire; je ne t’en voudrais jamais, car je sais que tu es la personne la plus généreuse et bienveillante que je connaisse, et je sais que tu ne me feras jamais de mal intentionnellement, ni à moi , ni a quelqu’un d’autre. Ton don n’est qu’une preuve supplémentaire que tu as toujours voulu apporter du bonheur aux autres. Je t’aime Jasper. Je t’ai aimé dés ma première vision et je t’aimerais toujours. Et j’aimerais que tu penses la même chose à propos de toi. Car tu es le seul qui t’en veux dans cette maison. Murmura-t-elle , à quelques centimètres de mon visage .

    Ces mots eurent le dons de réchauffer un instant mon cœur mort et glacé , bien que toutes les qualités qu’elle évoquait me semblait fausses . Si j’avais vraiment été un être si bon , comment se fait-il que ma raison ne l’avait pas emporté sur mon instinct ? J’étais surement le personnage le plus monstrueux de la famille , mon passé n’en était que la preuve : j’avais aidé à enlevé des vies humaines dans le seul but d’approcher la victoire , j’avais utilisé ces pauvres gens comme des objets , les détruisant une fois qu’ils n’avaient plus d’utilité à mes yeux . Alice était la seule chose positive qui avait bien pus m’arriver , elle représentait le début de ma vie à mes yeux , le sauvetage de ce qu’il me restait d’âme , d’humilité . Mais malgré cela , malgré tout le bien qu’elle me donnait , toutes les choses qu’elle m’avait appris pour être un être meilleur , j’avais tout de même commis une faute irréparable .

    Crois-tu qu’Edward ne m’en veux pas ? J’ai l’impression de lui avoir arraché son âme , une nouvelle fois . Il n’est plus que l’ombre de lui-même , et il n’est pas le seul . Je croise vos visages peiné chaque jours , il m’est impossible de ne pas me sentir coupable …


    Je laissai ma tête tomber sur son épaule , humant son odeur . Elle m’avait toujours fait penser … à une fleur . Une fleur délicate et minuscule , et pourtant meurtrière et rusée . Elle avait ce parfum d’été qui avait le don de me transporter , de me rappeler – surtout en ce moment – que l’éternité était autre chose qu’une condamnation à ne plus se sentir en vie . Son regard me donnait envie d’être meilleur , d’être un être bon et capable de la rendre heureuse , mais j’avais échoué . Je l’avais éloignée de sa vie , de sa meilleure amie , j’avais réduis notre frère à un être aussi glacial intérieurement que son corps ne l’était , j’avais détruit cette famille dont elle avait eut la vision , qu’elle avait cherché , espéré , cette famille qui représentait pour elle le début d’une nouvelle vie , heureuse cette fois-ci . Elle était ce souffle de vie , ce tout qui qualifiait mon existence , et je n’avais rien trouvé de mieux que de réduire la sienne à de la nostalgie , de l’ennuis .

    J’ai le poids de vos vies , à tous , sur mes épaules . Il suffit de croiser le regard d’Esmée , si enjouée en générale , pour comprendre ce que je ressens . J’ai l’impression que nous vivons … dans une maison hantée . Sauf que les fantômes , les êtres qui n’ont plus de vies , ce sont nous .


    Je voyais encore le visage de Bella , effrayée . Les traits d’Edward , déchiré , marqué par la déception et la peine . Que se serait-il passé , si Emmett n’avait pas été là pour me retenir ? L’aurai-je tuée ? Aussi étonnant soit-il , la vie de Bella représentait pour moi une sorte de délivrance . Elle était là , elle était encore vivante , et même si elle était surement loin de s’en douter , c’était elle qui tenait notre famille en vie . Si je l’avais … Si je lui avais enlevée la vie , j’aurai perdu celle de mon frère , et sans doute aurai-je voulu m’enlever la mienne . Je chassai cette idée de mon esprit et remerciai mentalement Emmett de m’avoir retenu , et Bella d’être encore de ce monde , même si elle était , sans doute , dans le même état quasi léthargique que nous tous . A quoi bon s’infliger à tous cette peine ? Ce n’était pas comme si la situation avait réellement changé – en bien , du moins – la vie de qui que se soit . Je redressai la tête , plongeant mes yeux dans le regard de ma femme , empreint de cette même tristesse qui marquait le visage de tout nos proches .

    As-tu parlé à Edward , depuis … l’accident ? Lui soufflai-je . Comment … se sent-il ?

    Je m’étais tellement préoccupé de la répercutions que cette histoire avait eus sur moi-même que je n’avais même pas envisagé la peine d’Edward . Il devait sans doute se sentir coupable lui aussi , se disant que c’était lui qui avait exposé Bella , qui avait risqué sa vie pour son propre bien-être . Sans doute était-ce sa raison de quitter Forks , mais j’étais tout de même persuadé que Bella était dans un état aussi déplorable que lui . J’avais ressentit … cet amour qu’elle lui vouait . Ses sentiments étaient presque équivalant à ceux d’Edward , elle ressentait plus qu’une attirance , plutôt une sorte … d’obsession . Il était impossible de voir le fruit de cette admiration si forte s’envoler sans ressentir aucunes peines … Edward s’en doutait-il ? Je ne croyais pas qu’il pensait sincèrement que la vie de Bella était meilleure , sans lui . Aussi dangereux soit-il , elle l’aimait , elle l’avait choisis lui , cet être avec qui elle voulait être , quelles que soit les inconvénients que cela imposait . J’en étais sans doute bien plus conscient que les autres membres de ma famille … Edward ne l’avait-il donc pas lus , dans mon esprit ? Soudain , Alice brisa le silence , me ramenant à la dur réalité . Qu’aurais-je fais , si elle n’avait pas été là ? Elle était tout ce qui me gardait en vie aujourd’hui ...
Revenir en haut Aller en bas
Alice Cullen

avatar

Look into my eyes.Tell me if I have a soul.

Féminin Nombre de messages : 438
» Mon âge : 19 ans ... ou plutot 108 :P


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Voit l'avenir, subjectivement bien-sûr.

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Sam 02 Jan 2010, 23:35

Il me parût pensif , tête baissé et yeux fermés . Il resta un instant ainsi , dans ses pensées douloureuses. A chacune de ses pensées douloureuse je pouvais presque sentir sa souffrance , bien que je me doutais qu’il tentait de les garder pour lui . J’aurais aimé avoir son don pour lui insuffler les dernières gouttes de bonheur qu’il me restait . Ou alors celui d’Edward pour comprendre tout ce qu’il ne dit pas , le cerner mieux et pouvoir l’aider . Mon propre don me semblait tellement inutile … Je n’avais même pas été capable de voir ce qui c’était passé à l’anniversaire de Bella , tout cela parce que mon don n’était même pas en possibilité de voir l’avenir imprévu … A quoi bon dans ce cas ?! Sans compter que je ne pouvais pas non plus voir certaine race …
J’eus l’impression d’un vertige , d’un vide de mon propre corps , lorsque l’image de son anniversaire me revenait . Tandis que je me tordais intérieurement de douleur , je tentais de cacher mon visage meurtri en le nichant dans son cou . Son parfum sucré vint me titiller les narines . Je pris une grande respiration, savourant son odeur comme si celle-ci me tenait en vie et atténuait les douleurs .

Crois-tu qu’Edward ne m’en veux pas ? J’ai l’impression de lui avoir arraché son âme ,une nouvelle fois . Il n’est plus que l’ombre de lui-même , et il n’est pas le seul . Je croise vos visages peiné chaque jours , il m’est impossible de ne pas me sentir coupable …


Je voulus lui dire qu’Edward ne lui en voulait pas , lui-même avait dit que si ce n’aurait pas été lui ça aurait été quelqu’un d’autre . Je voulus lui dire que nos visages étaient le reflet de la douleur d’Edward , que ce n’était pas sa faute . Mais lorsque sa tête tomba sur mon épaule j’oubliais un instant comment parler . Je fermais à nouveau les yeux en remontant mes doigts dans ses cheveux .

J’ai le poids de vos vies , à tous , sur mes épaules . Il suffit de croiser le regard d’Esmé , si enjouée en générale , pour comprendre ce que je ressens . J’ai l’impression que nous vivons … dans une maison hantée . Sauf que les fantômes , les êtres qui n’ont plus de vies , ce sont nous .



Pour ça dernière phrase il n’avait pas tord , j’avais cette impression aussi . Je m’étais même demander un jour si nous n’étions pas réellement morts , mais , bannis car nous n’aurions pas d’âme , nous errerions ici sans se rendre compte de notre état . Comme des âmes en peine qui trainent leurs regrets au bout d‘une chaine métallique .

As-tu parlé à Edward , depuis … l’accident ?
Me demanda-t-il à voix basse . Comment … se sent-il ?


Parler à Edward relevait du défi , et notre dernière vraie conversation datait de fin septembre . Le lendemain de … L’accident . Je me souviens de son air perdu, ses sourcils qu’il fronçait à chaque fois qu’il me racontait son plan . Chaque fois qu’il devait prononcer le nom de Bella …

Un peu , pas depuis longtemps cela dit .
Dis-je , il ne va pas bien évidemment mais il semble mort . Il s’ai fermé à tout , je n’ai même pas l’impression qu’il pense encore . Il reste parfois des heures , le regard vide , assis sur une chaise seul . Elle lui manque , je ne comprends pas vraiment pourquoi il n’y retourne pas . Il ne veut même pas que je surveilles son futur , ni que je répondes à ses mails , ni les ouvrir d’ailleurs . Il ne se rend pas compte qu’il suffit d’y retourner . Que tout s’arrangerais . Je ne le comprends plus … Dis-je , le regard perdu . Je ne comprends plus rien ni personne , soufflais-je après une respiration .


J’avais cette impression, inévitable , que tout m’échappait . Comme lorsque l’on tente d’attraper de l’eau à main nue . Comme lorsque l’on essaye de rentrer dans le brouillard qui s’éloigne à chaque pas . Comme lorsque l’on tente d’échapper à la lune qui semble nous suivre alors . Pourtant cela me semblait vital . Vital et inaccessible . Deux termes qui ne font pas bon ménage .
Revenir en haut Aller en bas
Jasper Hale

avatar

Vrai gentleman du sud

Féminin Nombre de messages : 96
» Mon âge : 19 ans ... Enfin , 165.
» Ma date de naissance : 18/09/1844


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Empathie et contrôle d'émotion

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Lun 04 Jan 2010, 22:09

    Un peu , pas depuis longtemps cela dit . Répondit-elle après un long silence , il ne va pas bien évidemment mais il semble mort . Il s’ai fermé à tout , je n’ai même pas l’impression qu’il pense encore . Il reste parfois des heures , le regard vide , assis sur une chaise seul . Elle lui manque , je ne comprends pas vraiment pourquoi il n’y retourne pas . Il ne veut même pas que je surveilles son futur , ni que je répondes à ses mails , ni les ouvrir d’ailleurs . Il ne se rend pas compte qu’il suffit d’y retourner . Que tout s’arrangerais . Je ne le comprends plus … Continua-t-elle , soupirant .Je ne comprends plus rien ni personne .

    Les sentiments d’Alice me frappèrent de plein fouet , intensifiés par sa proximité . Elle se sentait … inutile . Comme si tout ce qu’elle entreprenait ne suffisait pas , comme si elle était incapable d’aider qui que se soit . Je pris son visage de glace entre mes doigt , le soulevant jusqu’à ce que nos regards se croisent .

    Alice … Lui soufflais-je , abandonnant les arguments que j’avais utilisé pour décourager Emmett , la veille . Je suis … désolé . Pas parce que je suis persuadé que tout cela est uniquement ma faute , mais pour mon absence . Ma place est à tes côtés , quel que soit mon état d’esprit et mon humeur . Je ne serais pas un soutient , ni une source de réconfort , j’espère que tu en as conscience autant que moi , mais … je ne peux plus me résoudre à être loin de toi . A t’abandonner .

    Je me penchai vers elle , posant mon front contre le sien . Le seul endroit où je pouvais me trouver était ici même , dans cette chambre , ma femme dans les bras . J’avais perdu trop de temps dans ces bois , à essayer d’oublier . Finalement , je n’avais pas perdu mes souvenirs , mais du temps au prés d’Alice . Nous avions toute l’éternité … mais aucunes secondes ne méritait d’être vécues s’il me fallait ne pas la vivre à ses côtés . Il m’avait donc fallut tout cela pour le comprendre … Je posai un baiser furtif sur ses lèvres glacée , me replongeant dans son regard , différant de celui que j’avais pus croiser depuis notre arrivée chez les Denali . La peine s’estompait , je la sentais maintenant soulagée , comme si un poids avait disparut de ses épaules . Je la serrai contre moi , espérant qu’elle accepte mes excuses . Qui sait ! Elle avait tout droits de m’en vouloir , pourquoi pas s’en servir ? Mon attitude avait été presque impardonnable … Je m’excusai du regard , caressant sa joue du bout de mes doigts .

    J'ai été lâche , et egoïste . Tu as toutes les raisons de m'en vouloir , et si tu souhaitais ... être éloignée de moi un instant , je comprendrai , soufflait à voix basse , aussi vite que possible .
Revenir en haut Aller en bas
Alice Cullen

avatar

Look into my eyes.Tell me if I have a soul.

Féminin Nombre de messages : 438
» Mon âge : 19 ans ... ou plutot 108 :P


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Voit l'avenir, subjectivement bien-sûr.

MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   Sam 06 Fév 2010, 23:21

    Alice … Me souffla-t-il tandis que je relevais les yeux vers les siens d’un or liquide hypnotique . Je suis … désolé .

    J’allais lui couper la parole pour lui dire qu’il ne devait pas s’excuser , que ce n’était pas sa faute , me répétant quelque peu lorsqu’il continua pour préciser ses pensées :

    Pas parce que je suis persuadé que tout cela est uniquement ma faute , mais pour mon absence . Ma place est à tes côtés , quel que soit mon état d’esprit et mon humeur . Je ne serais pas un soutient , ni une source de réconfort , j’espère que tu en as conscience autant que moi , mais … je ne peux plus me résoudre à être loin de toi . A t’abandonner .

    Il s‘approcha un peu plus , nos front l‘un contre l‘autre . Il m’avais temps manqué … Mais maintenant seulement je m’en rendais vraiment compte , tout chez lui avait construit un vide lorsqu‘il s‘était éloigné : Son odeur , son regard intense qui scrute le mien , sa peau qui me semblait plus douce que n’importe quelle autre , la texture de ses mèches claires entre mes doigts , son sourire éclatant , ses lèvres contre les miennes , ses bras protecteurs m’enlaçant … Mon mari entier avait été mon manque , comme ma drogue inaccessible . Certes il restait toujours du vide dans mon cœur , j‘avais perdu ma meilleure amie et une partie de chacun de mes êtres chers … Mais ce vide me semblait tout de même moins désespéré , une partie étant maintenant comblée . Jasper . La seule pensée de ces dernières minutes me donnèrent un léger frisson . Il posa un baiser furtif sur mes lèvres , ce qui eut le don de me sortir de mes pensées . Que pouvait il m’arrivé désormais ? Mon époux auprès de moi l’éternité m’était plus douce . Je me blottissais dans ses bras tandis qu‘il resserrait son étreinte. Il m’envoya un regard désolé et caressa ma joue , j’allais lui demander pourquoi un regard d’excuse quand il prit la parole pour s’expliquer .

    « J'ai été lâche , et égoïste . Tu as toutes les raisons de m'en vouloir , et si tu souhaitais ... être éloignée de moi un instant , je comprendrai …» me murmura-t-il subitement .

    Je m’écartais brusquement ( avec beaucoup d’efforts intérieur pour me détacher de son corps parfait ) et lui lançais un regard offusqué .
    « idiot ! » Dis-je en lui donnant un léger coup de poing avant de retourner dans ses bras .
    « Je t’ai retrouvé , je te lâche plus . » Dis-je avec un sourire , « Que tu le veuilles ou non » ajoutais-je avec un petit rire .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>   

Revenir en haut Aller en bas

Quand le fautif vient demander pardon... <Alice>

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination - RPG™ ▬ Forum Fermé :: Archives & Corbeille :: ▬ Archives & Corbeille :: ▬ Corbeille-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit