AccueilPartenairesFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rejoignez nous sur notre nouveau forum!
Nous espérons de tout coeur que ce nouveau forum, certe un peu éloigné de l'univers de Twilight, vous conviendra. ^^ En espérant vous y retrouver très vite.
L'Equipe d'Across ™️

 

~ Sous la lune d'Italie { Vicky }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Sam 21 Nov 2009, 18:31

    La beauté de la terre italienne, de ses villes, m'avait toujours surprise et émerveillée.
    Certes, les hommes qui l'habitait étaient les mêmes qu'ailleurs, avec leurs caractères, leurs sentiments, leur méprisante nature mais l'Italie avait un charme particulier. Peut-être était-ce dû au fait que j'avais eu l'occasion de goûter aux magnificences de la Renaissance, alors que je n'étais à l'époque qu'un jeune vampire, j'avais vu l'Antiquité retrouver son lustre d'antan, les tableaux des plus grands peintres ornés les galeries les plus prestigieuses, j'avais vu la Beauté regagner ses lettres de noblesse. Mais, bien entendu, pour n'importe quel vampire ou même lycan, l'Italie portait une empreinte millénaire, menaçante et dangereuse.
    L'empreinte des Volturi.

    Ce clan ancestral, dirigé par les vénérables Aro, Caïus et Marus, s'était élevé au rang de Maître. Fort de nombreux membres aussi puissants que sournois, quiconque les défiait était assuré de mourir, la pitié était un fait rare et j'avais toujours éprouvé pour eux ce respect que leur doit tout canite, même si je ne ressentais pas de crainte particulière, vu que j'étais d'un naturel discret. Trop prudent également pour me frotter à eux, même si j'avais déjà songer à les rejoindre ou à fonder moi-même mon propre clan, bien que je me savais un peu trop libre pour ce genre d'activité. La curiosité m'avait poussée en Italie, à quelques mètres à peine des portes de Volterra, et l'envie me titillait de pénétrer la glorieuse cité du clan mais mon instinct me soufflait que ma visite pourrait paraître insultante aux yeux des Volturi, aussi préférais-je rester dehors...

    Bien entendu, j'étais trop ancien pour ne pas savoir qu'ils m'avaient d'ores et déjà repéré tout comme je sentais leur présence entre les murs de Volterra et je tentais de leur faire parvenir que mes intentions étaient les moins belliqueuses possibles. Je n'avais aucune rancoeur contre les Volturi, contrairement à ceux qui formaient le clan des Hors-la-loi ou encore la menace qu'ils représentaient aux yeux d'Edward Cullen et de la sotte humaine qu'il avait délaissée. Je restais donc là, souriant, observant les lourdes portes d'une cité qui marquait la puissance même de la race vampirique.
Revenir en haut Aller en bas
Victoire Volturi

avatar

Membre Recruteur Officiel du forum
• Super Modo •

Féminin Nombre de messages : 1562
» Mon âge : 20 ans, mais l'éternité me sourit.
» Ma date de naissance : 21/06/1989


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan Volturi.
» Mon don: Crée l'illusion d'un amour puissant bien que temporaire.

MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Sam 21 Nov 2009, 21:11

  • Des délicates caresses de la main de mon Maître parcourant mes longues boucles blondes je me perdais dans mes pensées. Pensées que je dirais d’ailleurs fort volontier personnelles, mais dès lors qu’elles traversaient mon esprit, Aro les percevait à notre contact. Voilà pourquoi j’hésitais constamment entre Ami et Maître lorsque je parlais de lui, les deux étaient correctes. Son fabuleux don lui permettait de me connaître parfois mieux que moi-même, c’est pour cela que nous avions une relation particulièrement proche.
    Comme très souvent, j’étais assise en tailleur au pied de son trône où il faisait faiblement balancer sa jambe croisée sur l’autre, me faisant ainsi ressentir un léger air frais à chaque mouvement. Cet homme avait des manières identiques à sa personne : nobles. Contrairement à moi, qui n’étais qu’une jeune vampire naïve et ignorante. Autrement dit : une petite en soif d’apprendre, en soif de sang.

    Je songeai un instant à ma vie antérieure, cette vie qui s’oubliait peu à peu. Le souvenir de ma bien-aimée mère aux cheveux plus blonds et plus longs encore que les miens, contrastés par de sublimes yeux bruns foncés en amandes. Petite, j’entendais constamment que j’étais son portrait craché. Hélas, cette femme mourra, entraînant mon cœur et ma vie humaine avec elle, ainsi que mes yeux de chocolat, devenus de sang.
    Comme toujours, les pensées de ma génitrice s’évanouirent pour laisser place à la personne désormais la plus importante à ma survie. Cette personne qui a toujours sut combler ma vie depuis l’enfance, cette personne à qui j’ai arraché la vie pour ne pas avoir à subir l’éternité sans elle. Une amie qui sait tout de mon passé, de mes envies et de mes craintes. Kateline Volturi, devenue vampire par ma faute.
    Voilà quelle était mon occupation dès lors que cette jeune femme s’éloignait de moi : penser, encore et toujours.
    Ce soir-là, elle s’était absentée pour s’abreuver, car l’attente des humains se faisait trop longue, une fois de plus.


    - Victoire, ma belle, elle reviendra très vite. En attendant, va donc voir qui est l’intrus non loin de là, je te pris. Fais toi discrète, et ramène le moi s’il te remarque.

    Je sursautai légèrement à l’entente de la voix d’Aro car, noyée par mes songes, je n’avais ni flairé l’odeur inconnue qui s’emparait de la ville, ni remarqué l’agitation qu’elle provoquait dans le repaire.
    Je me redressai lestement et hochai poliment la tête avant de répondre :


    - Bien Maître, j’y cours.

    Sitôt dit, sitôt fait. Je m’évadai de la tour royale en un bref instant et me retrouvais éclairée par le faible halo de lumière argentée qu’émanait la belle lune du petit soir devant la porte de sortie où je m’arrêtais. Je pris une profonde inspiration afin palper les innombrables senteurs de la ville et de la vie, bien qu’elles soit immanquablement masquées par celle du vampire.

    Je bondis agilement sur les hauts rempares qu’entouraient la ville de toute part et me dirigeai vers la fragrance de l’individu d’une allure mesurée, bien que quelque peu rapide mais incorrigiblement gracieuse, féline.

    Au bout d’un bref instant, je perçus l’intrus. Il devait avoir physiquement une vingtaine d’années et était fort attirant. Ses cheveux bruns virevoltaient très faiblement sous la brise fraîche d’Italie, m’envoyant ainsi son effluve de plein fouet : Mélange de senteurs des bois avec de légères épices ; très … mâle ! Je m’accroupis derrière une statue sculptée dans la brique même et observai l’homme qui ne cessait de gigoter et de passer sa main sur sa mâchoire ferme et carrée.
    Comme j’apprécierais pouvoir lire les pensées d’autrui à distance, je pourrais ainsi connaître les tracas de qui bon me semble. Lui, en locurence.

    De nature fort trop curieuse et si peu docile, je ne pus résister à l’envie d’affronter l’immortel. Je descendis de mon perchoir sans un bruit, et me retrouvai derrière lui à un cinquantaine de mètres. Autrement dit, très près pour notre espèce.
    Je courus en sa direction, me retrouvant ainsi à un vingtaine de centimètres de son dos. Bien que certaine qu’il m’ait entendu arriver, il n’y laissa rien paraître. J’avançai encore en peu mon buste, jusqu’à arriver à hauteur de son oreille, et lui susurrai :


    - Quel vampire serait assez stupide pour se laisser ainsi approcher par une Volturi ?

    Je laissai un rire s’échapper au creux de son cou et m’évanouis à nouveau dans la nuit d’une série de bonds, afin d’avoir constamment toutes les cartes en ma faveur…
Revenir en haut Aller en bas
http://enj0y-Laura.skyrock.com
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Sam 21 Nov 2009, 22:31

    La nuit était douce et une brise légère et fraîche venait de temps à autre soulever ma chevelure brune et ma veste courte. Une très belle nuit pour chasser en somme mais je n'avais pas faim et, qui plus est, tuer des humains sur le territoire même des Volturi aurait été le comble de l'imprudence car ces vampires n'auront certainement suffisamment de clémence pour me laisser faucher la vie impunément sur leurs terres aussi restais-je dans l'attitude la plus réservée possible. Surtout si les Volturi avaient déjà senti ma présence - ce dont je ne doutais pas - mieux valait rester le plus vigilant. Même avec la puissance que m'avait apportée mes presque six siècles de non-vie, j'étais incapable de lutter contre un clan tel que Volturi. Je crois même que personne ne le pouvait. Néanmoins, je n'avais pas l'intention de rester planté là, comme un piqué, et je n'allais certainement pas tardé à retourner me terre dans un coin sombre des contrées voisines avant de devoir revenir à Forks où m'attendait Ethan.
    Le vent se mit à souffler un peu plus fort, apportant une odeur plus forte, plus proche. Quelqu'un approchait. Une vampire de toute évidence. Comme je l'avais prédit, ils n'avaient pas perdu leur temps et m'envoyaient d'ores et déjà un petit comité d'accueil. Je savais n'avoir commis aucun crime envers eux, aussi étais-je presque certain de ne pas avoir à combattre mais ma prudence était trop grande pour que j'abaisse une garde que j'avais mis des années à peaufiner.

    Toujours immobile, je laissais l'inconnue s'approcher. Après tout, je n'étais pas chez moi et le moindre faux pas serait pour elle une preuve indéniable que j'étais là pour les attaquer. A l'odeur, je la devinais jeune et je pouvais discerner sa silhouette gracile dans l'ombre, l'éclat d'une toison blonde presque blanche sous la clarté de la Lune et une peau d'un pâleur telle qu'on l'aurait crue de cristal. Peut-être pensait-elle m'avoir par surprise, mais j'étais immortel depuis trop longtemps pour me laisser berner par la fougue de cette petite, fût-elle une Volturi. Toutefois, ma galanterie me força à la laisser s'amuser un peu, aussi décidai-je de rester de marbre lorsque je la sentis sautiller derrière moi, juste avant de bondir à quelques pas seulement de mon dos. Je pouvais sentir son souffle glacé sur ma nuque et un sourire narquois étira mes lèvres lorsque sa voix de fée s'éleva au creux de mon oreille :

    - Quel vampire serait assez stupide pour se laisser ainsi approcher par une Volturi ?


    Son rire clair et moqueur retentit dans la nuit et la jeune canite profita une nouvelle fois de son inhumaine agilité pour bondir dans des bosquets bordant la villa. Elle jouait, tout simplement comme si je n'étais qu'une proie comme les autres, un jouet de plus avec lequel elle avait l'intention de passer un moment joyeux. Mon sourire s'agrandit en songeant à cette insouciance qui me rappelait celle que je possédais, lorsque je n'étais encore qu'un prince d'Ecosse amoureux des passions. Sans me retourner, je soufflais à mi-voix, tout en sachant qu'elle entendra parfaitement mes paroles :

    - Dans mon cas, belle Dame, ce n'est pas la stupidité mais la galanterie, qui me pousse à vous laisser m'approcher de si près.

    J'acceptais de jouer son jeu, tout en gardant mon indépendance. J'étais très bon pour ça, et je l'avais prouvé à maintes reprises durant ma vie et ma mort, elle allait peut-être l'apprendre à ses dépends. A moins que, elle aussi, elle ne possède des qualités de comédienne...
Revenir en haut Aller en bas
Victoire Volturi

avatar

Membre Recruteur Officiel du forum
• Super Modo •

Féminin Nombre de messages : 1562
» Mon âge : 20 ans, mais l'éternité me sourit.
» Ma date de naissance : 21/06/1989


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan Volturi.
» Mon don: Crée l'illusion d'un amour puissant bien que temporaire.

MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Dim 22 Nov 2009, 17:10

  • Bondissant de buissons en murets avec la souplesse et l’agilité d’un chat sauvage, un humain n’aurait que rapidement perçu une brise fraîche, car trop rapide pour leur amatrice vue. Lui, en revanche, me voyait et m’entendait parfaitement. Non pas à cause de mes sauts vertigineux ou de mes courses, mais grâce à mes rires éclatants résonnant comme un carillon clochettes, bien que sournois et malicieux.
    J’étais jeune et pleine de vie, jouer ainsi était pour moi un réel plaisir.
    A mi-voix, l’homme me répondit de sa voix rauque :


    - Dans mon cas, belle Dame, ce n'est pas la stupidité mais la galanterie, qui me pousse à vous laisser m'approcher de si près.


    Lorsqu’il termina sa phrase, sans doute remarquait-il à nouveau ma présence fantomatique déjà à son côté. Je passai ma main à travers ses cheveux bruns et les lui agrippais avec ténacité, avant de me glisser sur le côté et de me retrouver face à lui, à quelques centimètres à peine de ses lèvres.
    Je plongeai mes yeux de sang dans les siens, non sans but, avant de me pencher vers son oreille et de lui susurrer :


    - Je ne vous trouve pourtant pas assez galant à mon goût. Vous pouvez mieux faire, j’en suis sûre…

    Je lui mordillai délicatement le lobe avant d’agripper sa main et de l’emmener avec moi dans une rapide course. Maintenant que je le savais sous l’emprise de mes charmes, je pouvais faire de lui ce que bon me semblait. Ainsi, je l’entraînais jusque devant une grande cabane en ruine perdue dans la sombre forêt qu’encadrait ma si belle ville. Nous nous y arrêtions sous le porche où je lui lâchai la main en rentrant.
    Nombres d’animaux avaient fait de ce lieu leur habitât, ce qui était compréhensible. Cette chaumière devait abriter deux, voire 3 visiteurs pas an, tout au plus.
    Lorsque je franchis le seuil, seul de minuscules cœurs affolés ainsi que l’air passant au travers des carreaux brisés se faisaient entendre. Tous craignaient leur vie, hors leur insignifiante quantité de sang n’aurait suffit à rassasier une chauve-souris.
    Je pivotai légèrement la tête vers mon compagnon, néanmoins suffisamment pour lui lancer un regard mi-impatient, mi-charmeur. Il était resté devant la porte avec un air contrarié. Sa passion devait le dévorer, mais j’étais presque certaine qu’il me craignait. Non, pas moi personnellement, mais tous les Volturi s’il venait à m’arriver quelque chose.. Ce qui était probable. Mon caractère provocateur et moqueur n’amuse que rarement les anciens tels que lui. Un risque de plus à prendre.

    Je grimpai lestement sur une poutre et me blottis contre l’arrête que formait le toit au plafond sans faire le moindre son.
    Lorsqu’il pénétra à l’intérieur de la cabane, ses yeux emplis de sang cherchaient inlassablement à me trouver jusqu’à ce que je lui murmure :


    - Et maintenant, montrez moi un peu ce que vous vallez.

    Je lui lançai un défi, certes, mais un défi fort peu loyal. Il était certain que, grâce à sa longitude, il lui serait aisé de m’exterminer. Hors là, cela lui serait impossible. Comment pourrait-il tuer la femme qui lui semble être sa vocation, sa passion ?
    Je descendis de mon perchoir et vins me poster à quelques mètres de lui, en position d’attaque.
Revenir en haut Aller en bas
http://enj0y-Laura.skyrock.com
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Mer 25 Nov 2009, 19:49

    Mon ouïe vampirique me rapportait avec précision les bruits confus de sa course effrénée à travers les arbustes, comme si j'eus été près d'elle en cet instant même alors que la canite se déplaçait à plusieurs mètres de moi et à une vitesse hallucinante pour un humain. J'attendais patiemment la suite des festivités, après tout, j'aimais ce genre de jeu faussement innocent et sensuel auquel j'avais si souvent participé et ce de tout temps. Bélial m'avait souvent reprocher cette inconstance et m'avait longuement prédit que je la payerais certainement un jour. Je n'avais jamais cru aux châtiments, sauf lorsque c'était moi qui les donnais, ni même aux sermons aussi avais-je accordé très peu d'importance aux paroles de mon maître même si j'avais veillé à lui dissimuler mes écarts pour ne pas le fâcher.
    A peine écartée que je sentis à nouveau la présence de la Volturi à mes côtés, je devinais presque les contours infiniment désirables de sa silhouette angélique, les boucles blondes qui effleuraient mes épaules et les yeux couleur de sang étincelants de malice. D'une main, elle agrippa ma chevelure ébouriffée par le vent et me tira en arrière pour me susurrer à l'oreille, d'une voix de succube :

    - Je ne vous trouve pourtant pas assez galant à mon goût. Vous pouvez mieux faire, j’en suis sûre…

    Le contact sensuel et brutal de ses doigts sur moi provoqua un ouragan phénoménal dans mon âme tout entière, et le désir brutal et passionné inonda chaque parcelle de mon être sans que je ne puisse y résister. Ses crocs de diablesse mordillèrent avec insolence le lobe de mon oreille, faisant naître une vague d'envie qui me submergea aussitôt que je sentis ses dents blanches se planter dans ma chair. J'étais comme... vampirisé et je ressentais à cet instant même l'exacte sensation qu'éprouvais mes victimes lorsqu'elles me voyaient pour la première et dernière fois : émerveillement, passion, soumission, sacrifice. J'abandonnais ma main à l'exquise créature et la laissa me guider où elle le voulait. J'étais grisé, presque fou tant l'euphorie qui agitait mon coeur mort électrisait l'insatiable appétit de plaisirs que je possédais.
    Elle me regardait, me souriait, me parlait, me provoquait et chacun de ses gestes était une ode à l'amour et au désir. Je ne pouvais pas résister, je ne songeais même pas à le faire d'ailleurs et je craignais presque ce brusque élan qui m'attirait vers elle, comme un papillon était attiré par une flamme. Il allait se brûler les ailes mais il avançait inexorablement, incapable de raisonner. La belle me conduisit jusqu'à une chaumière abandonnée et plongée dans l'obscurité. Obscurité dans laquelle elle s'amusa à disparaître, à mon plus grand désarroi car je me rendis compte que, dès que je la quittais des yeux, la lumière de mon existence s'envolait avec elle et me laissait seul et anéanti.

    Je la cherchais frénétiquement des yeux, sachant que je perdrais certainement la raison si je ne la retrouvais pas dans les secondes qui venaient. J'avais ce besoin vital qu'elle soit là, à mes côtés, que sa voix résonne à mes oreilles comme la mélodie aux oreilles d'un musicien et le moindre instant d'éloignement était un véritable déchirement pour mon âme soumise. Enfin, elle réapparue et je la dévorais du regard avec une jalousie de propriétaire. Ses longues et fines jambes caressaient sa taille mince, sa poitrine délectable et son visage de poupée délicieusement soulignés par la clarté de la Lune...

    - Et maintenant, montrez moi un peu ce que vous valez.

    Tout d'abord, je ne compris pas puis je la vis fléchir les jambes, mains tendues et griffes sorties. Une position de combat. Une lueur de panique totale, teintée de lucidité tardive, enfla mon coeur. Je ne pouvais pas la combattre ! Comment pourrais-je détruire cette femme devenue ma raison de vivre ? Comment songer à la blesser, à la frapper ? J'en étais bien incapable, mon âme se révoltait devant cet acte et ma raison me soufflait que combattre une Volturi sur leur territoire aurait été insensé. Même si ma fierté s'exprimait violemment elle aussi je la jugulais et croisais les bras sur ma poitrine, signe de refus :

    - Je ne me battrais pas contre vous.

    M
    a voix était sans appel, quoique légèrement défaillante face au fait que j'opposais un interdit catégorique face à la demoiselle que je convoitais sottement alors que j'aurais voulu être le faiseur de ses moindres désirs et caprices...
Revenir en haut Aller en bas
Victoire Volturi

avatar

Membre Recruteur Officiel du forum
• Super Modo •

Féminin Nombre de messages : 1562
» Mon âge : 20 ans, mais l'éternité me sourit.
» Ma date de naissance : 21/06/1989


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan Volturi.
» Mon don: Crée l'illusion d'un amour puissant bien que temporaire.

MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Sam 28 Nov 2009, 00:20

  • Contrarié par ma posture agressive, le visage de l’homme afficha une expression d’incompréhension, suivie de panique puis de tristesse lorsqu’il comprit que je le défiais. Je penchai presque imperceptiblement la tête et plissai légèrement les yeux, afin d’en déchiffrer sa réaction finale : le refus. D’une voix claire et sans appel, il me déclara :

    - Je ne me battrais pas contre vous.

    Je me redressai et éclatai de rire, penchant ma tête en arrière faisant ainsi danser et rebondir mes infinies boucles d’or avant d’y passer soigneusement ma main.
    C’était tout bonnement risible : L’amoureux soumis à sa folle passion.
    Qu’il m’était appréciable de pouvoir ainsi jouer de mon don avec qui bon me semble, bien que ce brun aux yeux de sang me soit réellement et fortement plaisant.
    Je m’approchais de lui lentement, faisant résonner le bruit des talons de mes bottes à chacun de mes pas, jusqu’à être à quelques millimètres à peine de lui, et lui pris la main. Me dépassant d’une bonne tête, je me mis sur la pointe des pieds et passai mes mains sur sa nuque et agrippai ses cheveux, avant de frôler délicatement ses lèvres rougeâtres des miennes. Son haleine glaciale caressa mon visage de marbre. Je baissai mes paupières et humai cette délicate émanation ; envoûtant.
    Je clignai rapidement des yeux, vielle habitude humaine, et lui fis part de mon plus éclatant sourire, dévoilant ma blanche dentition accompagnée de canines acérées, avant de me pencher vers son oreille afin de lui susurrer :


    - Et quel est ton nom ?

    Je ne lui laissa pas le temps de me donner sa réponse, sachant pertinemment qu’il me la donnerait bien assez tôt, lui lâchai lentement la main et me dirigeai vers la sortie.
    Arrivée au seuil de la cabane, je me retournai et lui lançai une révérence pleine de sous-entendus accompagnée d’un sourire charmeur
    :

    - Victoire Volturi, pour assouvir ton plaisir et tes volontés.

    J’avançais de trois pas et me retrouvais désormais éclairée par la lueur lunaire, avant de bondir agilement sur la toiture délabrée de la chaumière. Je m’y assis en tailleur, absorbée par la magnificence des étoiles se reflétant faiblement sur ma blême peau immaculée.
    Alors que j’attendais que mon compagnon me rejoigne, je me perdis dans mes perpétuelles pensées. Le rire innocent de ma si tendre mère résonna autour de moi, bien qu’il ne soit présent plus que dans mon cœur. Je ne cessais de songer à elle, elle qui me manquait tant, elle qui devait être certainement terriblement déçue de la tournure qu’avait prit ma vie, puis ma mort.
    Lorsqu’un intenable suffoquement emprisonna ma poitrine, je compris ce que je ressentirai désormais chaque fois que j’aurai besoin de pleurer sans le pouvoir : une horrible sensation d’enfermement.

    Soudain, ma sensible ouïe m’incita à tourner la tête vers la droite, où je vis une chauve-souris s’empresser sur moi. Bien que rapide, je n’eus aucun mal à me redresser et à m’écarter avant que celle-ci ne m’atteigne et me dépasse.
    La chauve-souris et le vampire. N’est-ce pas comique ?
    J’haussai les épaules avant de poursuivre l’animal. Ne pouvant voler, contrairement à elle, je sautai d’arbres en arbres avant de très rapidement la rattraper et la capturer.
    Faiblement serrée par l’étreinte de mes mains glacées, je sentai lentement ses os se briser un à un en son petit corps désormais dépourvu de vie. Lorsque tout son squelette se fit broyé, je projetai violemment la bête vers le sol où elle s’y aplatie durement ; La loi du plus fort.

    Je bondis de l’arbre où je retrouvai la terre ferme et voulus me mettre à courir afin de rejoindre la chaumière lorsque l’odeur de mon vampire se fit sentir non loin de moi...
Revenir en haut Aller en bas
http://enj0y-Laura.skyrock.com
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Ven 04 Déc 2009, 22:46

    Un silence oppressant accueillit mes paroles et je vis une moue délicieusement malicieuse se formée sur la figure de ma Belle. De toute évidence, mon apparent dilemme la faisait rire et elle en usait à son propre escient. Autrefois, c’était moi qui menait la danse mais là, je perdais absolument tous mes moyens sans que je sache pourquoi je me retrouvais brutalement dans le rôle de l’Amant soumis et impuissant face à la cruauté de sa Maîtresse. Comme dans un mauvais film romantique, je m’accrochais à chacun de ses gestes, de ses mouvements, attendant le moindre mot pour bondir. Le rire cristallin et merveilleux de la vampire résonna dans toute la maisonnée, faisant vibrer mes oreilles de bonheur et je me surpris à sourire devant cet éclat d’euphorie. Peut-être la délicieuse créature riait-elle de ma résistance, ou bien de ma bêtise… je l’ignorais à vrai dire mais le simple fait de l’entendre rire était somptueux.
    Elle s’approcha de moi avec une démarche de serpent. Et son regard de sang avait tout de l’hypnotique fixation d’une vipère. Le claquement sec de ses talons sur le parquet sale battait au rythme de mon cœur et mes pupilles la suivirent jusqu’à ce qu’elle se trouve à ma hauteur, son sourire éternellement narquois étirant ses si belles lèvres. Le contact glacé de ses doigts entre les miens fit naître un monstrueux frisson qui fit vibrer mon corps tout entier mais ce ne fut rien comparer à l’effet que produisit la douceur de sa peau lorsque sa main enserra ma nuque avec la fermeté d’un maître saisissant son esclave et que ses lèvres glissèrent sur les miennes en un baiser-soupir. Un brasier ardent illumina mes sens et mes bras tentèrent aussitôt de se refermer sur elle pour l’entraîner avec moi dans un déchaînement de passion mais elle s’échappa de mon étreinte et se retrouva à quelques mètres de moi, à mon grand désarroi :

    - Et quel est ton nom ?

    J’ouvris la bouche, dans la hâte de lui offrir une réponse mais elle n’attendit même pas et mon cœur fut au supplice lorsque se détourna de moi pour se diriger vers la sortie. La délicieuse beauté atteignit le seuil de la porte et vrilla son visage de poupée vers le mien, une expression de total satisfaction peinte sur son faciès de déesse. Elle inclina son corps tout entier en une réverence si ironique et lascive que je devinais sans mal les trésors se cachant sous les fins vêtements :

    - Victoire Volturi, pour assouvir ton plaisir et tes volontés.

    Les mille et uns sous-entendus que mon oreille entendait dans cette phrase me fit frémir de la tête aux pieds et moi, pourtant l’un des pires coureurs de jupons qui existent, me surpris à songer que, si j’aurais pu encore rougir, je l’aurais certainement fait... Je n’osa même pas rétorquer et la Belle en profita pour s’éclipser dans la nuit. Terrorisé à l’idée de la perdre dans l’obscurité, je bondis à l’extérieur, utilisant ma vitesse vampirique pour m’élancer à sa suite, puisant dans toute mon énergie. Ne pas la perdre, je ne devais surtout pas la perdre !
    Je la retrouvais bientôt assise sur la branche d’un arbre, le cadavre encore chaud d’une chauve-souris entre les mains. Au vu du petit corps mutilé, je me doutais que la canite avait du utilisée sa force titanesque pour briser chaque membre du malheureux animal. Je ne pus retenir un sourire joyeux et m’agenouillais devant ma Déesse :

    - Dame, je n’ai pas eu le temps de vous offrir mon nom : je suis Callum McGregor, votre humble serviteur .
Revenir en haut Aller en bas
Victoire Volturi

avatar

Membre Recruteur Officiel du forum
• Super Modo •

Féminin Nombre de messages : 1562
» Mon âge : 20 ans, mais l'éternité me sourit.
» Ma date de naissance : 21/06/1989


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan Volturi.
» Mon don: Crée l'illusion d'un amour puissant bien que temporaire.

MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Dim 20 Déc 2009, 17:18

  • Lorsque mon corps à l’agilité tout bonnement vampirique retrouva le sol, aucun son ne s’échappa ; Seul le trou de mes talons aiguilles creusé dans la terre ferme trahissait mon saut vertigineux.
    Alors que je m’apprêtais à retourner à la chaumière rejoindre l’agréable compagnie que j’avais délaissée, l’odeur de celle-ci m’enveloppa délicatement. Je me retournai lentement afin d’en voir le possesseur, et c’est avec délice que son corps marmoréen m’apparut.
    Une trentaine de mètres nous séparaient, avec pour milieu le corps mutilé de l’idiote chauve-souris.
    Soudain, le vampire s’agenouilla afin de me promettre sa totale loyauté :


    - Dame, je n’ai pas eu le temps de vous offrir mon nom : je suis Callum McGregor, votre humble serviteur .

    Bien que cela me rendit infiniment fière, je n’en fus pas moins étonnée : Sa longue existence aurait dut commencer à reprendre le dessus sur mon pouvoir, le délaissant ainsi peu à peu de l’amour irréel éprouvé à mon égard… Ce qui ne semblait pas être le cas.
    Qui, me connaissant, ne se douterait pas que j’en profiterais ?
    Je m’approchai de lui en une courte fraction de seconde, me retrouvant derrière son dos que je commençai à masser lentement après m’être accroupie comme il l’avait fait, tout en approchant mes lèvres rougeâtres de son oreille :


    - Dis moi, Callum : Qu’es-tu venu faire si près de notre forteresse ? Ne connais tu pas notre cruelle réputation.. ?

    Mes longues boucles blondes venaient délicatement caresser ses joues, et j’étais persuadée qu’il en humait discrètement l’arôme. J’avançais mon visage près du sien et embrassai sa tempe avec délicatesse, y laissant une légère trace rouge de mes lèvres.

    Alors que je n’avais pas obtenue de réponse, je me rappelai l’ordre strict qu’Aro m’avait donné : lui amener l’étranger si celui-ci me repérait.
    Pourtant, je tenais à profiter encore un peu de mon beau vampire, du moins jusqu’à ce que mon don ne fasse plus effet.
    Je lui proposai alors :


    - Que dirais-tu d’aller chasser ?

    Ainsi, je pourrais rester encore avec lui tout en me rassasiant, et en profiterais pour obtenir quelques informations à son sujet.
    Je me redressai, ce qu’il fit également, et me mis face à lui. Nos regard de sang ne se quittaient plus, et c’est avec plaisir que je posai délicatement ma bouche sur la sienne, avant de l’embrasser avec fougue ; Je n’aurais pu lui résister plus longtemps. Tout en jouant avec une de ses mèches de cheveux, je mordillais quelques fois ses lèvres glaciales : quelque chose que j’avais toujours adoré faire.
    Lorsque ma main effleura la sienne, nos doigts se croisèrent et je ne pu retenir un large sourire …
Revenir en haut Aller en bas
http://enj0y-Laura.skyrock.com
Invité

avatar

Invité



MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Lun 11 Jan 2010, 22:04

    Je restais à genoux, fasciné par la beauté de ma Belle. J’avais beau avoir connu bon nombre de femmes, aucune de mes anciennes conquêtes n’avait la prestance, le charisme et la sensualité de Victoire. Comment résister à une telle femme sans perdre la raison ? Question existentielle à laquelle je ne possédais de réponse suffisamment solide pour tenter de m’extirper des griffes de la vampire et…
    Avec la même brutalité qu’il était venu, le sentiment de passion s’évanouit, ne laissant que le vide.
    Et la rage.
    Je m’étais figé de stupeur, tant mon effroi et ma honte étaient immenses. Quoi ! Je m’étais fait avoir par cette gamine ? Manipulé comme un vulgaire pantin ? Comment avais-je pu être aussi influençable ! La garce parlait et continuait son petit manège, sans se douter que son misérable sortilège venait de disparaître et que l’adorable chiot était devenu un loup enragé.

    - Ne me touche pas.

    Ma voix était aussi glaciale qu’un hiver écossais et je contenais à grande peine la fureur qui ne demandait qu’à éclater pour laver mon honneur bafoué. En un clin d’œil, je me retrouvais à des mètres d’elle, la foudroyant du regard comme un tigre foudroie la femelle qui lui tient tête. Je bouillonnais, tant l’envie de démembrer cette diablesse était grande, mais elle était une Volturi et la toucher ne serait-ce que d’un cheveu signerait mon arrête de mort…

    - J’ignore d’où tu tire ton tour de sorcière, persiflai-je avec humeur, mais je n’apprécie pas que l’on manipule le peu de sentiments qu’il me reste. Pas du tout.

    Je bondis sur la plus haute branche d’un arbre, dominant Victoire de plusieurs mètres. Avec mon visage fermé et mes yeux de sang lançant de sourdes menaces, j’avais tout du meurtrier prêt à commettre son méfait et ma main qui agrippait une branche fit craquer l’écorce.



[ Navré de la piètre qualité du RP, et du retard occasionné =/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Edward Cullen

avatar

Je ferais tout pour te protéger... même te quitter

Féminin Nombre de messages : 742
» Mon âge : 17 ans depuis un moment


•• I am a supernatural creature
» Ma Race: Vampire
» Je suis: un membre du Clan d'Olympic.
» Mon don: Je lis dans les pensées.

MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   Mar 23 Mar 2010, 02:22

Allô joyeux peuple de petit lutin=O
Bon, un peu de sérieux. Je voulais savoir si ce sujet allait quelques part, étant donné que la dernière réponse a été en Janvier, et que depuis... plop ! Plus rien. Alors j'aimerais bien savoir, ici ou par Mp, si le sujet est terminé ^^ ou tout simplement mi à l'abandon.

Merci, cordialement, Ed'
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: ~ Sous la lune d'Italie { Vicky }   

Revenir en haut Aller en bas

~ Sous la lune d'Italie { Vicky }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fascination - RPG™ ▬ Forum Fermé :: Archives & Corbeille :: ▬ Archives & Corbeille :: ▬ Corbeille-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit