AccueilPartenairesFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez nous sur notre nouveau forum!
Nous espérons de tout coeur que ce nouveau forum, certe un peu éloigné de l'univers de Twilight, vous conviendra. ^^ En espérant vous y retrouver très vite.
L'Equipe d'Across ™️

 

"La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Etarae

avatar

Fondatrice ▬
What's happen to me ?

Féminin Nombre de messages : 283
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 19/01/1988


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis:
» Mon don: Je suis capable de créer une image astrale de moi même durant quelques secondes. Mais mes forces s

MessageSujet: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Dim 22 Nov 2009, 16:09

    La Destruction est un mode de Fusion

    Une patrouille en forêt. Une de plus... C’était presque devenu une habitude désormais. Le dimanche, c’était Amber moi qui étions de patrouille en forêt. Tout avait commencé pour le mieux, comme d’habitude. Amber et moi patrouillions, sur un périmètre circulaire, en sens opposés. Tout paraissait calme dans la verdoyante forêt... trop calme presque ! Je courrais, à allure modérée, la truffe collée au sol. Je humais les odeurs qui emplissaient la forêt. Mais aucune odeur ne me parvenait, en dehors de la mienne, celle d’Amber et des autres loups.

    Tout en courant, je laissais mon esprit s’évader, oubliant que la moindre de mes pensés pouvait être perçue par ma bêta. Je laissais mon esprit vagabonder. Je pensais à Jeremy. Jeremy qui devait être bien au chaud, encore endormi dans le lit où je l’avais quitté quelques heures plus tôt... J’avais envie de quitter cette forêt humide, et d’aller le retrouver, tout de suite. Il était encore tôt. Le soleil n’était pas encore bien levé dans le ciel. Seuls quelques rayons rosés venaient légèrement teinter la forêt. Tout en pensant à cette nuit, j’entendis qu’Amber grognait mentalement. Je poussais un petit feulement, assimilable à un rire. C’était sa manière de manifester sa présence, de me rappeler que mes pensés lui étaient accessible. Je me reconcentrais sur la mission qui nous incombait. Surveiller et protéger notre territoire, nous assurer que rien d’anormal ne s’y passait.

    Je réalisais que j’avais légèrement dévié de ma trajectoire circulaire, à force de penser à autre chose. J’allais retrouver ma trajectoire initiale lorsqu’une odeur putride m’arrêta, littéralement. Truffe au sol, je humais une piste. Je n’avais aucun doute sur la provenance de cette odeur, et son origine. Des buveurs de sang étaient dans les environs ! Mes babines se retroussèrent sur mes crocs et un grognement hargneux s’échappa de ma gueule.

    « Prête pour la bagarre Amber ? »

    Sans même attendre l’approbation de ma bêta, je me lançais à folle allure vers l’endroit d’où provenait. C’était à moins d’un kilomètre de là où nous étions. Encore une fois, je m’apprêtais à agir inconsidérément... Et ce serait peut-être la dernière fois...

___________________________________


Merci Lauwa pour le kit! <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gad-elmaleh.forumactif.biz
Jeremy Smith

avatar

Alpha de la Tribu & double de Lénie.

Masculin Nombre de messages : 156
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 03/06/1990


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je suis télépathe et je vois l'avenir.

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Mer 25 Nov 2009, 00:22

Posant une main fouineuse sur le côté de son lit, Jeremy tapota par pressions délicates le drap blanc sur lequel il était allongé, avant de se rendre compte que la personne qu'il cherchait était absente.
Une paupière s'ouvrit, puis deux, et s'ensuivit un battement de paupières irrégulier avant que le loup ne se réveille entièrement et ne se rende compte réellement de l'absence de sa louve à ses côtés. Son corps se redressa de lui-même tandis qu'il jeta un regard interrogateur sur la place vide qui lui donnait l'impression d'une solitude extrême. Son lit lui parut soudain immense sans le corps féminin et sensuel de Lily couché, ou même assis dessus. Jeremy se laissa soudain tomber sans ménagement sur le matelas, avant de jeter un coup d'œil à son réveil: 6.30 A.M.

Décidément, cette femme le surprendrait toujours. Il ne l'aurait jamais crue matinale à ce point, mais un dicton disait "La vie appartient à ceux qui se lèvent tôt". Qui sait, peut être qu’elle le suivait au pied de la lettre… Quoi qu’il en soit, le loup était à présent réveillé, et n’était pas prêt à se recoucher, seul, dans cet appartement miteux. Il décida donc de se préparer pour une tournée dans les bois. Ouvrant grand les rideaux, il enfila un vieux jean troué et s’apprêtait à prendre une tartine de beurre, lorsqu’un objet le fit tiquer. De mémoire, Jeremy ne se rappelait pas posséder une écharpe en soie violette-et pourtant, un tissu de ce genre -là était posé sur le dossier de l’une des deux chaises de la cuisine. Il en déduisit donc que celle-ci appartenait à sa bien aimée, raisonnement qui eut don de le précipiter sur elle afin d’en respirer l’odeur. L’agrippant avec virulence, il se la colla sous le nez et en respira une grande bouffée, s’imprégnant de ce parfum épicé qui l’avait tant séduit la première fois…Jeremy ne se lassait jamais de sentir cet arome si particulier. Cela lui rappelait les moments où il prenait délicatement les cheveux de Lily entre ses mains, et en respirait la senteur. C’était si agréable.

Sauf qu’à ce moment précis, l’instant de plaisir se transforma en véritable cauchemar. Scotché face à une scène qu’il aurait préféré ne pas voir, le loup se retrouva impuissant devant un massacre des plus horribles. Deux loups à la merci d’une troupe de vampires sanguinaires. Encerclés, l’un d’eux tentait des grognements spectaculaires mais qui n’eurent pour effet que de faire rire ses ennemis. Les sangsues jouaient avec eux, leur tournaient autour comme des vautours autour de leurs proies. Jusqu’à ce que le plus grand des deux loups ne fasse preuve de témérité et tenta une attaque suicidaire.

Jeremy ne reprit le sens des réalités qu’au moment où il sentit ses ongles s’enfonçaient dans la chair de sa paume. Secouant la tête pour y voir un peu plus clair, il décréta qu’il ne pouvait laisser faire ça, même s’il ignorait l’identité des deux animaux. L’un d’eux pouvait très bien être sa Lily, et cette celle pensée le fit frémir…
Ni une ni deux, le jeune homme envoya une image de détresse à Lénie. Depuis l’affreuse journée passée à Port Angeles, une sorte de lien psychique liait les deux alphas, comme si l’état de loup perdurait lorsqu’ils retrouvaient forme humaine. Leurs esprits demeuraient toujours connectés, à faible dose, bien entendu.

Il envoya donc un message d’alerte à son ami, lui indiquant qu’il y avait une urgence dans la forêt de la Puch. Il ignorait si la troupe de Sam serait présente et si même elle avait senti le danger. Tant de choses se tramaient en ce moment qu’il était difficile de savoir qui serait présent ou non. Et l’incertitude était trop risquée.
A cela, il ne prit pas la peine d’enfiler, ni T-shirt ni chaussure, et sauta par la fenêtre de sa chambre. L’étage n’était pas si haut que cela. Seulement 5 mètres le séparaient du sol. Seulement du point de vue humain, les dégâts auraient été épouvantables si l’un d’eux s’était aventuré à faire de même…

Avec souplesse, le jeune homme posa pied à terre et se mit à courir en direction de la Push. Le soleil n’était pas encore levé, ce qui lui permit de se dissimuler aux regards des gens. A vrai dire, un homme sans chaussure et à moitié nu, courant à une vitesse dingue dans le froid hivernal n’est pas vraiment courant, Forks soit-il. Des questions auraient été soulevées et si le jeune homme pouvait éviter de se retrouver en face de personnes n peu trop curieuses, il le ferait.

Après avoir traversé plusieurs rues pratiquement désertes et un parc d’enfants, Jeremy sauta par-dessus une barrière et atteignit une prairie dissimulée par des arbres. Il se débarrassa alors aisément de son morceau de tissus, bondit en avant et percuta le sol de ses deux pattes de velours blanches avant de continuer sa course vers la Push. Le temps était compté et tout en se précipitant dans la gueule du loup (?), l’animal espérait intérieurement que Lénie avait reçu son message, et l’avait compris.

Mais dès l’instant où il posa les pattes sur le lieu voulu, le loup au pelage de neige eut à peine le temps de coller sa truffe au sol et de mettre ses oreilles aux aguets qu’un grognement peu chaleureux fit trembler ses tympans, accompagné d’une forte odeur nauséabonde. Il n’eut d’ailleurs aucun mal à savoir à qui elle appartenait, étant une odeur assez forte et peu agréable pour sa truffe sensible et délicate.

*Ca commence.*

L’animal redoubla de vitesse à cette seule pensée. Il se fichait du bruit que ses pattes faisaient sur les feuilles mortes. Le plus important était de parvenir à temps. Il devait arriver à temps…

Bondissant dans un saut spectaculaire, il atterrit sur ses pattes avant, juste devant la louve en tête, ce qui eut don de la stopper net dans sa course. Elle ne devait pas y aller tête baissée, et Jeremy était bien décidé à ne pas la laisser faire. Grognant tout en montrant les crocs, il savait qu’ils ne pouvaient communiquer, mais il devait lui faire comprendre de ne pas s’y rendre. La seconde était tout juste derrière elle et semblait prête à lui sauter à la gorge à tout moment, sur ses gardes. Jeremy se contenta alors de s’assoir, et de les regarder simultanément. La plus jeune ne lui disait rien. Mais celle qui paraissait la chef…son regard si bleu, si profond…Le jeune homme s’y perdrait s’il avait la journée à perdre. C’est alors qu’un frisson lui parcourut l’échine, comme s’il revivait un coup de foudre pour la seconde fois…Etait ce possible ? Qu’il s’imprègne de deux personnes différentes ? S’était-il trompé sur Lily ? Non, c’était impossible. C’était impossible…Pourtant, il ne ressentait cette sensation qu’avec elle…

* Lily ?*

Penchant le museau sur le côté, habitude qu'il avait pris en tant qu'humain quand une chose l'interpelait, il en demeura bouche bée, s’il avait été possible qu’un loup puisse l’être.


Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Dim 29 Nov 2009, 11:58

C'était une de mes premières journées hivernales à Forks. Et encore journée, était un mot mal approprié à en voir l'avancement de la nuit qui s'étendait au dessus de ma tête. La lune, toujours fidèle au poste, était seule aujourd'hui à accompagner mes pas. Faute d'avoir un autre ami avec qui partager ma nuit, j'avais recouvré ma solitude, et retrouvé les longues heures d'observations qui résumaient désormais ma vie. Au fond oui, depuis le début tout avait changé. Mon frère étrangement avait appris à rester coi, et je n'avais pas reçu de nouvelles alarmantes depuis quelques semaines déjà. Au fond même je parvenais à ne plus le craindre. Au fond oui, je me sentais aidée. J'avais un allié, un ami, un jumeau.

J'avais eu du mal à avaler les événements que nous avions vécu, et même la ville, restait pour moi un endroit que je refusais d'avoir de nouveau parcourir. Il était vrai cependant qu'au delà des peines, cette tragique période avait unie nos âmes comme jamais personne auparavant. Sans le savoir, oui, nous étions liés. Pas en une meute, je le savais, seulement, avec quelque chose, une pensée qui était bien au delà. En réalité il était devenu la personne qui manquait à ma vie, la personne qui n'aurait pas besoin de parler pour me comprendre. Il était devenu comme une nouvelle vie que je me devais de chérir comme si elle avait été mienne.

Seulement, j'ignorais à ce moment même où il pouvait être. Le crépuscule, arrivant comme un indice ne pouvait que me faire concevoir, penser quelles terres son corps devait fouler. Un lit sans doute, car, contrairement à moi, lui, parvenait à dormir. Peut-être possédait-il un élément apaisant, un ange ici pour calmer son âme et ouvrir son coeur? Je ne pus m'empêcher de sourire. J'avais la fâcheuse impression que mon frère jumeau tentait de mener sa propre vie. Chose qui me touchait de deux façons. Mon coeur avait l'impression de le perdre, mon esprit ne pouvait s'empêcher de s'en réjouir.
Une chose était sûre, il paraissait heureux, et le voir sourire était une de mes raisons de vivre.

J'avançais donc seule au beau milieu d'une clairière désertée de toutes âmes qui vivent. Mon odorat, aux aguets, percevait toutes sortes d'odeur que je me plaisais à ré-attribuer à un sanglier, un arbre et même parfois aux eaux d'un ruisseau alentour. Oui j'en était sûre, la nature faisait peu à peu un avec mon âme. J'ignorais si seul mon passé avait pu en être la cause, ou si par exemple un autre don s'offrait à moi, seulement j'en étais fière.
Un sourire béat aux lèvres et pour la première fois depuis longtemps, je me sentais particulièrement sereine, forte et spirituelle.

Ma tenue était des plus simples, et même si j'avouais avoir pris plaisir à me l'attribuer j'en payais les conséquences au cours de ma progression en pleine nuit. Mes yeux de louve, présent dans mon corps d'humaine m'offraient une vision optimale des secrets nocturnes. Ma longue cape et sa large capuche me permettaient d'entendre les vents s'engouffrer au creux de mes oreilles, et ma jupe courte laissait frissonner des jambes trop peu couvertes. Oui, je devais paraitre folle ainsi vêtue à une heure du matin au beau milieu d'un paysage sauvage de Forks.

Bientôt mes jambes commencèrent à sentir les effets d'une longue nuit de marche sans but. Mes pieds me faisaient mal, et mes chaussures deviendraient prochainement un tas de boue indistinct que j'aurais du mal à différencier du sol. Il avait plu. Et les brins d'herbes gardaient de légères gouttelettes entre leurs cellules vertes. J'avais envie de m'asseoir, de reposer mes jambes meurtries, mais tous les troncs, recouvert de mousse spongieuse ne me tentaient guère.

J'observais la Lune. Tout sembla si clair d'un coup. A quoi bon s'attarder dans un corps dont la physionomie vous dérange? En plaçant mes mains en prière, comme si je tentais de déclencher un pouvoir ancien, je m'installai au beau milieu de la plaine et jetai un oeil, un seul oeil vers l'astre.
Dans un calme olympien, et alors que la forêt elle-même semblait s'être tu, je sentis mes aptitudes de louve remplirent de nouveau mon corps d'humaine. En gardant les yeux fermés, j'essayai d'opérer à ma métamorphose sans perturber le silence de cette fin de nuit.

Soudainement un battement d’ailes, un bruissement rapide s’approcha de ma position. Perturbant le rituel, je ne pus rester de marbre face à cette chose qui s’avançait vers moi. Mes yeux azurs percèrent l’horizon, et mon souffle devint presque imperceptible. Scrutant le néant, je guettai tout ce qui pouvait me venir en aide. Au sol, une longue branche ne semblait qu’être prête à me servir. Je m’accroupis donc, les oreilles aux aguets, la chose arrivait de la droite. En un geste brusque, je me tassais sur le sol, saisis la branche, et entendit le volant me passer au dessus des épaules avec un cri strident. Etrangement je connaissais ce bruit, je connaissais ses agitations d’ailes par coeur pour avoir couru en sa compagnie. Le faucon pèlerin était l’un des oiseaux qu’on voyait avec aisance les nuits de lune au Japon. De toute taille, de toute forme, sombre, clair, puissant, léger, seulement celui-là je l’aurais reconnu entre mille...


"Fuujin ? "

Le cri se réitéra, plus longuement, plus puissamment, plus langoureusement. Un mélange de peine, d’euphorie, et de sérénité. Je tournai ma tête, suivant sa trajectoire aérienne, mes yeux se remplissant peu à peu de larmes. Il paraissait encore plus merveilleux que par le passé. Son ramage avait gagné en brillance, et l’argenté de ses plumes me rappelait ma propre couleur de louve. Il tournoya longuement, poussant de plus en plus de petits cris. Hélices, et tornades de vitesse s’enroulèrent autour de moi à chacun de ses passages. Machinalement, et comme dans le passé, alors qu’une goutte d’eau s’était établie sur ma joue, mon bras se tendit dans l’air, légèrement fléchi. Le rapace plongea avec aisance vers ce nouveau perchoir, et fixa ses serres autour de mon avant-bras. Il roucoula en plantant ses doux yeux azurs dans les miens. Secouant son plumage, il se décala de quelques centimètres afin de pouvoir taper ma joue à l’aide de son bec d’ambre. Une nouvelle goutte d’eau coula sur mon visage, au moment où mon autre main venait caresser le dessus de sa tête.

Comment avait-il fait? Pourquoi l’avait-il fait? Combien de kilomètres avait-il dû parcourir pour me retrouver? Comment avait-il pu? Jamais je n’aurais pu soupçonner que mon petit compagnon d’infortune me retrouverait plusieurs mois après ma fuite. Mais il était bien le seul non-humain dont je m’étais languis ces derniers temps. Au fond, il était comme un frère, un ami, avec lequel je n’avais jamais eu besoin de parler. Il s’était contenté de suivre, de partager mes pas, mes débuts. Il s’était juste contenté d’être là. Nous avions grandi ensemble au final. Et même si nos vies étaient loin d’être similaires, on s’était toujours compris. Moi en lui parlant, lui en piaillant avec tendresse.


"- Comment as-tu pu?"

Il ébroua ses ailes, fatiguées par un si long voyage, et se contenta de s’agripper à mon épaule. Ma paume s’aplatit sur devant ses yeux, et il pinça mon doigt le plus proche avec un petit cri strident. J’étais heureuse de le revoir. Heureuse de pouvoir de nouveau admirer ses vols, ses yeux clairs, son plumage argenté, sa vie si simple, notre passé dans son regard. Il était comme mon âme, évadée vers des terres méconnues, éloignée dans l’instant, libérée pour toujours... Libre à jamais.

La lune soudainement, perça à travers les feuillages, et remplit la plaine d’une lumière encore plus éclatante. Tels des petits diamants, les plumes de Fuujin s’étaient illuminées en une multitude de minuscules étincelles. Ses yeux avaient gagné en vigueur, et son plumage du cou, s’était balancé au rythme du vent. Un zéphyrs cependant, vint pousser ses ailes à s’ouvrir de nouveau. Quittant le perchoir que j’étais, il tournoya un instant supplémentaire, puis, au bout de quelques minutes plana au dessus de ma tête. Battant vigoureusement de ses longues ailes grises, il semblait attendre quelque chose, quelque chose que je devais être une des seules à comprendre. En fermant les yeux à mon tour, je sentis la puissance lupine s’emparer de mon corps. Quand mon regard aperçu de nouveau les astres, mes jambes s’étaient transformées en pattes, et mon corps s’était recouvert de fourrure.
Le faucon avait plongé avec un cri d’euphorie dans ma direction, m’avait légèrement coupé la trajectoire, et m’avait poussé à m’engager à sa suite avec un hurlement d’allégresse. Le sentant au dessus de ma tête, je ne pus que tenter de le doubler. Une course folle s’engagea au rythme du vent. Il me distançait quand les alizés étaient de son coté, mais je récupérais mon retard sur les longues lignes droites. Je croyais pouvoir tenir toute la nuit en sa compagnie à courir au fil des bourrasques et autres ondées aériennes, seulement mon esprit en décida autrement. Il se brouilla d’un seul coup sans crier gare, et trébuchant à cause de l’élan de ma course, je m’attirai sans attente les craintes de mon ami, qui, dans un virage parfaitement contrôlé était venu se poser dans l’herbe à mes cotés. Hélas, je n’y voyais plus vraiment clair. Mon esprit n’était comme plus avec moi, et avait préféré s’évader vers une zone qui me restait inconnue.

J’y voyais des arbres, des longs et puissants arbres, dont les racines jonchaient le sol en un épais fouillis désordonné. Au loin j’entendais avec aisance des loups, ou autre bêtes sauvages qui semblaient montées contre un ennemi quelconque. Mais je ne savais que trop bien ce qu’était cette vision. Une alerte. L’ennemi en question, écoeurait mon odorat, et faisait fuir les créatures qui d’habitude provoquaient elles-mêmes de la peur... Des vampires... 
Je n’étais que peu heureuse à l’idée de recroiser un de ses êtres ignobles qui avaient crée une panique sans borne au lycée il a quelques mois de cela. Je savais aussi, qu’une sangsue, par principe ne s’attaquait pas aux bêtes sauvages, mais préférait le sang humain. Je savais aussi que les loups que j’entendais au loin de mon esprit ne pouvaient être que des confrères. Des alliés...
Comme pour confirmer mon alerte, la vision suivante, parvint directement de Jérémy. Je n’eus aucun mal à la saisir, car mon subconscient n’avait pas attendu de comprendre l’alerte pour chercher mon allié dans le monde des esprits... C’était un message qu’il voulait rassurant, mais son âme ne semblait plus avoir de secrets pour moi. Et je savais par principe, qu’il ne m’aurait jamais fait déplacer s’il n’estimait pas que ça en valait la peine...

Ma vue revint peu à peu. Le faucon pèlerin me fixait, impassible, comme conscient de ce qui venait de se passer. Je m’assis sur mon postérieur, et lui aussitôt s’éleva de quelques mètres. Pendant de longues secondes nous nous fixâmes, sans un bruit. Puis, d’un coup, ma tête se tourna vers la droite, et mes pattes arrières se maintinrent droites. Un dernier grognement émana de mon corps avant que, suivit de près par le rapace j’entame une nouvelle course... Pour une cause toute différente...




[HRPG]J'ai pas pu faire plus court... X_X Désolée du retard[/HRPG]
Revenir en haut Aller en bas
Amber Green

avatar

Je t'offrirai les astres si tu me le demandais...

Féminin Nombre de messages : 123
» Mon âge : 17 ans | 18 ans en réalité
» Ma date de naissance : 10/02/1992


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je peux transmettre mes pensée à autrui.

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Lun 07 Déc 2009, 22:39



« La Destruction est un Mode de Fusion »


    Je ne pouvais pas dire que mes « balades » en forêt aux côtés de Lily m'avaient manqué durant mon séjour à Jacksonville. Certes, l'absence de mon Alpha aurait pu me peser, du moins si mon esprit n'avait pas été subjugué par la présence de Derek. Ah ! Derek ! Rien que ce nom me faisait vibrer et soupirer de bien-être. Ce voyage avait été agréable - pour ne pas dire parfait - où, blottit dans ses bras, j'en avais, je devais l'avouer, oubliée les problèmes quotidiens qui se trouvaient ici, à Forks. Forks. Le froid, la pluie et la neige me semblaient presque irréel et insupportable après mon séjour sous le soleil. Bon sang ! Comme je pouvais m'ennuyer de la chaleur de ses rayons ! De plus, je détestais être trempée par la pluie. C'était bête et honteux à dire ( ne le répétez surtout pas à ces saletés de sangsues ! ) mais une fois mouillée, j'avais la désagréable sensation de sentir le chien mouillé. S'en était insupportable. Mais voilà. Nous avions bien du prendre le chemin du retour un jour ou un autre. Et la triste réalité de cette petite bourgade de Forks m'était revenu en pleine face comme un boomerang. OK, peut-être que recevoir un boomerang sur le museau aurait été plus désagréable. Mais tout de même ! Le principe restait le même. Rose m'avait accueilli les bras ouverts. Elle me semblait toujours trop gentille. De ce fait, je m'en voulais et me sentais responsable. Ne devrais-je pas lui avouer mons ecret ? Qui, à part les autres loups et Derek, était à même de me comprendre que celle chez qui je vivais ? Elle m'apportait tellement que je trouvais cela comme un juste revirement des choses. Mais d'un autre côté, je ne souhaitais pas être celle qui causerait sa mort. Après tout, quelle personne âgée survivrait en voyant sa petite-fille prendre une apparence animale ? Mouais... C'était plutôt une mauvaise idée tout compte fait. Peut-être ferais-je mieux de me contenter de dévorer ses plats succulents en lui répétant encore et toujours qu'elle était la meilleure grand-mère que la terre est pu porter. Cela lui faisait tellement plaisir.

    C'était ainsi l'esprit embrumé de saveurs délicieuses ( gratins, poulets, chili, boeuf et tout ce que votre estomac peut adorer ) que je parcourais la forêt en ce dimanche matin. Le soleil ne s'était pas encore levé entièrement dans le ciel, et je commençais même à douter de sa réussite pour percer les nuages épais et menaçants. Cela promettait encore une journée pluvieuse. A la bonne heure ! Ne manquait plus que ma route croise celle d'une vampire, et la journée serait alors cataloguée comme la pire de toute ma vie - à une exception près. Je décidai finalement de laisser mon esprit vide, ne me concentrant que sur la nature et le silence qui m'entourait. C'était tellement agréable. Soudain, des images et des pensées vinrent chambouller ma quiètude. Et quelles images ! Bon sang ! Lily ! Alors là, c'était le bouquet. Je grognais intérieurement, rappelant à mon Alpha d'éviter de me faire « profiter » de sa vie privée. Tiens d'ailleurs, qui avait été cet homme ? N'avait-elle pas prononcé le nom de Jérémy ? Jamais croisé. Quoique après ce que j'avais entendu et vu, je préférais ne pas le rencontrer avant quelques décennies... Un feulement - comparable à un ricanement humain - me parvint, et je levais les yeux au ciel. Sacrée Alpha va.

    Lily était de loin la personne que je respectais le plus dans cette ville. Elle avait été la première - pour ne pas dire la seule - à m'aider à surmonter le passage de ma transformation plutôt imprévue dirons-nous. La cicatrice sur mon bras droit en témoignait. Jamais je n'avais demandé à devenir ce que j'étais. Jamais non plus n'avais-je demandé à devoir protèger l'espèce humaine contre une autre espèce que je ne croyais être qu'un mythe. Cependant, ma rencontre avec cette jeune femme me changea du tout au tout. A grand renfort de patience - je devais avouer que mes sautes d'humeurs avaient été nombreuses en cette période-là - Lily était parvenu à me faire entendre raison. Mon état n'était pas forcément une malédiction. C'était à moi d'en faire une bénédiction. Et puis, que serais-je devenue si jamais je n'avais croisé son chemin ? Surement me serais-je exclue de la société, ou bien alors aurais-je demandé à être enfermée dans un asil pour aliéné. Ou me jeter dans l'océan aurait été une possibilité envisageable. Qu'importe ce je serais devenu, je devais énormément à Lily. Aussi la suivrais-je n'importe où, quoique cela puisse m'en coûter. Elle était une personne respectable, dont j'admirais le courage, la franchise et la sagesse, bien plus développée que la mienne en tout cas.

    Avant que je ne réalise quoique ce soit, une odeur désagréable vint me titiller le museau. Je grognai, par pur réflexe. Mes sens me joueraient-ils des tours ? C'était impossible. Aucun vampire ne s'aventurait sur ces terres. Ils n'étaient pas sans ignorer que ce territoire était le nôtre, qu'ils soient nouveaux dans la région ou non. Notre odeur omniprésente le signalait bien assez, sans avoir ainsi besoin de nécessiter la présente de pancarte. Durant une fraction de seconde, ma mémoire repassa dans mon esprit la première vampire que j'avais exterminée à l'aide de Lily. C'était juste après que cette sangsue ait passé la frontière. Tout en y réfléchissant bien, ces cadavres ne semblaient guère se préoccuper des limites imposées. Quoique cela ne devrait pas tellement m'étonner. Finalement, comme pour justifier le fait que je n'étais pas devenu folle, la voix de Lily retentit dans mon esprit. Je grognai une nouvelle fois. Ces buveurs de sang ne s'en tireraient pas de la sorte.

      * Prête pour la bagarre, Amber ? *
      * On dirait que nous allons avoir du vampire pour le petit-déjeuner. *

    Mais Lily ne semblait même pas m'avoir entendu. Déjà, je voyais à travers son esprit les arbres défiler à vive allure. Copiant son geste, je changeais de destination et rejoignais sa trajectoire. A cette vitesse, je ne tarderais pas à la rattraper. Pendant ma course, j'humais l'air, à la recherche d'un moindre indice quant à l'identité de nos opposants. Des vampires, là-dessus, je n'avais aucun doute. Cependant, j'espérais en apprendre plus. Leur nombre, par exemple. Deux ? Peut-être trois. Ou plus. Il fallait dire qu'ils puaient tellement. Leur odeur se mélangeait facilement. Ce dont j'étais persuadée, c'était qu'une vampire était parmis eux. Et cela ne fit que me rendre la rage un peu plus présente dans mon corps et mon esprit. Je détestais ces cadavres femelles ! Brusquement, je remarquai à travers l'esprit de mon Alpha le décor s'immobiliser. Accélérant l'allure si cela était possible, je bondissai alors au-dessus d'un épais bosquet, et attérissais derrière Lily. Cette dernière faisait face à un loup au pelage plus blanc que les neiges éternelles, de quoi me rendre honteuse de ma fourrure rousse. Je ne me souvenais pas avoir croisé ce lycan au cours de mes rondes. Je repensai alors aux loups qui avaient choisi la « voie maléfique », ou pour dire simple, qui se nourissaient de sang humain. Et si celui-ci en était un ? Mon poil s'hérissa légèrement. Ce ne serait pas surprenant de la part de traîtres qu'ils face ami-ami avec les ennemis. Et les vampires étaient nos ennemis n°01. Cependant, l'inconnu s'assit et nous observa, Lily et moi, s'atardant plus intensément sur mon Alpha. La situation ne m'aida pas à me calmer, surtout que la désagréable odeur des sangsues flottait dans l'air. Je décidai alors d'intervenir. Une chance que mon don ait évolué durant mon voyage à Jacksonville. Je m'adressai donc directement au loup, lui envoyant mes pensées comme je le ferais avec un membre de ma meute. J'ignorais cependant si Lily percevrait mes pensées aussi, ma maîtrise ayant encore certaines limites. Mais qu'importe !

      * Qu'est-ce tu nous veux ? Si tu n'as pas remarqué, ces satanés buveurs de sang ont encore pénétré sur notre territoire ! C'est pas le moment de tailler causette ! *

    Certes, j'aurais pu être plus diplomate. Je devais avouer que cela n'était pas mon fort, et ce encore moins lorsque un vampire rôdait dans les parages. Oh ! et puis il n'était pas bête, non ? Des dents longues étaient ici, nous n'allions tout de même pas les laisser partir sans rien dire ! Je tournai mes yeux dorés - stupide ressemblance avec certaines sangsues qui se disaient « amis des humains », mais je devais faire avec - vers Lily, espérant un quelconque soutien. Cependant, cette dernière regardait l'inconnu avec un regard soutenu que je ne lui avais encore jamais vu. Je n'irais pas jusqu'à à dire qu'elle semblait en avoir oublié la menace vampirique, mais tout de même. L'impression qu'elle me donnait me laissait dans un grand moment de solitude. Quand à son esprit, je préférais éviter de l'écouter, tant les images des minutes précédentes m'avaient refroidi. De plus, ce même prénom ne cessait de résonner. Jérémy, Jérémy... Il y avait d'autres moments pour penser à son prince charmant tout de même ! Aussi grognai-je légèrement pour la ramener à la teneur de la situation.

      * Lily ! Ces sangsues vont nous filer sous le museau si ça continue ! *

    Ah ça, jamais ! Moi vivant, jamais un buveur de sang ne s'échapperait « en vie » - entier serait plus exacte - de cette partie de la forêt. J'en faisais le serment. Serment bien stupide, d'ailleurs. Dommage que je n'étais pas doté de don de clairvoyance. Cela m'aurait alors permis de me rendre compte combien mon destin n'était pas aussi rose que je le présumais.

    [ Pardonnez mon retard ! Vraiment navrée ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Lily Etarae

avatar

Fondatrice ▬
What's happen to me ?

Féminin Nombre de messages : 283
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 19/01/1988


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis:
» Mon don: Je suis capable de créer une image astrale de moi même durant quelques secondes. Mais mes forces s

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Ven 18 Déc 2009, 18:55

      * Prête pour la bagarre Amber ? *
    Sans même attendre l’approbation de ma bêta, je me lançais à folle allure vers l’endroit d’où provenait. C’était à moins d’un kilomètre de là où nous étions. Encore une fois, je m’apprêtais à agir inconsidérément... Et ce serait peut-être la dernière fois...


    Ma course à travers les arbres et sur le sol tapis de feuilles mortes, humide par la légère brume du matin n’avait pas duré très longtemps. Aveuglée par l’envie de tuer, je fonçais sans même prendre en compte les risques. J’ignorais tout de ceux que nous allions devoir affronter seules, Amber et moi. Combien étaient-ils ? Deux, trois, cinq ? Etaient-ils des nouveaux nés ou au contraire, des combattants expérimentés ? Seul chose dont j’étais certaine, c’était leur régime alimentaire. Ces cadavres se nourrissaient de sang humain. Rien qu’à l’odeur, j’en étais persuadée. Les sangsues qui se nourrissent d’animaux ont cette odeur sucrée terriblement désagréable. Les pourritures qui consommaient des humains avaient quant à eu, une odeur beaucoup plus âpre, plus glaciale encore.

    Je humais profondément l’air tout en courant. Nulle trace d’odeur de sang par ici. Par chance, ils n’avaient pas trouvé de proie ! Je redoublais d’effort tandis que j’entendais les pas d’Amber derrière moi. Elle me rattrapait. Malicieuse, et aveuglée par la soif de tuer encore des sangsues (la dernière fois avait été presque trop facile) m’aveuglait tellement que je voulais arriver la première. Etre la première à lancer l’attaque, la première à porter un coup fatal ! Ah ! Je ne me doutais pas que cet instant n’arriverait jamais…

    Des bruits de pas plus soutenus attirèrent mon attention. Ralentissant légèrement ma course, j’écoutais avec attention. Pas deux pattes, non. Quatre pattes ! Quatre pattes qui courraient, dont le rythme s’était calqué sur le nôtre, celui d’Amber et moi. Bondissant d’une butte, un loup massif atterri juste devant moi, montrant les crocs et poussant des grognements terribles. Je me cambrais sur les pattes arrière. Etait-il un de ces loups qui avaient préféré se nourrir d’humains, plutôt que de les protéger ? Ce n’était vraiment pas le moment ! Des sangsues étaient là, quelque part ! On ne pouvait pas en plus se permettre de lutter contre notre propre race !

    Soudain, je m’arrêtais de grogner, l’autre aussi. Amber venait de nous rejoindre et était sur le qui-vive. L’odeur qui était parvenue à ma truffe était l’une de celles que je préférais. J’aurais pu la reconnaitre entre mille. Je plongeais mon regard dans celui du loup. Je n’avais plus de doute. C’était lui. Ca ne pouvait être que lui ! Mais que faisait-il ici ?
      * Lily ?*
    Je restais interdite.
      *Jeremy ? Qu’est ce que tu fais là ? * questionnais-je avec le plus de douceur dont j’étais capable dans ce genre de situation.
      * Qu'est-ce tu nous veux ? Si tu n'as pas remarqué, ces satanés buveurs de sang ont encore pénétré sur notre territoire ! C'est pas le moment de tailler causette ! * intervint Amber dans mon esprit.
    Je doutais cependant que Jeremy ait pu le percevoir. J’ignorais aussi comment il nous était possible, à nous deux, de nous entendre. Peut-être s’agissait-il d’un truc unique, entre les imprégnés ? Peu m’importait cependant de connaitre exactement le procédé de ce phénomène pour le moins étrange. Amber avait réveillé en moi l’envie de détruire, de massacrer, d’éradiquer ces buveurs de sang. Elle aussi, s’impatientait. Je le ressentais dans son esprit. Caque neurone de son cerveau n’avait qu’une envie : aller dégommer ces monstres !
      * Lily ! Ces sangsues vont nous filer sous le museau si ça continue ! * me pressa-t-elle encore.
    Je tournais la tête vers elle.
      *Ok, on y va !* lui répondis-je * On se retrouvera à la maison ! Des sangsues sont là ! *
    Ces derniers mots avaient été adressés à Jeremy, alors que je me relançais dans ma course suivie de près par Amber. Tout en courant, je ne parvenais pas à le chasser de mon esprit. Des « je t’aime » que j’aurais voulu lui adresser coulaient en cascade dans mon esprit, inondant mes priorités. Amber et moi courrions plus vite que le vent et bientôt, nous y fumes.

    Elles étaient là, ces horreurs. Une femelle et trois mâles. Tapis dans les buissons, Amber et moi passions presque inaperçues. Pourtant, ils ne tarderaient pas à se rendre compte de notre présence, au moins à cause de notre odeur, tellement plus appréciable que la leur. Je sentais dans l’esprit d’Amber, une agitation nouvelle. De la haine. Et je n’eu aucun mal à déterminer la cible de cette haine : la femelle. Amber les détestaient, à cause d’un évènement lié à Derek me sembla-t-il.
      *Prend les à droite, je passe à gauche. Je te laisse la femelle.*
    Ni une, ni deux, nous y étions. Amber à droite. Moi à gauche. Malheureusement, notre plan n’eu pas le temps d’être mis à exécution. Ces buveurs de sangs avaient l’ouïe plus fine que je ne l’aurais espéré. Ils m’avaient repéré et avaient aussi repéré Amber… Mon inquiétude à ce moment là, ne fut pas de savoir si je m’en sortirais ou non : ils avaient l’avantage. Toutes mes craintes étaient pour Amber. Je l’avais entrainée ici, j’étais responsable d’elle ! Je devais tout faire pour que la situation ne tourne pas au cauchemar, au moins pour elle.

    Les deux mâles me faisaient face, tandis que la femelle semblait « s’amuser » avec Amber. Je retroussais les crocs. L’un des deux cadavres se jeta sur moi avec une vitesse inouïe. J’eu à peine le temps de l’esquiver, que l’autre me saisissait déjà par la patte postérieur pour m’écrouler au sol. Je n’avais plus le choix. Bien que cela m’épuise à chaque fois, je me devais de tenter le coup. Rassemblant mes forces, je fis naitre mon double astral juste derrière l’un des buveurs de sang. Surpris, il n’eu pas le temps de l’éviter et finit encastrer dans un rocher. Malheureusement, mon double astral ne pouvait pas rester indéfiniment. Le créer me demandait des efforts surhumains, et me laissait ensuite plus vidée que jamais. Après un dernier coup de patte qui dévissa la tête du vampire de son corps, le deuxième moi se dissout dans l’air, de la même manière qu’il était apparu. L’autre vampire n’avait pas bougé. Il me fixait avec un rictus amusé sur les lèvres.

    - Bien tenté, mais les cabots auraient du rester garder la maison aujourd'ui, se moqua-t-il en me soulevant une nouvelle fois de terre.

    Je tentais de montrer les crocs et de grogner, mais en fait je gémis. C’était tout ce que j’étais encore capable de faire… Le vampire s’en amusa et me lança dans les airs pour me faire atterrir le long d’un immense séquoia. Les dernières forces qu’il me restait n’était même pas suffisantes pour prendre la fuite. J’étais condamnée…
      *Cours Amber, fuit ! C’est un ordre !*
    J’avais utilisé ma voix d’Alpha, chose que je n’avais jamais fait auparavant. Cette fois, je n’avais pas le choix. Je savais pertinemment qu’Amber ne m’écouterait pas si je n’employais pas cette voix. Et si elle restait, elle serait vouée au même sort que moi, peut-être pire encore. La fuite restait sa seule chance de salut. Le vampire apparu à cet instant précis au dessus de moi. Il semblait s’amuser comme un fou. Son poing de pierre s’abattit sur ma tête. Je perdis connaissance.

    Je ne sais combien de temps je suis restée ainsi à agoniser, perdue entre les deux mondes : celui des vivants et celui des morts. Des images de ma vie me revenaient par flash, comme on le dit dans les films ou dans les romans. Je revoyais Lily à 6 ans, apprendre à faire du vélo avec son père, surveillée par sa mère. Je revoyais Lily à 14 ans, pleurant son père à l’enterrement, serrée dans les bras de sa mère. Lily a 16 ans, qui emménage avec Eddy. Lily à 20 ans, qui devient louve. Lily dans les bras de Jeremy, sur l’édredon. Lily à presque 21 ans, gisant dans la forêt… morte.

___________________________________


Merci Lauwa pour le kit! <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.gad-elmaleh.forumactif.biz
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Lun 21 Déc 2009, 14:27

Mes pattes me faisaient mal, et encore le mot était faible. Si le message de Jérémy avait été facile à percevoir, le retrouver s’avérait beaucoup plus dur que prévu. D’autant que j’étais à plus de 20 kilomètres de là, et que mon cerveau me brulait tellement les visions que j’avais, sentaient le cramoisi. J’ignorais cependant quels étaient les sinistres objectifs de mes adversaires, et entre nous, aussi loin que je me souvienne, aucunes de ses deux filles faisaient parti de mes connaissances. Certes j’en avais peu, mais tout de même! Je me stoppai avec force, obligeant mon faucon à faire un virage aérien des plus serrés. Il plana au dessus de ma tête en piaillement. Je n’avais pas envie d’écouter ses conseils, je n’avais pas envie d’avoir à tout lui expliquer. Ça aurait été tellement plus simple de pouvoir lui parler, cependant cette dernière chose m’était impossible.
Mon pelage volait au rythme du vent, et je ne cessais d’essayer de joindre mon jumeau. D’un coup c’était comme s’il avait bloqué toutes ses pensées, comme si au fond il était lui aussi dans un danger que je ne parvenais pas à voir. Depuis quand mes visions restaient-elles invisibles à ses actions?


° Oh non, ce n’est vraiment pas le moment.... JEREMY ! °

Ne cessais-je de me répéter à tout rompre afin qu’il puisse au moins un minimum en percevoir une partie. Mes pattes enjambèrent un ruisseau, survolèrent un tronc d’arbre qui s’était établit sur le sol brumeux, et mes naseaux humaient l’air avec vivacité. Combien de temps encore resterais-je sans nouvelle de mon allié? Pourquoi donc restait-il si discret à mon égard? Depuis quand son esprit était embrouillé à ce point?
Rien dans ce que j’étais en train de vivre n’était normal, rien de ce que je vivais de toute façon n’avait été normal. Que se passait-il à la fin? Et qui étaient ses deux louves que je voyais en vision? Quel rapport avaient-elle avec mon jumeau..? Voulaient-elles le nuire? L’avaient-elles déjà fait? Je secouais vigoureusement la tête en me remettant en route avec plus d’énergie. Si elles s’en prenaient à lui, si elles voulaient le vendre aux sangsues elles le paieraient de leur vie. Et valait mieux pour elles qu’elles me craignent à ma juste valeur. Le coup serait violent. 

Je courais à en perdre haleine, et Fuujin esquivait, je le savais, avec de plus en plus d’agilité les obstacles «aériens» qui envahissaient ma route. J’ignorais pourquoi il avait décider de me suivre, mais sa présence me stimulait. Je me moquais pas mal des ronces qui me déchiraient les pattes, même les chemins chaotiques que je m’entêtai à suivre n’étaient rien. Si je ne pouvais localiser Jérémy, ces louves, elles, restaient la seule chose que mon cerveau gardait à l’esprit. En dépit de cause je m’aventurai vers elles. Et d’un certains coté je n’avais pas vraiment le choix.
Aussi folles qu’elles semblaient être, elles s’étaient dirigées directement dans la gueule du loup. Ironie du sort. Elles en étaient, elles-mêmes, des louves. Quelle mouche était donc allé les piquer? Etrangement localiser les vampires me parut beaucoup plus aisé que de les fixer, elles. J’arrivais à m’étonner de les voir courir si vite. Seulement, l’odeur des «marbrés» aurait eu le dessus sur tous les autres indices que j’aurais pu avoir le choix de suivre. D’une manière qui me parut parfaitement contre nature, je parvenais, par instant uniquement, à m’intégrer précisément dans leurs têtes, et je découvrais sans doute en même temps qu’elles le chemin qu’elles s’étaient bornées à suivre. C’est peut-être pour cette raison que je ne pus retenir un haut le coeur, quand à l’aide des yeux de la rousse, je vis un de vampire s’en prendre durement à l’autre louve. J’ignorai pour quelle cause elles se battaient, j’ignorais même qui elles étaient, seulement aussi différentes qu’elles auraient pu être, peu de personnes résisterait à un assaut de la sorte. C’était inimaginable. Sans trop comprendre pourquoi, ma vitesse dédoubla, et je parvins jusqu’au lieu dit «rouge». Je repris forme humaine par prudence, tentant de feinter l'innocence, et profitant des dons que possédaient les asiatiques sur les tenues «post-transformation» je sortis de derrière les buissons, le faucon sur mon épaule.
Mon regard était sombre et on ne pouvait plus sérieux.


- Puis-je savoir quel est votre problème avec ces chiens?

La femelle ne ménagea pas un rictus sournois à mon égard, et le mâle le plus proche avait laissé son semblable s’occuper de la louve mal en point pour s’approcher de moi. J’avais la fâcheuse impression d’avoir fait une des pires erreurs de ma vie, et pourtant ils ne paraissaient pas avoir saisis le subterfuge. Je reculais d’un pas, feignant parfaitement la peur qu’une simple humaine aurait pu avoir. Sauf que cette crainte n’était pas totalement une illusion. Sans trop y croire, je lançais mon esprit à la recherche d’un Jérémy qui aurait bien daigné me répondre, mais mes visions restèrent silencieuses. Nous étions seules à pouvoir disposer de nous mêmes.

- T’as apporté le casse-croute petite?

Les cadavres étaient décidément bien inspiré par instant. Je me demandais comment les humains pouvaient se laisser berner par des paroles qui en disaient aussi long sur ce qu’ils attendaient de nous.

- Je vous demande pardon?

La rôle de l’idiote m’allait comme un gant, et je sentais que mon ennemi se languissait d’une proie si facile au fur et à mesure que je me laissais parler.
Seulement j’étais encore à moitié tapie dans l’ombre, et je sentais le regard de la louve rousse. J’ignorais si elle avait saisis, où si même elle avait senti qui j’étais, mais en croisant son regard meurtri par le coup qu’elle avait reçu, je ne pus retenir l’élan de haine qui grimpait en moi. Et même si je ne la connaissais, ni d’Adam ni d’Eve, je sentais que si elle avait été à ma place, elle se serait efforcé de faire ces choses que je m’apprêtai à faire pour tenter de les sauver. Si je pouvais...


- Approche.

Tel un pantin, et parce que dans un cas normal une humaine se serait laisser envouter par le charme que dégageait cette créature, je sortis peu à peu ma tête de l’ombre, dévoilant enfin ma frimousse d’asiatique, et mes cheveux liés en arrière. Le visage de l’inconnu s’illumina, et je continuai d’avancer sans un bruit, sans une parole.
Soudainement mon âme me répondit, et la voix que j’aurais voulu entendre le plus au monde perça à travers mon esprit. Jérémy se rapprochait enfin. Sentant la présence protectrice de mon allié, ma stratégie se dessina avec plus de facilité dans ma tête. Tout était trop clair. En passant un instant pour leurre, je permettais à mon jumeau d’assouvir son désir de vengeance envers ces créatures. Et... Alors que le vampire allait enfin tenter de me toucher, j’entendis les feulements vifs de mon partenaire derrière les buissons, et présentai l’odeur du sang froid qui n’allait pas tarder à couler.

Le mâle, nourrit par l’illusion de proie facile que je lui donnais, posa enfin sa main sur la mienne, et soudainement son regard changea. En entrant en contact avec mon corps, il n’avait pu laisser passer outre la chaleur qui émanait de mon être. Je souris avec malice.


- Surprise !

Je plongeais ma tête en avant afin de projeter mon pied dans la face de ce monstre. Fuujin s’envola en un éclair, tournoyant autour de cette cible qui était déjà notre. Il plongea jusqu’à la sangsue, et tenta de lui percer les yeux qui lui permettaient de nous distinguer sans difficulté. Hélas, son action fut vouée à l’échec, et à un instant, j’eus cru qu’il y passerait.

- Fuujin !

Il s’éleva un brin plus haut pour être hors de portée, et resta en l’air, effrayé. Moi j’avais adopté une posture d’arts martiaux que j’avais eu l’occasion d’apprendre dans ma jeunesse, mais gardai mes distances.

- Alors sale clébard, tu ne te transformes pas?

Je souris en me forçant, et tentai de garder un humour des plus provocateurs en jouant sur l’ironie.

- J’aurais peur que ton odorat ne te lâche...

- Amusant, très amusant. Un cabot qui a de l’humour, c’est intéressant.

- N’est ce pas ?

Un rire rauque qui ne me ressemblait pas émana de ma gorge. Je gardai ma position de défense, et secouai mes cheveux vers l’arrière...

- J’aurais voulu pouvoir faire un peu plus connaissance avec vous, chères sangsues, hélas j’ai bien peur que tout cela soit fini...

Je me tendis légèrement sur mes jambes, permettant ainsi à Fuujin de retrouver sa place sur mon épaule, et murmurai avec un rire fixé au coin de la bouche.

- Jérémy, il semblerait que ce Monsieur te réclame.

Je croisais mes mains contre mon torse, et observai le magnifique loup blanc qui s’approchait de la petite scène dans le dos de «mon» vampire.

J’ignorais si nous nous en sortirions, mais au moins nous étions ensemble, et à deux, tout serait plus facile... Du moins je l’espérais.
Revenir en haut Aller en bas
Jeremy Smith

avatar

Alpha de la Tribu & double de Lénie.

Masculin Nombre de messages : 156
» Mon âge : 20 ans
» Ma date de naissance : 03/06/1990


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je suis télépathe et je vois l'avenir.

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Jeu 31 Déc 2009, 19:27

* Qu'est-ce tu nous veux ? Si tu n'as pas remarqué, ces satanés buveurs de sang ont encore pénétré sur notre territoire ! C'est pas le moment de tailler causette ! *

Jeremy jeta un regard couleur or vers la seconde louve qui s'interposait entre lui et sa bien-aimée. Il ne prit pas conscience de suite de la signification de cet étrange échange, ses pensées étaient totalement dirigées vers la vision qui l'avait assailli quelques instants auparavant. Mais comment leur faire comprendre du danger qu'elles couraient? Il voulut faire entendre raison à Lily qui l'avait reconnu mais celle-ci, loin, de l'écouter, lui demanda même de rentrer à la maison car des sangsues trainaient dans les parages. Jeremy voulut lui dire que c'était bien la raison de sa présence mais les deux animaux ne lui laissèrent pas le temps d'en placer une. Bien décidées à grignoter du vampire pour le petit dej', elles dépassèrent l'alpha et se mirent à courir plus vite que le vent, des pas rythmés par la haine qui les guidait vers une mort certaine.
Soupirant un bref instant, le loup se mit à leur poursuite, tous sens guidés par leur odeur et leurs pas craquelant les feuilles mortes. Il n'aurait jamais cru que sa compagne pouvait gambader aussi vite et se rendit compte qu'elle n'était pas une louve comme une autre. Mais le temps n'était pas philosopher sur ce sujet. Il devait se concentrer ou sa prémonition risquait de se réaliser. Et là plus qu'à un autre moment, Jeremy eut peur de connaitre une nouvelle fois ce sentiment horrible de perdre un être cher. Zigzagant entre les arbres et bondissant au dessus de buissons épineux, le loup tentait désespérément de prendre contact avec Lénie. Il voulait entendre sa voix afin de se sentir soutenu…de ne pas se sentir seul dans cette affaire. Il n’avait pas peur, loin de là. La femme de sa vie était en danger de mort, et il ne comptait pas la laisser se jeter dans ce piège mortel.

Mais…à côté de ça se trouvait sa jumelle, et le loup était tiraillé entre deux sentiments : celui d’être aux côtés de Lénie, et celui de combattre seul-de l’éloigner du danger le plus possible. Il se souvenait très bien du courage de la jeune femme lors de leur confrontation avec des agresseurs humains. Mais ici, ils ne feraient pas face à des hommes. Mais à des morts. L’issue du combat était plus qu’incertaine. Avançant à une vitesse fulgurante, Jeremy se savait très proche des deux louves lorsqu’une vision le terrassa. Au travers des yeux d’Amber, il vit le bel animal au pelage flamboyant soulevé dans les airs sans ménagement et projeté avec férocité contre un immense arbre. Le loup blanc ferma les yeux pour tenter d’échapper à la réalité, mais cela n’empêcha pas son esprit de voir le vampire approcher de sa bien-aimée et lui asséner un coup d’une violence rare sur la tête. Submergé par la colère de la jeune béta et par sa propre haine, le loup se remit sur pattes et ne chercha pas à se dissimuler de ses ennemis. Sa vitesse, animée par sa douleur, avait doublé, et, par l’effet d’un surcroit de sentiments qui fusaient, l’esprit de Jeremy s’ouvrit au monde qui l’entourait et rencontra celui de sa jumelle. Baissant les oreilles en guise de menace, le loup hurla sa fureur tout en poursuivant sa course, avant de s’infiltrer dans l’esprit du second alpha des Sibylles. La prairie était couverte par de nombreux feuillages tandis que les vampires s’intéressaient à lui/elle. A tel point que l’agresseur de Lily préféra porter son attention sur la jeune femme plutôt que sur la louve agonisante. Lénie semblait complètement affolée tandis que le suceur de sang le plus proche s’adressa à elle.

*Approche*

Sentant la panique s’emparait du cœur de la jeune femme qui semblait livrée à elle-même, Jeremy s’ouvrit complètement à elle.

* Calme-toi Lénie. J’arrive*

La distance qui le séparait d’elles était minime. Il ne lui faudrait qu’une minute ou deux afin de les rejoindre. Mais ne serait-ce pas de trop ? Aura-t-il le temps d’arriver à temps ? Préférant stopper ses idées noires, le lupin se concentra sur ses cibles et parvint-en un rien de temps à la clairière. L’odeur y était nauséabonde, tant et si bien qu’il fronça la truffe en guise de dégout. Les vampires étaient des êtres répugnants et aujourd’hui plus particulièrement, Jeremy se mit à haïr cette race du plus profond de son être. Jetant un regard inquiet vers le grand séquoia qui fermait la clairière, il aurait voulu pouvoir accourir près de Lily et lui portait secours-sentant sa vie s’envolait peu à peu.

* Par pitié Lily, bat-toi…tu n’as pas le droit de nous quitter…de me quitter…*

Ces mots n’étaient au départ que de simples pensées. Mais ils se répétaient tant dans son esprit qu’ils finirent par devenir un message télépathique qui se propagea dans la tête des trois autres loups. Jeremy ne se rendit pas compte de la souffrance qu’il venait de faire partager à ses acolytes et, gémissant silencieusement de ne pouvoir rien faire pour elle, le lycan détourna les yeux et observa la scène parfaitement orchestrée par son double. Lénie jouait fort bien la petite ingénue fragile et naïve. Mais après avoir frappé, celle-ci se redressa, et lança un regard dans sa propre direction, tout en s’adressant au vampire qui lui faisait face. Elle semblait à cet instant attendre quelque chose. Ou plutôt quelqu’un et Jeremy n’eut aucun besoin de télépathie pour comprendre ce qu’il se tramait dans sa jolie tête brune.
Avant même que ses lèvres n’esquissent un mouvement, l’animal couleur neige bondit par-dessus une troupe de rosiers, puis avança d’un pas léger, presque paisible, dans le dos de sa nouvelle proie. Toutefois, son allure pouvait feindre la sérénité, son esprit lui, bouillonnait de vengeance et se languissait à la simple idée d’arracher un membre à ce suceur de sang. Son odeur, ses vêtements…Jeremy ne pouvait s’y trompait. C’était bien celui qui avait osé porter la main sur l’élue de son cœur. Et celui là, plus que n’importe lequel de ses complices, versera son sang pour cet affront.
La voix de Lénie claqua alors comme un coup de fouet dans l’esprit de l’animal qui s’anima soudainement.

« Jérémy, il semblerait que ce Monsieur te réclame. »

Ses oreilles se baissèrent naturellement, avant qu’il ne prenne appui sur ses jambes et ne bondisse. Toutefois, et comme le loup l’avait prévu, le vampire l’avait sentit et s’était retourné à l’instant même où il le toucherait. Mais Jeremy avait tout planifié et à l’instant même où son corps s’affaissait sur le sol, son apparence de loup laissa place à un homme qui fit un roulé-boulé sur l’herbe encore verte, et se stoppa net à l’aide de ses mains. Enfilant le jean qu’il s’était accroché à la patte, il sourit malicieusement à son ennemi, avant de se poster aux côtés de Lénie.

« Alors sœurette, on s’amuse sans moi ? »

Sa voix, malgré la tournure de la phrase, était dépourvue de taquinerie, sans dire qu’elle était on ne peut plus sérieuse. A présent de l’autre côté de la scène, il était beaucoup plus proche de Lily et entendait plus clairement, par battements faibles, son cœur toujours en vie. Elle allait s’en remettre, et eux, devaient se débarrasser de ces envahisseurs au parfum plus que putride. Mais à deux, l’affaire allait être difficile. Certes ils étaient des loups, ce qui n’était pas rien. Mais eux étaient des vampires, et visiblement, ils étaient bien habitués à ce genre de confrontation. Pourtant Jeremy était confiant. Lénie et lui ne formaient qu’un. Et leurs pouvoirs étaient amplement suffisants pour que chacun s’occupe d’un vampire. Ils étaient deux désormais....

Deux…

Le lycan détacha ses yeux de la créature et fureta aux alentours. Il en manquait un…ou plutôt une. Et pour ce qui était des loups…Jeremy tenta de rester impassible, mais son cœur s’était mit à s’emballer.

* Amber…où est Amber ? *

Détournant le visage vers son amie, il lui jeta un regard interrogatif avant de se mettre en position de défense, toute sérénité envolée pour ne laisser place qu’à la haine. Ils devaient faire vite. Ambre était seule…poursuivit par cette…
Jeremy ne termina pas sa pensée. Oubliant complètement son pauvre jean, il jeta un coup d’œil au vampire qui semblait attentifs à leurs moindres mouvements, puis lui bondit dessus sans crier gare. Sa transformation ne lui valut qu’une seconde avant qu’il ne surprenne sa proie en lui tombant dessus comme une furie. Mais il avait oublié la force que pouvait avoir un tel monstre et à peine avaient-ils touché terre que le mâle le repoussa des deux bras et le fit voler de quelques mètres, arrachant quelques petits arbres au passage.

* Lénie, retrouve la seconde louve, elle est en danger !*

Se redressant à peine sur ses pattes, la bête au pelage cristallin se mit à hurler avant de grogner férocement vers la sangsue qui l’avait suivi dans son vol.

« Ha j’avais oublié, fit le vampire amusé par son grognement, les loups ne retombent pas sur leurs pattes. Quel dommage. »

Jeremy lui asséna un regard noir et ampli de haine qui ne fit qu’élargir le sourire de son agresseur, avant de le maudire intérieurement.

*On va voir qui ne sait pas retomber sur ses pattes, enfoi** *

Avançant de quelques pas, les deux ennemis se regardèrent droit dans les yeux et se mirent à tourner afin de pouvoir appréhender une réaction. Jeremy montrant les crocs et le vampire devenu sérieux, ils tournaient encore et encore, quand le suceur de sang tenta une petite attaque que le loup dévia d’un coup de patte.

* Lénie, vas-y !!*

Jeremy, tout en observant les faits et gestes du tueur, tentait désespérément de convaincre Lénie de partir à la recherche de la jeune lycan. Jetant un dernier regard vers sa complice, il baissa le museau pour esquiver un coup avant de battre l’air de son membre inférieur, puis leva la tête et poussa un hurlement en direction de son amie, dans une dernière tentative. Il savait qu’elle ne voulait pas le laisser. Et la savoir à la merci de la vampiresse ne le réjouissait pas non plus. Mais un étrange sentiment lui nouait l’estomac de savoir Amber en danger. Et sans l’expliquer, il se devait de la protéger. Se plaçant sur ses pattes arrière, Jeremy fouetta de nouveau l’air dans un mouvement vif et rapide, atteignant enfin le crâne du vampire. Et malgré son exceptionnelle résistance aux coups et aux blessures, le mort-vivant fut projeté sur plusieurs mètres avant de s’écrouler dans la poussière.
La bête attendit quelques instants, afin de percevoir ne serait qu’un faible mouvement de son ennemi. Mais celui-ci ne se relevant pas, il ne s’en soucia plus et accourut près de son aimée. Retrouvant dans sa course sa forme humaine, le jeune homme tomba à genoux près du corps du loup, et plaça une main délicate dans son pelage couleur sanguine. Il sentait les faibles battements de son cœur, mais à cet instant, sa plus grande peur fut qu’ils ne cessent sans crier gare et le condamnent à une vie sans saveur où il ne retrouverait plus le goût de la préserver. Collant son front humain contre celui de l’animal, il ferma les yeux et, tout en continuant ses tendres caresses, Jeremy chuchota des paroles que seule Lily pouvait percevoir.

« Bat-toi ma Lily. Je ne veux pas te perdre. Je sais que ce n’est pas vraiment le moment pour te le dire, mais…Je t’aime. Je t’aime du plus profond de mon être et si tu devais disparaître, je n’aurais plus de raisons d’exister. »

L’alpha savait ses paroles aussi clichées que dépourvues d’originalité. Mais à défaut d’avoir des mots assez forts pour lui exprimer son amour, il se contenta de ceux dont il disposait.

« Reste avec nous Lily Etarae. Tu as ici bas des amis, de la famille… Là-bas personne ne t’attend. Mais ici…tu es tant aimée… »

« Ho, oui, tu es tellement aimée… »

Redressant vivement la tête, Jeremy n’eut le temps que de se retourner qu’il se sentit soulevé comme un chiffon, et projeté d’une force inimaginable contre un énorme rocher. Le dos encaissa le coup et craqua dans un retentissement abominable, valant au loup un gémissement de douleur. Ses oreilles sifflaient atrocement tandis que la souffrance le paralysait. Et la tête posée sur le tapis de feuilles mortes et les yeux grands ouverts malgré l’horrible envie de les fermer et d’oublier ce cauchemar, il vivait le présent à l’envers, le ciel paraissant terre et la terre se substituant au firmament, observant fatalement le déplacement mortel du vampire qui se rapprochait, souriant, vers sa carcasse immobile.
Tentant de bouger un de ses doigts, Jeremy ne parvint qu’à augmenter la douleur qui le cisaillait en deux, lui valant un grincement de dents. Mais la mort approchait à grands pas, et allongé de la sorte comme une véritable loque, il était voué à finir ses jours ici.

« Tu sens comme la fin se rapproche sal cabot ? Un coup dans l’estomac vint lui couper le souffle durant quelques secondes. Regarde toi, tu n’es plus rien. Une douleur intense lui brouilla la vue quand il sentit le pied se refermer sur son visage. Pauvre créature, même ta copine asiatique s’est barrée en courant. »

L’allusion à Lénie fut un électro-choque. Il ne l’avait pas vue partir, avait-elle entendu son appel ? Etait-elle partie porter de l’aide à Ambre ? Jeremy ouvrit grands les yeux, du sang roulant le long de son visage, et agrippa le nouvel assaut que s’apprêtait à faire la sangsue contre son nez. Agissant sous la surprise de son adversaire, il fit tourner le pied dans un craquement qui le fit tressaillir de plaisir, puis le projeta en arrière avec dégoût.

« Sache, qu’il ne faut jamais vendre la peau d’un loup avant de l’avoir tuer. »

Se redressant avec un beaucoup de mal, Jeremy se retint à un arbre pour ne pas chavirer, et jeta un regard sombre à son ennemi qui s’était déjà redressé.

« T’en fais pas, je ne referais pas la même erreur deux fois. »

Soupirant, le loup essuya son propre sang d’un revers, avant de se tenir droit sans l’aide de support. La tête lui faisait affreusement mal, ses tempes tambourinant à tout rompre. Sa vue même tourbillonnait, comme s’il s’était trouvé sur une toupie quelques instants avant. Mais décidé à ne pas alarmer sa jumelle, le jeune homme ferma son esprit à toute liaison éventuelle. Elle devait se concentrer sur la femelle vampire, et aider Ambre si besoin était. Cependant, il n’était pas dupe, et vu les blessures que son corps possédait et qui l’enflammaient au moindre petit mouvement, il ne tiendrait que peu de temps face à la force inébranlable du suceur de sang. Mais non prêt à lâcher prise, il se battrait jusqu’au bout. Et si cette journée devait être sa dernière, il ne partirait pas sans emporter un petit bout du vampire avec lui, ne serait-ce qu’une canine.
Levant une dernière fois le regard vers le ciel pour se donner du courage avant le coup final, Jeremy sourit au soleil qui lui rendit l’appareil au travers d’un magnifique faucon qui lui rappela quelque chose. Mais ne parvenant pas à y mettre le nom dessus, il détacha son attention du rapace et se focalisa entièrement sur le vampire dont le rictus en guise de sourire lui rappelait étrangement celui de son père...sans les canines bien sûr. Son pire cauchemar...Soupirant une dernière fois, Jeremy ronchonna intérieurement qu'il y avait des jours tels que celui-ci où il ferait mieux de ne pas se lever, puis il se concentra sur sa part animal et laissa place à un magnifique loup blanc. Enfin, il pria pour que les filles s'en sortent indemnes et se mit à courir en direction de sa propre mort, bien décidé à faire un maximum de dégâts avant que sa vie ne le quitte.


Dernière édition par Jeremy Smith le Dim 07 Fév 2010, 01:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amber Green

avatar

Je t'offrirai les astres si tu me le demandais...

Féminin Nombre de messages : 123
» Mon âge : 17 ans | 18 ans en réalité
» Ma date de naissance : 10/02/1992


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je peux transmettre mes pensée à autrui.

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Sam 02 Jan 2010, 20:42



« La Destruction est un Mode de Fusion »


    Je restais un instant interdite en comprenant qui se trouvait face à nous. Voilà donc le fameux Jeremy ! Bon, moi qui aurait préféré ne pas le rencontrer avant quelques décennies, voilà que je lui tombais dans les bras. A la bonne heure... Mon regard passait de Lily au loup, pour finalement revenir vers elle. Lily, bon sang ! Je retins néanmoins un nouveau grondement, peu désireuse d'envenimer les choses. Mais le pouvais-je de toute manière ? Après tout, des vampires étaient sur NOTRE territoire. Je ne voyais vraiment pas comme les choses pouvaient s'annoncer être pires. Peut-être que si les deux amoureux se séparaient maintenant... Tiens, voilà qui pourrait être amusant durant quelques secondes, de quoi se changer les idées. Certes, ce n'était pas très agréable pour Lily, mais une fois encore, qu'y pouvais-je ? C'était comme si ces odeurs sorties tout droit de l'Enfer me retournaient l'esprit en tout sens. De quoi me donner la nausée. Et enfin, je l'entendis. Lily vint donner ma libération. Je piallais alors d'impatience, grattant le sol de ma patte, prête à partir à sa première foulée. Enfin, nous allions nous débarasser de ces démons de malheur. Laissant un loup surpris en plan, je suivis mon Alpha dans une course effrénée à travers les arbres. Qu'importe les branches sur mon passage ? Ma carrure et ma force de boeuf les brisaient telles de vulgaires poupées de procelaines. J'étais plongée dans un état second. Tout mon être baignait dans une sorte de transe où se mêlait excitation et colère. Pourtant, l'espace de quelques secondes, des échos tout droit devnus de l'esprit de ma cheftaine me parvinrent. Des mots doux, des paroles se voulant rassurantes, des souhaits aussi. Rêvais-je, ou cela sonnait-il quelque peu... dramatique ? Je n'avais jamais été très branchée eau de rose, mais quelque chose dans les paroles de Lily me déstabilisèrent. Je secouai la tête de droite à gauche, chassant loin de moi le mauvais pressentiment qui m'assaillait. A quoi bon s'inquièter ? Nous avions déjà tué une vampire, et tout s'était passé pour le mieux. Il n'y avait donc aucune raison pour que cela ne se reproduise pas. Nous étions douées, nous étions fortes, nous ( ou du moins Lily ) étions intelligentes. Non, rien ne pouvait nous arriver. Nous étions indesctructibles.

    Nous parvinrent à eux plus rapidement que je ne l'aurais pensé. Avions-nous courrus plus vite que d'ordinaire ? Apparement était-ce le cas. L'adrénaline nous avait comme donné des ailes que nous nous ignorions. Ce n'était pas pour me déplaire. Tels des aigles majestueux, nous nous élèverions dans les airs, et plongerions - nous, ombres de la mort - sur nos ennemis impuissants et vouer à la destruction. Cette histoire me plaisait. Peut-être la raconterais-je, un jour, à mes enfants. Les belles princesses qui venaient à bout de leurs ennemis. Magnifique histoire, digne des meilleurs Walt Disney. Nous profitâmes du fait que le vent nous était favorable pour nous tapir dans un fourrage et épier nos proies. Immobiles, semblables à des statues, ils semblaient attendre quelque chose. Un énième compagnon peut-être ? Mais qu'importe qu'ils soient un de plus. Cela ne changerait rien. Leur destin était déjà tout tracé : ils finiraient entre nos crocs. Le doré de mes yeux se balada un instant au sein de leur troupe, et un frisson parcouru mon échine. Bon sang ! Mon odorat ne m'avait pas trompé ! Il y en avait bien une ! Je sentis le soupçon de raison qui me restait disparaître entièrement, laissant place à un sentiment tout différent : une haine pure et féroce. Je ne pouvais plus la quitter du regard. Tout chez elle m'énervait. Sa peau pâle, ses yeux couleurs sang, son corps parfait, son sourire ironique. Pire que tout : ses cheveux blonds flottant au vent et m'apportant une odeur putride de cadavre en décomposition. De plus, elle lui ressemblait tellement, à cette vampire. En tuant celle-ci, une partie de ma vengeance serait exécutée. Ce ne serait forcément pas aussi jouissif que si je tuais celle qui avait osé attaquer Derek un jour, mais leur ressemblance était si frappante que cela serait tout aussi agréable que si l'on offrait le nouveau jouet hi-tech à un enfant. Mes pattes s'encèrent fermement dans le sol alors que je m'imaginais quel goût elle aurait sous la dent. Surement dégoûtant. Mais ma victoire, elle, aurait un tout autre goût : un des plus excellents que je n'aurais jamais goûté. C'est la voix de Lily qui me sortit de ces pensées emplie de fureur et d'envie de meutre.

      * Prends les à droite, je passe à gauche. Je te laisse la femelle. *

    Parfait. Je ne répondis pas, bien trop rongée par l'impatience pour sortir ne serait-ce qu'un mot cohérent. Je n'avais de toute manière nullement besoin de réfléchir : Lily le faisait pour moi. Elle me laissait toute l'occasion de me plonger dans ma rage, me laissant profiter de l'adrénaline que mon esprit me procurait. Je ne pouvait que bénire le ciel de m'avoir fait rencontré une telle louve. Je n'aurais pu rêver mieux comme Alpha. Exécutant ses ordres, je me séparais de l'autre louve et rampais vers la droite. Lorsque nous les aurions encerclés, tout irait vite. Leur surprise serait ce qui les perdrait. Je jurai intérieurement, détestant à l'avance la simplicité de l'acte que nous allions accomplir. Lorsque j'atteins la place parfaite, je me tâpis une seconde fois. Le flan collé au sol, j'étais prête à bondir au premier signal que me donnerait mon Alpha. Là, dans le buisson face à moi, je les vis. Deux yeux plus bleus que le ciel lui-même. Et dedans, la même lueur que la mienne : l'odeur de la victoire qui serait nôtre. Mes muscles se bandèrent automatiquement, et mes babines se retroussèrent, dévoilant une rangée de crocs aussi blancs que ceux de ces êtres diaboliques. Mais subitement, la situation se modifia du tout au tout. J'ignorai si le vent nous avait trahit, révélant notre odeur - pourtant bien plus agréable ! -à nos ennemis, ou bien si nous avions été, Lily et moi, moins discrètes dans nos déplacements que nous l'aurions du être. Cependant, le résultat était là. En un clignement d'yeux, les trois êtres faces à moi se réduisirent au nombre de deux. Je relevais subitement la tête, ne pouvant retenir le grognement de dégoût qui m'envahit. Non ! La vampire ! Elle avait disparu ! Bon sang ! Je n'aurais peut-être pas du tant baisser ma garde car, avant même que je ne m'en rende compte, un souffle glaciale vint me chatouiller derrière les oreilles.

      Alors, petit chiot, on veut jouer à cache-cache ?

    Avant que je comprenne vraiment tout ce qu'il venait de se passer, mon corps se braqua de lui-même et, dans un 180°, je me retrouvais face au cadavre blond, et lui bondissais dessus, tous crocs dehors. Ce ne fût cependant pas une peau aussi dure que du marbre que je sentis dans ma bouche, mais bel et bien une absence de toute sensation. Ma mâchoire se referma sur du vide, et un gloussement sonore répondit à ma bien piètre prestation. Dans un nouveau grondement, je bondis au lieu où se trouvait auparavant mes trois ennemis, n'en voyant à présent plus qu'une. Lily me l'avait promis : celle-ci était à moi. Durant un instant, je me retrouvais seule sur le terrain de bataille, en oubliant complètement la présence de mon Alpha. Mais qu'importe ? Elle savait de loin bien mieux se battre que moi, avais-je donc une quelconque raison de m'inquièter pour elle ? Bien sûr que non. Aussi m'élançais-je une nouvelle fois sur mon ennemie mortelle. Je lui ferais ravaler son sourire narquois, je le promettais. Nous entrâmes alors dans une danse diabolesque, elle, esquivant la moindre de mes offensive dans des éclats de rires à vous glacer le sang, et moi, haletante et grognante, me transformant un peu plus en furie à chaque fois que ma mâchoire ne se refermait pas sur quelque chose de dur. Mais une seconde fois, mon état de pur transe s'estompa à l'entente d'une voix que trop bien connu. En fait, ce ne furent pas des paroles qui me réveillèrent, mais bien un cri. Un cri de douleur. Alors que mes pattes regagnaient le sol, ma tête changea automatiquement de cible pour retrouver mon alpha allonger de tout son long sur le sol, un cadavre mobile s'approchant d'elle. Je courus alors dans sa direction pour aider celle qui m'avait tout appris, mais c'était là sans compter sur la vampiresse que j'avais négligement mise de côté. Le coup de pied que je reçus m'envoya quelques mètres plus loin. Ca n'avait pas été un coup bien puissant, mais cela avait été assez pour que le pire ne se produise. En relevant la tête, je ne pûs que constater avec horreur que le vampire avait reprit Lily pour l'envoyer s'écraser fortement contre un arbre opposé. Une fois encore, je me redressais, prête à venir à son aide.

      * Cours Amber, fuit ! *
      * Il en est hors de q... *
      * C'est un ordre ! *

    J'ignore si ce fût la force soudaine de ses propos ou la surprise, mais le résultat resta le même. J'en fûs à m'arrêter brusquement, les yeux presque exorbités. Partir ? Comment pourrais-je faire une chose pareille ? Comment pouvait-elle penser que je l'abandonnerai à la merci de buveurs de sang, aux bras d'une mort certaines ? C'était tout bonnement impossible, et hors de question. Pourtant, quelque chose dans ce que je venais d'entendre me disait que je n'avais pas le choix. Mes membres eux-mêmes semblaient prêts à s'enfuire d'eux-même, sans que mon cerveau n'en ait donné un ordre quelconque. Alors que je luttais pour rester, je vis les vampires regarder avec un plaisir non feint l'un d'eux asséner un coup de poing digne de leur race sur mon amie. Mon souffle se coupa alors que le choc résonnait entre les arbres. Lily ! Non ! Ses yeux se fermèrent instantanément, me laissant dans un doute et une peur incommensurable. Non, c'était impossible... Comment avions-nous pu en arriver là ? Et mes muscles qui refusaient de me faire aller la venger ! Que se passait-il donc, chez moi ? Etais-je donc à ce point effrayée pour en être téthanisée ? Soudain, une discussion avec Lily me revint. La voix Alpha. Elle m'en avait vaguement parlé, auparavant. Se pouvait-il que.... que ce soit la cause de l'envie incompréhensible de mon être de fuire ? C'était nouveau, cette sensation, et extrêment désagréable, aussi. Jamais Lily n'avait employé ce « don de la nature » pour m'obliger à faire quoique ce soit. Et voilà qu'elle le faisait aujourd'hui, alors qu'elle avait le plus grand besoin de mon aide. Mais quelle mouche l'avait piqué, bon sang ?! Alors que je luttais contre cet instinct qui me poussait à obéir à mon alpha de meute, la vampiresse se rapprocha de moi. Trop, à mon goût. Mais ses gestes s'arrêtèrent subitement, et je n'en compris pas la cause immédiatement. Alors qu'elle tournait la tête dans la même direction que ses confrères, je ne compris réellement ce qu'il se passait que lorsqu'une voix qui m'était totalement inconnue retentit.

      Puis-je savoir quel est votre problème avec ces chiens ?

    Chiens... Le mot avait été avec trop de sérieux pour que je ne prenne la mouche. Je cherchais la raison pour laquelle une humaine se serrait baladée dans les environs, au fin fond de cette forêt, lorsqu'une odeur me donna la réponse. Une humaine ? La bonne blague ! Elle n'était pas plus humaine que l'était celui qui s'approchait à présent d'elle. Mais pourquoi se montrer aussi vulnérable ? Ce vampire ne se rendait-il pas compte qu'il s'agissait là d'une personne de ma race ? Son odeur ne le lui indiquait-il pas ? Je ne pûs cependant observer un peu plus la scène. Alors que la peur pour mon Alpha, la crainte pour l'avenir incertain de cette louve surgit de nul part m'assaillait, mes pattes bifurquèrent et, silencieusement, je me retrouvais à galoper dans la forêt. Un rire rauque me parvint, mais je ne parvins pas à en distinguer l'appartenance. Mon esprit était plus flou encore qu'il ne l'avait été quelques minutes auparavant. Mais qu'étais-je en train de faire ? Abandonner Lily aux mains des vampires ? Je devais y retourner, immédiatement. Je devais l'aider ! Mais alors que cette pensée amplissait mon cerveau, c'était comme une décharge qui parcourait tout mon corps. Non, bien sûr que je ne pouvais pas. Après tout, Lily ne m'avait-elle pas ordonné de fuire ? Fuire pour ma propre vie, alors que la sienne me semblait avoir tellement plus d'importance... Foutue hiérarchie mal foutu ! Alors, ne pouvant faire autre chose que courir à travers bois, je me maudis intérieurement. Si jamais Lily ne s'en remettait pas, jamais, au grand jamais, je ne me le pardonnerai.

    Cinq minutes s'étaient écoulées depuis mon départ du champs de bataille. J'avais pourtant parcouru plus de kilomètres que je me serais cru capable en un si court laps de temps. Les odeurs me semblaient tellement faibles, senties d'ici. Soudain, l'une d'elle m'arracha la gorge, et je grognais automatiquement. Néanmoins, mon grondement fût moins féroce que je ne l'aurais souhaité, et une once de crainte s'y refléta. Un ricanement sinistre répondit à cela, et je sentis soudainement mes pattes quitter le sol. Aussi incompréhensible cela pût-il me paraître, je me retrouvais les quatre pattes en l'air, deux arbustes arrachés non loin de moi. Je me relevais tant bien que mal, titubant légèrement. Le choc avait été plus rude que prévut. La vampire qui me faisait à présent face pouvait remercier la surprise : il fallait dire que je ne m'étais pas attendu à voler sur plusieurs mètres alors que j'étais censé être loin de tout danger. Cependant, cette attaque avait eu le don de me remettre les idées en place. J'ignorai s'il s'agissait là du fait que je m'étais suffisament éloigné des autres ennemis, ou si ce léger contre-temps m'avait permis de me « libérer » de l'ordre donné par Lily, mais quoiqu'il en soit, une fois le monstre tué, je ferais marche arrière immédiatement. La vampire ne dit rien, se contentant de me regarder, cet éternel sourire ancré sur son visage. Je n'émis aucun son non plus. Nous nous jaugions l'une l'autre, moi plus qu'elle. J'avais vu à quel point ce groupe de vampire n'était pas à sous-estimé. Malheureusement, je l'avais compris, mais trop tard. Lily allait peut-être le payer de sa vie. Cette pensée m'arracha un grognement de rage, ce qui ne fit qu'augmenter le sourire de mon ennemie. Elle s'amusait. Pire ! Elle était en pleine extase. Je la craignais tout autant qu'elle m'énervait et que je la détestais. Et c'était là tout ce qu'elle demandait. Sale monstre ! Je vengerais Lily de mes propres crocs, j'en fis le serment. Et à commencer par celle-là. Dans un bond spectaculaire - je jurais lire durant une microseconde de la surprise dans le reggard du cadavre - j'attérissais de tout mon point contre le corps glacé qui me faisait face. Mais je n'eûs guère le temps de sentir plus de chose que ses mains que déjà, elle s'effaçait de son mon poids pour danser entre les arbres. Je partais à sa poursuite avant même ne l'avoir souhaité. Où allait-on ? Bonne question, je l'ignorais moi-même. Mais ce n'était pas mon soucis majeur. Le premier problème qui hantait mon esprit était de voir ce vampire s'échapper, encore et toujours, plus habile que jamais, et plus futé que moi. Soudain, alors que nous avions parcourus de nombreux pas, je la vis se retourner subitement pour bondir dans mon dos. Mon premier réflexe fût de me retourner, mais pris dans mon élan, ce ne fût pas des plus aisé et rapide. Aussi ne fût-ce pas étonnant de me voir voler à nouveau sur plusieurs mètres. Mais ce qui me surprit fût sans nul doute le corps dur que mon corps rencontra. Je retombais lourdement sur le sol, un désagréable mal de dos qui me fit grimacer. En tournant la tête, je ne compris que trop bien ce qui avait eu la force de résister à l'impact. Qui donc pourrait détruire une montagne à lui tout seul ? Cette vision me surprit d'autant plus. Nous étions-nous tellement éloignées, Lily et moi, durant notre ronde ? cela devrait néanmoins me rassurer à un sujet : les premières habitations étaient à des lieux de là. Tant mieux, Derek ne risquait pas de passer par là. Une voix angélique ramena mon attention sur la personne qui venait de prendre la parole. Un Ange. Sa voix et son apparence était bien tout ce qui avaient cette apparence là !

      Alors, petite, on commence à avoir peur pour sa vie ? Mais ne t'inquiètes pas, ta mort sera aussi rapide que celle de l'autre. J'espère seulement que tu résisteras un peu plus qu'elle ne l'a fait....
      * Je t'interdis de parler de Lily ! *

    La blonde parût un instant étonnée de m'entendre parler. Surement devait-elle habituer à cotoyer mon espèce pour savoir que je ne pouvais parler sous cette forme. Mais sa surprise s'estompa rapidement, laissant place à ce sourire que je maudissait tant. L'instant d'après, elle avait déjà disparu. Elle ne pût cependant me surprendre cette fois-ci, la falaise protègeant mes arrières. Aussi esquivais-je tant bien que mal son coup venu par la droite. Un nouvel assaut de sa part mêlé au mien me fit grimacer de douleur. Je sautais en arrière, manquant de tomber à la renverse. Ma patte droite me brûlait, s'en était presque insupportable. La nature m'avait doté d'une force incroyable pour ma race, je devais l'en remercier. Pourtant, en cet instant présent, il me semblait que toutes mes forces ne pouvaient venir à bout de ce monstre. La marque de sa morsure sur mon épaule droite me procurait une sensation d'engourdissement et de picotis. Une brûlure aussi. Le venin de ces foutus vampires était donc aussi douloureux pour nous que pour les humains ? Manquerait plus que je deviennes l'une d'eux... Un mouvement chez mon ennemie me fit me préparer. J'esquivais à nouveau son attaque comme possible se pouvait. Mais aussi rapide pouvais-je être, il n'était plus aussi facile de se mouver avec une patte douloureuse. Aussi fûs-je rebaletonnée dans tous les sens pour finalement revenir à la case départ : collé contre la falaise qui me surplombait de plusieurs mètres de haut. Alors que je m'apprètai à me relever, une poigne de fer vint entourer mon épais cou, me plaquant au sol. Non mais pour qui elle se prennait celle-là ? Dans un instant de pur réflexe, je me mis à bouger mon corps comme je le pouvais, ressemblant alors plus à un asticot qu'à un loup dans l'instant présent. Je sentis une nouvelle fois son souffle froid me parcourir l'échine alors que sa poigne se resserait un peu plus encore, me coupant le souffle durant quelques secondes.

      Je resterai sage si j'étais toi. Ou bien préfères-tu que je ne te torde le cou.

    Bon, j'avais beau haïr cette espèce, je devais lui donner raison. M'échapper de sa poigne n'était pas chose aisée à cet instant présent. Aussi ne bougeais-je plus qu'à par petites secousses et par grondement. A ma grande surprise, la vampire ne me tua pas. Elle était pourtant en position de force. Au moindre de mes mouvements, je me retrouvais transformée en un vulgaire lapin à qui l'on briserait les cervicales en lui tordant le cou, le tuant sur le coup. Au lieu de cela, elle entama une mélodie qu'elle chanta la bouche fermée. Mais à mes oreilles, ce chant n'était rien d'autre qu'un don du Dieu des Enfers lui-même. Serait-ce une ode quant à ma mort ? Je me doutais qu'elle ne chantait cela que pour me mettre plus mal à l'aise et agacée que précédement. Et cela marchait. Lorsque je vis sa main traverser mon champs de vision, un instinct me poussa à me tendre en avant pour la lui arracher. Grave erreur. Le souffle me manqua, et je sentis avec horreur mon cou partir sur le côté. Cependant, aucune douleur - si ce n'était celle causée par la morsure dans mon épaule droite - ne m'envahit. Aucun craquement ne retentit. Je soufflais, presque de soulagement, lorsqu'une poing vint frapper le haut de mon museau, m'abattant durement la tête contre le sol. Cette fois-ci, j'entendis très nettement le craquement qui eût le don de m'arracher un gémissement.

      Allons, chaton ! Sois sage ! Mes frères ne devraient plus tarder maintenant. Ce ne sont pas tes amis qui vont les retenir très longtemps...

    Tes amis ? Surement parlait-elle de Lily et de l'autre inconnue. Je me surpris un instant à prier pour leur vie sauvée, mais le chant de la vampire m'arracha un nouveau grondement. Aussi ne pouvais-je retenir le flot d'insulte que je lui adressais, lui envoyant chaque mot via mon don. Bizarrement, cela ne sembla guère la réjouir. Un nouveau coup tomba, suivit d'un autre, et d'un autre. Même si ses coups étaient d'une puissance insoutenable, je devinais facilement qu'elle se retenait. Surement me gardait-elle pour la fin, comme « dessert » qu'elle partagerait avec ses frères. Je frémis au sort qui m'attendait. Pourvu qu'elle dise vrai, et que cela passe au moins vite. Une nouvelle fois, elle se pencha près de mon oreille, ne lâchant pas sa prise sur mon cou.

      Alors, petite ? On ne dit plus rien ? Allons, allons ! Je suis sûre que tu as encore quelque chose de charmant à me dire.

    Quelque chose de charmant ? Si seulement elle savait... Soudain, alors que mes yeux se levaient vers les arbres faces à moi, je la vis. Son odeur m'aurait bien renseigné de sa présence si cette %&$?ù de vampire ne m'avait pas brisé le nez. De dos, mon ennemie ne pouvait l'appercevoir. Moi, au contraire, était aux premières loges. Comment la louper, d'ailleurs, avec un pelage tel que le sien ? Un sourire digne de loup naquit sur mon visage. Je gloussais même, causant une colère chez l'autre qui referma un peu plus son emprise autour de mon cou. Je la soupçonnait de vouloir me le briser avant l'arrivée des deux autres. Elle voulait que je lui dise quelque chose ? Pour sûr, j'allais le faire, et elle n'allait surement pas le regretter.

      * Va au diable. *

    Son chant, qu'elle avait reprit, s'arrêta aussitôt. Elle siffla et me coupa le souffle quelques secondes.

      Tssss ! Petite prétentieuse.

    Je ne réagis même pas, n'ayant d'yeux que pour la bête qui arrivait. J'aurais explosé de rire si je le pouvais, tant ma joie était grande. « Pauvre » vampire ! Moi qui avait eu le malheur de la croire intelligente ! La mort courait droit dans sa direction, et elle ne semblait même pas s'en rendre compte. La balle semblait revenir dans notre camp, à mon plus grand soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Rainie Kome

avatar

Modo
Créatrice Officielle de Pv's

Féminin Nombre de messages : 963
» Mon âge : 18 ans
» Ma date de naissance : 01/03/1991


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Odorat surdévellopé + Médium Clairvoyant

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Sam 09 Jan 2010, 13:38

    Si mon état était de plus en plus serein au fur et à mesure que je le voyais avancer, la première esquive du vampire m’alarma au plus haut point. Jérémy vint s’étaler tout près de moi, et en quelques galipettes, il était de nouveau humain, à moitié nu, et paraissait un peu plus affolé que prévu. Il s’approcha de moi, stoppa son avancée et fusilla notre ennemi commun

    « Alors sœurette, on s’amuse sans moi ? »

    Amuser... Oui si on veut, pris de loin et si on regarde de façon purement calme, le spectacle qu’on offre à tout d’un amusement. Nous sommes les gladiateurs jetés au lion, et les vampires nos futurs tueurs. Je le regardais peu convaincue, en reculant de quelques pas. Je me cachais derrière mes poings fermés prête à me démolir les mains sur le marbre, si la sangsue venait à s’approcher de trop près... Indécise j’attendais les autres assauts qu’il aurait bien voulu me donner, en restant collé à son esprit. De la sorte, il n’avait pas réellement besoin de parler. Le voir s'inquiéter pour Lily me faisait mal au coeur. Lily? Qui était-elle? Sa louve? A en croire, l’intérêt et l’attention qui lui portait à chaque instant de répit, elle devait être bien plus qu’une simple amie. Son esprit se démasqua de lui-même et révéla l’imprégnation. Je n’avais jamais eu l’occasion de voir deux loups si unis, de voir deux loups si collés, si forts l’un avec l’autre. C’était une des plus belles choses qui m’avaient été donnée de voir. M’évadant dans mon esprit, à en perdre la réalité du moment présent, le cri de détresse mental que me communiqua mon jumeau fut comme un coup de poignard tellement je m’étais déconnectée.

    * Amber…où est Amber ? *

    * Quoi Amber? Qu’est ce..*

    Je n’avais pas eu le temps de finir ma pensée qu’il s’était retourné vers moi affolé. Amber? L’autre louve? Il est vrai que j’avais complètement oublié qu’elle avait aussi besoin de nous. J’étais la parfaite des cruches. Mais qu’avais-je dans la tête par moment... M**** !

    * Mais alors qu’est ce qu’on va... *

    - Non! JEREMY!

    Il s’était élancé sans crier gare sur notre ennemi complètement aveuglée par la haine. La riposte avait été brusque, violente, efficace. D’un coup de bras, et avec une aisance déconcertante l’ «homme» de marbre envoya voler mon jumeau contre plusieurs arbres qui s’écroulèrent sous la puissance de l’attaque. Je n’avais pas pu retenir un haut le coeur, et ma transformation s’était opérée d’elle-même sous l’effet de la rage. Comment avait-il osé ?!
    Tout crocs dehors je m’avançais furieuse vers cette sangsue qui le payerait de sa vie.


    * Lénie, retrouve la seconde louve, elle est en danger !*

    La voie faible de Jérémy dans mon cerveau me fit légèrement sursauter faisant comprendre ainsi au vampire que nous communiquions sans arrêt depuis le début de l’attaque. Aussi imperceptible que cela fut, je compris, qu’il avait compris, et continuai ma route vers lui, ignorant ce que Jérémy tentait de me dire. Il avait osé... Rien ne m’arrêterait. C’était chose sûre.

    « Ah j’avais oublié. Quel dommage »

    Mais qu’il ferme sa grande bouche celui-là! Dans ma rage naissante, je ne pu retenir un aboiement furieux.

    * On va voir qui ne sait pas retomber sur ses pattes, enfoi** *

    Les paroles de Jérémy n’agissait que sur ma motivation à le voir mort. Nos esprit progressant dans le même sens, c’était plus facile pour moi de sentir monter la puissance dans mon corps de louve. Je me moquais pas mal d’y rester. Mon jumeau parvenait à se soucier de tout le monde lors de ses attaques, moi non. J’arrivais même honteusement à oublier la présence de Lily et la disparition d’Amber. Amber?

    * Lénie, vas-y !!*

    Comme pour insister sur ce que mon esprit venait de nouveau de réaliser, il s’empressa de me forcer à mes «occupations». J’avais stoppé ma progression, pointant une mine de chien battu dans sa direction. Comment pouvait-il vouloir que je le laisse alors qu’il était en train de perdre la force qui le caractérisait tant?

    * Lénie, MAINTENANT ! *

    Sa voix résonna dans ma tête comme jamais, me faisant pousser un gémissement strident. Je secouai violemment mon crâne de droite à gauche en maudissant mon indécision. Je ne cessai de l’observer, seulement, je savais qu’on avait sans doute besoin de moi. Et, au moment où il infligeait un violent coup de patte dans la tête du vampire, j’avais déjà fait demi-tour. Son dernier acte agissant sur moi comme une confirmation qu’il s’en sortirait, j’avais réussi à retrouver la vitalité de mon corps, et mon esprit s’était emballé à la recherche de celui d’Amber. J’essayai de ne pas être aveuglée par la puissance du remords qui s’était installé en moi, pour me concentrer que sur mon objectif. Seule Amber comptait désormais.

    J’étais persuadée que si mon apparence avait été humaine, les larmes m’auraient empêchée d’agir et d’y voir convenablement. Mes pattes fouettaient le sol avec vigueur, alors que je voyais dans ma tête ce qui était en train d’advenir de Jérémy. J’avais engagé avec moi-même un combat pour ne pas faire demi-tour. Il était vaillant. J’en étais persuadé. Il ne pouvait pas nous laisser... Me laisser. Sans m’en apercevoir, un gémissement fusa de ma gorge, quand recevant un autre coup, mon jumeau s’était recouvert de sang.


    * Soit forte Lénie... Il va s’en sortir... Il va s’en sortir!*

    Sur ce, nos liaisons furent coupées, sans crier gare. Je le maudissais! Préférant me voir fuir, que me voir en danger, il avait bloqué tout ce qui pourrait m’éloigner de mon objectif. Comment pouvait-il air sciemment de la sorte?
    Un cri guttural sortit du fond de ma gorge, faisant trembler les feuilles alentours. Mon coeur souffrait, mon âme souffrait... Il souffrait. Dans mon état, je ne pu entendre, l’oiseau qui plongeait vers moi avec vigueur. Il s’écrasa vigoureusement sur mon front, m’obligeant à grogner.


    * Fuujin! *

    Le faucon piailla, et m’infligea une ruée de petits coups. Je compris. Résolue, blessée cependant, je levai mes yeux bleus vers lui, sans un bruit, sans une pensée. Il me fixa de ses yeux pâles, et se posa sur une branche alentour. Le temps s’arrêta. Je compris que ma faiblesse me perdrait, que mes sentiments me perdraient. J’étais anéantie, perdue, vide. Ma raison de vivre était en danger, et mon objectif était introuvable. Qu’étais-je censée faire? Mon esprit voguait vers deux directions totalement opposées, et je ne parvenais pas à choisir vers laquelle me tourner. Quelle était donc cette faiblesse qui me troublait ma vision?
    La faucon pèlerin, se remit à voler d’une façon que j’étais trop habituée à voir. Je n’avais pas besoin de me forcer pour comprendre ce qu’il tentait en vain de me dire depuis son retour. J’aurais pu sourire, lui montrer ma reconnaissance, au lieu de cela, mon regard devint plus pertinent, mes pattes se redressèrent, mes muscles se tendirent. Il plana un instant, et détala derrière mon dos, alors que je courrais à vive allure vers l’avant. Une sorte de prise de relai en quelques sortes. Il partait agir aussi bien qu’il le pouvait près de mon jumeau, m’obligeant à me concentrer sur ma tâche. Si je n’agissais pas vite, et bien, je perdrais les deux êtres qui m’étaient les plus chers. Je n’avais pas le droit à l’erreur.

    Courant à l’aveuglette, seul mon odorat semblait connaitre les décisions à prendre. Si je n’étais pas habituée à tuer du vampire, leur odeur, elle, n’était jamais très dure à localiser. Et sentir par la même occasion, des traces de courant olfactifs lupins, me convins que j’étais sur la bonne voie. Ma vitesse me donnait envie de hurler de rage et de douleur, contre ses créatures qui faisaient toujours tout pour nous pourrir la vie. Pourquoi ne se battaient-ils pas entre eux? Pourquoi n’étaient-ils pas resté au fin fond des contes pour enfant plutôt que de nous taper sur les nerfs tous les deux jours?
    Soudainement, alors que le silence était le maître mot de ma course, j’entendis des murmures, des paroles douces, presque chantées tout droit au devant de ma course. Etrangement, et sans trop comprendre, le bruit provenait d’un endroit où l’odeur aurait pu me contraindre de faire demi-tour, si je n’avais pas sentit le lupin. Elles étaient là. Elles? Comment avais-je su? Amber, certes, je le savais été une fille, mais comment, dans ces flux putrides avais-je pu sentir l’odeur féminine de la sangsue? S’était-elle parfumée? En espérant ainsi échapper à nos odorats surdéveloppés? Etait-elle idiote en vérité? Je parvenais à sentir la force s’installer dans mes muscles au fur et à mesure que je la sentais débile. Au fond, savoir qu’elle aurait pu tenter des stratégies arrivait à me donner du courage. Peut-être qu’en réalité elle n’était pas si puissante qu’elle en avait l’air? Cela serait un carnage. Une véritable tuerie. Amber et moi, on l’aurait...

    Mon corps, cependant, en un éclair se retrouva propulsé contre l’arbre le plus proche. Bien que la douleur me tiraillait maintenant les os, j’arrivais à me questionner. Que s’était-il passé?
    Avec un sourire victorieux, il sortit de l’ombre, puissant. Si je m’étais attendue à beaucoup de chose, j’aurais préféré ne pas avoir à me défendre seule à mon tour face à un «marbré». Son sourire me rendait malade, et sa satisfaction sur mon vol l’avait rendu trop sûr de lui. Il avait croisé ses mains, et m’avait observé, amusé, me remettre difficilement sur mes pattes. Pourquoi fallait-il qu’ils soient trois? Pourquoi fallait-il, que je sois le jouet de l’un? Je grognai, et tentai de retenir le haut le coeur qui commençait à m’envahir à cause de l’odeur.


    - Joli vol gamine.

    Ignorer. Ignorer était la meilleur chose à faire. Et bien que d’habitude la répartie faisait parti de mes maîtres mots, je me sentais tellement dépassée, que sur le moment je fus incapable de parler. En symétrique, il avança, je reculai.

    - Allons! Si tu désires tant fuir, pourquoi ne me laisses-tu pas t’achever directement, cela peut être moins long, et peu douloureux si tu n’opposes pas de résistance.

    Reculer et se taire.

    - Cesse de bouger!

    Oui, bien sûr. J’y penserai, une fois sortie de là cependant... Je pivotai à vive allure et détala dans une direction opposée à la sienne. Je connaissais par principe la vitesse qui était leur, et mes pattes, prises d’un instinct de survie sans borne, s’étaient empressées d’agir avec vigueur. Je le sentais trop près pour pouvoir me permettre de ralentir. Dans quelques secondes, il m’aurait rattrapé, et sa vengeance serait cruelle. Stratégie... Puissance...
    Alors qu’il parvenait à mes cotés, je freinai avec vigueur, et sous l’effet de la surprise, il ne put empêcher que ma mâchoire se referme sur sa clavicule. Il poussa un hurlement, et m’attrapa avec puissance de ses mains glacées, pour m’envoyer de nouveau voler vers l’arbre le plus proche. Etaient-ils botaniques, à vouloir toujours nous faire sentir la verdure? Le combat était déclaré. Je me relevai, refusant de paraitre faible, et tremblante planta mes yeux dans les siens. Il avait perdu son sourire, et se tenait l’épaule avec l’une de ses mains. J’aurais pu sourire de ma première infime «réussite», mais je savais par principe, que un ennemi était toujours apte à combattre quand il était en vie. Soudainement, le chant reprit de plus belle. Beaucoup plus près que ce que j’avais pu analyser quelques minutes plus tôt. Amber était là, à quelques pas de moi, avec sa petite vampire chétive, et moi je me tapai le lourdot. Il me fallait faire quelque chose. Juste un geste si je pouvais pour me rapprocher d’elle. A deux, tout serait plus simple... Que faire?
    Etant incapable de lui parler en louve, mes pensées percèrent les siennes.


    * J’espère que tu as apprécié. Je n’aimerais pas avoir à recommencer.*

    Il fut surpris tout d’abord par mon audace, et resserra ses poings.

    * Je me demande combien de temps elle a tenu... *

    Il ne parut pas perturbé, et son sourire me mit mal à l’aise.

    - Crois-tu que tes petites menaces parviennent à m’effrayer, louve?

    * Hélas, non, je n’en espère pas tant. Votre capacité à sentir le danger a toujours été votre point faible pas vrai? *

    - Tu es bien la première de mes victimes a avoir tant pu parler avant ta mort.

    * J’en suis flattée. *

    - Ferme là!

    Il courut dans ma direction, et juste avant que l’impact ne m’atteigne, je m’effaçai sur la droite l’obligeant à s’étaler sur le tronc qui m’avait porté mon dernier coup. Parce qu’il y avait mis toute sa force, et surtout parce qu’il semblait beaucoup moins futé que son copain avant lui, le coup fut assez violent. Je détalai à mon tour sans perdre une seconde, vers cette Amber qui n’attendait sûrement que mon soutien. Je tentai instantanément de dissimuler mon odeur aux narines du vampire, qui sonné, n’avait pas encore repris sa route - chose qui ne saurait tarder en vérité - et parvins sans trop d’encombre juste devant elles. La vampiresse la maintenait par le cou en chantonnant, et son museau était recouvert de sang. Etait-elle donc plus forte que mon idiot d’ennemi? Je ne parvenais pas à mettre une quelconque violence dans un corps si parfait, si brillant... Comment pouvait-elle oser changer ainsi son apparence si angélique? Je secouai vigoureusement ma tête, sentant tout d’un coup que mon vampire ne cessait de se rapprocher. Mes yeux, dissimulés derrière le buisson se plongèrent dans ceux d’Amber qui me fixa amusée. J’avais le trop grande impression qu’elle m’estimait beaucoup trop que mon véritable niveau. Dans un silence de plomb, mon pelage gris sortit de l’ombre. Son chant s’arrêta alors qu’elle serrait un plus violemment le cou de ma compagne. Je tapai volontairement de la patte, pour attirer son attention, tentant d’oublier l’autre vampire qui n’était plus qu’à quelques secondes de là à en croire l’odeur...

    * Surprise! *

    Mes muscles se tendirent, et avant même qu’elle ait pu réaliser ma présence, je tentai une attaque. Elle esquiva malheureusement avec aisance, lâchant ainsi le cou de ma nouvelle alliée, et m’obligeant à dévier ma trajectoire, pour ne pas m’écraser sur la louve rousse. Je fis une sorte de roulé-boulé similaire à celui de Jérémy quelques minutes plus tôt, et pivotai instantanément, tout crocs dehors. Pendant qu’Amber, ravie, avait déjà commencé à se relever, j’observais avec alerte la vampiresse se rapprocher, comblée, de l’autre morceau de marbre qui était à son tour sortit de l’ombre....
Revenir en haut Aller en bas
Amber Green

avatar

Je t'offrirai les astres si tu me le demandais...

Féminin Nombre de messages : 123
» Mon âge : 17 ans | 18 ans en réalité
» Ma date de naissance : 10/02/1992


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Loup/Louve
» Je suis: un membre de la meute de la Tribu.
» Mon don: Je peux transmettre mes pensée à autrui.

MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   Mer 10 Fév 2010, 17:05


« La Destruction est un Mode de Fusion »
Feat Lily Etarae & Amber Green & Rainie Kome & Jeremy Smith

Mon corps accueillit avec grande joie sa liberté retrouvée. Le bond de la louve grise avait été des plus beaux que je n’avais jamais vu. Surement peut-être car c’était ce qui m’avait permis de me mouvoir à nouveau. Alors qu’elle atterrissait à mes côtés, tous crocs dehors, je me relevai rapidement, imitant sa posture. Cependant, un léger gémissement m’échappa, et je jurai intérieurement. Ma blessure au museau n’était surement pas grave, mais bon sang que cela pouvait être douloureux ! L’expression souffrir pour être belle ne me convenait guère ici, aussi décidai-je de résister à la douleur uniquement pour ne pas faire plaisir aux deux sangsues face à moi. Deux. Je grognai à mon tour en voyant cela. La belle blonde ( ça m’écœurait de l’avouer, mais cette vampire était belle comme tous ceux de sa race ) semblait apparemment avoir appelé à l’aide. Mademoiselle ne peut pas survivre seule, il semblerait. Quoiqu’elle n’aurait pas eu tord de penser cela. Sa vie avait basculé à l’instant même où nos chemins s’étaient croisés. Espérais-je seulement pour elle qu’elle avait vécu assez longtemps pour regretter tout ce qu’elle avait fait dans sa vie…. À commencer par sa naissance. La louve à côté de moi, bien qu’elle semblait prête à démembrer nos ennemis dans la seconde qui suivait, paraissait pensive. Je devinai son cerveau turbiner à la vitesse d’un TGV. Tant mieux, car je ne voyais pas comment nous pourrions nous sortir de ce mauvais pas. Car après tout, n’était-ce pas, sinon un mauvais pas, un passage à niveau plutôt délicat ? Lily me l’avait bien assez répété : en un contre un, ne fait pas la folle et fuit jusqu’à ce que j’arrive. La bonne blague, avais-je eu envie de lui répondre, mais je m’étais contenté d’opiner de la tête. Je comprenais mieux à présent ce qu’elle avait voulu dire par là. Et si la situation n’était pas tout à fait la même que décrite, deux contre deux revenait au final à un contre un, non ? Que faire alors ? Détaler en espérant que ces monstres me laissent la vie sauve ? Leur bondir dessus sans réflexion et attaquer comme un barbare ? Je me rendis subitement compte qu’il aurait été plus agréable pour Lily et moi-même d’avoir songé à tout cela AVANT de foncer tête baissée. Voilà une bonne leçon d’apprise ( et que je risquais fort d’oublier dans les jours à suivre ) si nous survivions à cela. Je sentis soudain ma compagne d’infortune gigoter à côté de moi. Quoi ? Était-ce l’heure ? La vie ou la mort ? La victoire ou la défaite ? Je levai les yeux au ciel. Je devrais penser à sécher les cours de littérature : je devenais trop tragique à mon goût. Mon regard croisa par mégarde celui de la vampire, et mon monde s’écroula subitement. Les fondations se fracassaient petit à petit alors que je me rendais compte de l’évidence : si elle gagnait, il serait en danger. Et il était hors de question que cela arrive. C’était pourquoi je devais gagner. Oubliant ma bonne intention de chercher un plan pendant que les deux grandes dents ne faisaient rien, je bondis tous crocs dehors sur un cadavre trop bien conservé à mon goût.

[ … ]

Mon corps me semblait lourd et mes mouvements bien lents alors que nous faisions route, la louve et moi, vers nos deux camarades. Nous venions de quitter un bûcher improvisé dont la fumée noirâtre s’élevait, menaçante, dans les cieux. L’odeur qui en émanait était pestilentielle, et je m’étonnais d’avoir tenu aussi longtemps à côté. Devrais-je avouer que j’avais un instant perdu ma raison durant ce combat ? Peut-être avait-ce été dans ce moment d’inadvertance que les corps de glace s’était subitement retrouvés à se consumer en mille morceaux au milieu d’un grand feu de joie. Mais si ce brasier était réjouissant pour tout loup qui se respectait, je n’avais que guère prit le temps de m’en réjouir. L’image de Lily inconsciente dans la clairière que j’avais quitté plusieurs minutes auparavant m’arracha une grimace. Un haut le cœur me prit subitement, et je me demandai si cela venait plus de ma blessure ou de l’idée affreuse sur l’indéfini du destin de mon alpha. Elle ne pouvait pas mourir. Elle n’en avait pas le droit ! Si elle mourrait, qui il me resterait ? Derek bien sûr. Mais en loup ? Elle m’avait aidé à surmonter cette épreuve, elle ne pouvait pas m’abandonner ainsi. J’étais partie à cette crainte, ne réalisant qu’une poignée de secondes après que la louve grise m’accompagnait. Bien sûr, son ami, l’imprégné de Lily. Je chassai de mon esprit les ressemblances entre Roméo et Juliette, me refusant à les voir subir la même fin. Et me voilà, accélérant mon allure au plus vite que je le pouvais, et rageant contre moi-même la lenteur de ma course. Mes pas étaient accompagnés par ceux de ma « sauveuse » et je ne ressentais pourtant aucune joie. La peur m’envahissait, et la rage s’y mêlait. Et soudain, alors que trois odeurs différentes me parvenaient parfaitement, je me stoppai net. Il fallait dire que je n’avais pas eu trop le choix. La louve grise avait bondit devant moi, me forçant à l’arrêt. Mon regard noir dût parler plus que des mots, car je remarquai dans ses pupilles un changement. Cependant, aussi forte fût mon envie de la tuer dans l’instant, elle ne se décala pas, se contentant de tourner la tête de côté. Je faisais de même pour remarquer le loup blanc bondir à nouveau sur le dernier vampire restant. Nous étions plus proche que je ne l’avais cru. Dans ma précipitation, je serais arrivée dans la bataille sans même m’en rendre compte, brisant par là l’effet de surprise qui pourrait nous valoir la victoire. Et cette louve l’avait bien remarqué. Quoi ? Était-il si facile de me comprendre et remarquer mes états d’âme au point de prévoir mes âneries prochaines ? S’en était presque rageant. Je forçai mon corps et mon esprit à se détendre, avant de plonger l’or de mes yeux dans ceux de l’autre louve.

* J’y vais. * lui envoyai-je, via mon don, comme pensée.

Ce ne sera que des jours plus tard que je remarquerai ma folie de m’être moi-même proposée pour faire l’appât et divertir ce foutu vampire. Inutile de vous expliquer combien ma fierté aura du mal à digérer cela… Quoiqu’il en fût, je fis volte-face et prit idée de tourner autour du lieu de combat. Le loup mâle - Jeremy, donc - semblait mal en point. Je me sentis subitement chanceuse avec mon nez amoché et mon épaule mordue. Une fois arrivée derrière le vampire, et bien face à la louve grise, j’entrepris d’avancer, tout croc dehors. De plus, aubaine pour nous, le vent nous était favorable. Aucune chance que l’odeur de la louve ne la trahisse. Du moins l’espérais-je… Alors que je quittai les buissons pour m’approcher de mon ennemi, mon regard croisait celui de Jeremy. Il semblait presque surpris de me voir ici au lieu de son amie. Pensait-il qu’elle avait péri ? J’aurais pu le rassurer télépathiquement, mais la sangsue venait subitement de bondir légèrement sur le côté en se retournant vers moi, ayant perçu l’odeur soit-disant désagréable qui s’émanait de moi. Je lui dévoilait toute ma rangée de crocs dans un grognement sonore, et accentuait mes blessures dans un acte digne des plus grands acteurs. Il se détendit automatiquement et se permit même de rire. Quel son atroce…


– Alors tu t’en es tiré, hein ? Mais on dirait que t’es seule, dis moi ! T’as pas eu la même chance que ta pote, c’est ça ? Mais t’inquiètes pas, j’vais régler ça…

Les vampires parlaient toujours trop. Alor qu’il proférait sa menace, le vampire avait lancé des regards vers Jeremy et moi. Apparemment, il était bien décidé à remédier à notre « manque de chance » qui, selon lui, revenait donc à nous tuer. Bien sûr, chacun sa vision du monde. Mais ce qui me déplût ne fut pas tant sa menace, mais plutôt qu’il considère Lily comme quelqu’un de déjà mort. Je me concentrai d’ailleurs sur elle quelques instants. Son cœur battait. Faiblement, mais il battait. Un pas du vampire dans ma direction me fit échapper un nouveau grondement d’avertissement. Son rire résonna à nouveau. Il nous dévisagea, le loup et moi, avant de s’attarder un instant sur moi. Surement pensait-il, après avoir analysé la force du loup, pouvoir en venir à bout après.

– Les dames d’abord…

Son bras se leva dans un geste théâtrale. Je n’y fis cependant qu’à demi-attention. Car, derrière lui, quelque chose attirait mon regard. En effet, les femmes d’abord. Il était donc logique qu’il la laisse attaquer en premier. Je calculai mentalement le temps qu’il nous faudrait pour brûler ce monstre et emmener Lily à l’hôpital. Surement plus de temps qu’il ne faudrait pour démembrer cette grande bouche.

[ Pardonnez la médiocrité de ce poste. Je vous autorise à bouger mon personnage comme j’ai pu le faire avec le tiens Rainie ( Navrée d’ailleurs ! ). Moi qui pensais avoir des idées pour ce poste-ci, cela semble être plutôt le contraire… :S Me rattrape la prochaine fois ! Ah ! Et aussi, désolée d'expédier la chose ! J'ai beau adoré ça, décrire les actions, c'est pas mon fort. Ca fait beaucoup d'excuses en un poste ça... =_='
Et ici aussi, pardon pour le retard. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: "La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily   

Revenir en haut Aller en bas

"La Destruction est un mode de Fusion" feat Amber, Lénie, Jeremy & Lily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination - RPG™ ▬ Forum Fermé :: Archives & Corbeille :: ▬ Archives & Corbeille :: ▬ Corbeille-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit